Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour ce défi 164 chez les Croqueurs de Môts
C’est votre commandant Dômi qui s’y colle.

Pour compliquer un peu les choses
Je vous demande d’ouvrir cinq livres les plus proches de vous.
Vous devrez pour chaque livre ouvrir la page 5,
prendre la cinquième phrase et l’insérer dans un texte.
Ce n’est pas plus compliqué que ça
Connaissant votre talent
Ca risque d’être très amusant.
J’ai hâte de vous lire :)
Pour les jeudis poésie :
Jeudi 14 : Poème insolite (thème libre)

Jeudi 21 : Poème animalier
A tout bientôt
Chers amis Croqueurs de Môts.
Bises amirales.
Dômi.

Défi n° 164 chez les Croqueurs de Môts, Dômi à la barre : Le passager clandestin, Lenaïg

L'astronaute Robinson Dupont allait-il entrevoir la fin du tunnel, son cauchemar commencer à s'estomper ? Débarqué de toute urgence sur un astéroïde relais, il attendait le verdict, ou la sentence, ou ce qu'il adviendrait de son sort. Si c'était pour croupir dans un cachot, tous ses efforts pour s'échapper de la planète où il avait dû atterrir pour réparer une avarie seraient réduits à néant.

Il est là ? interrogea le juge en désignant du menton la porte métallique qui menait aux cellules (1). L'androïde gardien lui fit signe que oui et le guida. Quand Robinson vit le juge s'encadrer dans la porte, il salua son arrivée d'un sourire, signe universel d'hospitalité (2), oublieux de ce que son apparence restait terrible, car ni les commodités réduites du vaisseau qui l'avait déposé ni celles de la prison ne lui avait permis de retrouver un aspect ... disons plus civilisé.

Le juge, saisi, répondit par un sourire crispé. Puis, désignant la main coupée de l'homme, dont le sourire édenté avait déjà considérablement diminué :
- Que vous est-il arrivé ? (3)

Robinson rétorqua dans un accès de mauvaise humeur :
- Quoi ? Je n'en ai pas assez dit, je dois encore tout vous répéter ? Vous êtes juge, vous venez m'annoncer ce que je vais devenir, alors venez-en tout de suite au fait !

- Oh, pardonnez-moi, capitaine, c'est que je n'ai participé ni à l'enquête ni aux délibérations des Hautes Instances. Rassurez-vous, vous êtes libre, enfin pas libre de vous évanouir dans la nature, vous allez avoir une période de tests et de réparations auparavant, c'est ce qui est prévu. Je comprends maintenant : votre dentition devra être refaite et vous allez sans nul doute être équipé d'une main artificielle, vous verrez les progrès réalisés depuis votre longue absence !

- Bon, comme vous êtes porteur de bonnes nouvelles, je vais vous "briefer" sur ce qui m'est arrivé. Il y a cinq ans, seul à bord de mon petit vaisseau, j'ai été détourné de ma route par un orage d'ondes magnétiques assez puissantes pour traverser le bouclier que j'avais enclenché. Et j'ai dérivé, dérivé jusqu'à ce que mes réserves s'épuisent presque et que je sois contraint de me poser sur cette maudite planète. Content de trouver une clairière assez vaste au milieu de cette forêt touffue et de réussir ma descente en douceur. Le temps que mon électronique de secours soit opérationnelle, je suis sorti me dégourdir les jambes, testant prudemment l'atmosphère, très respirable.

Je n'ai rien vu venir (4). La grande clairière était complètement déserte, je tournais le dos à mon vaisseau mais bientôt un vacarme épouvantable m'a fait sursauter : un dinosaure était en train de piétiner mon engin. Aurai-je dû rester immobile, il ne m'aurait point vu ? Non, j'ai cédé à la panique et je me suis mis à courir de toutes mes forces et en zigzag quand il s'est lancé à ma poursuite. D'un puissant coup de queue, il m'a envoyé valser en l'air et je suis retombé la tête la première et quelques dents en moins dans un enchevêtrement de buissons juste avant qu'il me rattrape. Mais il s'est acharné à tenter de glisser la tête dans les broussailles et tout d'un coup, il a réussi, il m'a happé la main gauche. J'ai rampé plus loin tant que j'ai pu, il a dû se fatiguer et partir.

Je me suis évanoui et je me suis réveillé dans une hutte de bergers, plutôt accueillante, mon poignet gauche enveloppé dans un tas de grandes feuilles d'arbre, la douleur curieusement supportable. Les habitants étaient aussi humains qu'on peut l'être et leur sorcier m'a admirablement soigné. J'ai eu largement le temps d'apprendre leur langue et de comprendre que j'avais atterri au plus mauvais endroit qui soit, la forêt aux dinosaures ! Mon arrivée n'est pas passée inaperçue de ce peuple, protégé sur ses vallées et ses collines par un impressionnant mur d'enceinte plus vaste encore et plus haut que la grande muraille de Chine. Une équipe de sauvetage est sortie avec des ruses de sioux pour me transporter à l'abri.

Je n'ai jamais tout à fait perdu espoir, m'adaptant de mon mieux à ma nouvelle vie. Je suis devenu berger à mon tour pour gagner mon pain. Je me suis trouvé une compagne mais nous n'avons pas eu d'enfants. Il n'y a qu'elle que j'ai laissée derrière moi, ainsi qu'un certain nombre d'amis, tous tristes mais résignés. Le nouveau vaisseau, venu, lui, en exploration, n'est resté que quelques heures, une alerte au danger d'approche de dinosaures l'ayant fait redécoller mais ... grâce à la ruse, j'ai réussi à me faufiler clandestinement avant ! Ils ne m'ont pas détecté tout de suite !

Au bout de cinq ans, j'ai écrit sur une feuille (oui, les bergers en fabriquaient et ils écrivaient aussi) quelque chose comme : J'ai appris à vivre avec ces chèvres, blanches, brunes ou noires dont l'odeur sature jusqu'au tissu de mes vêtements, jusqu'aux poils de ma barbe quand j'oublie de la couper trois ou quatre jours" (5). Puis, j'ai renoncé, à ce que vous pouvez constater !

Puisque je vais pouvoir reprendre ma vie d'avant, une fois requinqué, je compte bien retourner là-bas et peut-être faire partie de l'équipage du vaisseau des scientifiques et archéologues qui me manqueront pas de vouloir se pencher sur le mystère de ces hauts murs, un mystère inscrit dans la religion de ce peuple qui croit (ou pas, d'ailleurs) en un dieu unique aussi et qui se pose des questions sur son origine, la planète étant au trois-quart inhospitalière, c'est le moins qu'on puisse dire.

***

Moins d'un an après, les progrès scientifiques sur l' "homme augmenté" en ce début du XXIIe siècle le permettant, le capitaine Robinson Dupont, méconnaissable et en parfaite forme, met le cap sur la planète des bergers, mais pas tout seul, loin de là.

Lenaïg

Défi n° 164 chez les Croqueurs de Môts, Dômi à la barre : Le passager clandestin, Lenaïg

Voici les cinq livres, en éditions de poche, de ma table de chevet, les phrases sont sur les cinquièmes pages effectives de lecture.

(1) Le collier rouge, Jean-Christophe Rufin, que je n'ai pas encore commencé. La 5e page de lecture est en fait la page 13.
(2) Le plus bel endroit du monde est ici, Francesc Miralles et Care Santos. Page 19 en fait et ... oups, j'ai été fascinée par la 4e phrase, pas fait exprès, c'est elle que j'ai prise.
(3) Nom de Dieu, Philippe Grimbert
Page 17 en fait.

(4) Ça peut pas rater !, Gilles Legardinier
Page 13 en fait.

(5) Six fourmis blanches, Sandrine Collette
Page 13 aussi.

Illustrations :

Tag(s) : #Jeux

Partager cet article

Repost 0