Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans mon lit, la nuit, pas toujours je lis ! J'aime aussi parfois juste regarder des images ! J'ai des ouvrages de tableaux de grands peintres (mais oui, on peut s'en procurer de très beaux, pas trop grand format, pour le prix d'un livre de poche !) ou encore The Parisianer (là, il fallait mettre le prix, mais je n'ai aucun regret), dont on peut contempler une des illustrations ci-dessous ! Sur mon Parisianer 2015, cette affiche ne figure pas, elle est de 2014 et de Laurent Moreau ... Elle est parfaite pour accompagner mon propos.

http://frenchmorning.com/parisianer-new-yorker-paris/

http://www.10-18.fr/site/the_parisianer_&100&9782264065117.html

http://www.10-18.fr/site/the_parisianer_&100&9782264065117.html

Que le fada du rasoir,
L'obsédé de la turlutte,
Qui attendrait du polar,
Du sexe et du meurtre en chute
Aille ailleurs se faire voir,
De l'hémoglobine ? Non, flûte !

Rien du tout d'alambiqué,
Ni de drôle, désolée,
Ce que je vais vous narrer,
Minauderie laissée,
Droit au but et sans biaiser :
Réalité racontée.

L'homme marchant devant moi,
Mince et de haute stature,
M'avait l'air digne, ma foi,
Dans cette clarté obscure ...
Deux gros sacs et pas de toit,
Un errant, et vie dure ...

La sortie se profilait,
Il prit à droite, moi à gauche,
Mais je me trouvai au pied
D'en escalier haut, très moche,
L'escalator j'entendais,
A droite donc et tout proche ...

J'arrive donc au "tableau" ...
Au prime abord rien de louche
Puis au tournant, du pas beau,
La surprise, froide douche,
Dans ce satané métro,
Pas question d'y prendre souche !

Devant l'escalier roulant,
Il pissait, l'énergumène,
Accroupi, très bruyamment !
Voilà, c'était bien ma veine,
Demi-tour rapidement
Pour l'ascension peu amène ...

Il ne sent pas la canelle,
Ce métro est déprimant.
Dehors j'ai pris la ruelle
Dans mon imper déperlant,
La pluie tombant de plus belle.
Vite, du mesclun en passant,

Un saut dans la supérette.
Me voici dans mon terrier,
Mais je redescends, c'est bête,
J'ai oublié mon courrier.
Pubs ! Miroir aux alouettes !
Presque direct au bourrier ...

Pas d'aromathérapie,
Toutes ces huiles, ces onguents,
Ma peau rejette et renie ...
Insoutenable boucan,
Passe la cavalerie
De police, tambour battant.

Des décibels, à tue-tête,
Où vont-ils ? C'est inquiétant,
Tout en clairon et trompette,
Me dis-je, fenêtre fermant,
Qui n'a plus d'espagnolette.
Où est le charme d'antan ?

Qu'annonce la météo ?
Je me mets donc à l'écoute,
Planchon cause à la radio ...
Oh ! Demain plus une goutte
Ciel calme et bleu, pas trop tôt !
Je le crois, chassant le doute.

Lenaïg

pour le Jetons l'encre d'Isabelle Revenu sur facebook,
mots imposés en gras.
Note : si, j'ai biaisé ! Je n'ai pas pu placer "oxymore", alors j'en ai cité un, des plus célèbres et classiques !

Tag(s) : #Poèmes, #Jeux, #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :