Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« La vérité est ailleurs » dixit Heidegger et Platon (Wikipedia). En effet, maître Rahar, la vérité n'est pas dans ce que nous vivons en ce moment et si nous avons du mal à la trouver, nous sommes sûrs qu'elle n'est pas dans l'incarnation du mal absolu qui détruit toute vie. "La vérité est ailleurs", cela nous rappelle X-files (les dossiers X), Fox Mulder traquant les vilains extraterrestres dans nos postes de télé. Mais oui, distrayons-nous, comme tu le proposes et comme tu l'as fait en écrivant, sur la vague des légendes urbaines, noyons le poisson pour diluer la peur. Tu m'as fait rire, Rahar, en te défoulant, à travers ton héros, sur les mémères à petits chienchiens (dont je ferais partie, d'ailleurs, si je le pouvais !) et tu exagères ! On sait, moi en tout cas, ton amour inconditionnel des chats ! Au fait, y a-t-il des victimes félines dans ton histoire ? Je ne sais plus, je vais relire ... Ici point de soucoupes volantes, le danger vient d'en bas mais de quoi s'agit-il ?
Note de Lenaïg

 

http://www.les-tampons-de-zoe.com/tampons-faire-part-de-naissance/180-tampon-petits-pieds.html

http://www.les-tampons-de-zoe.com/tampons-faire-part-de-naissance/180-tampon-petits-pieds.html

Je me suis toujours considéré comme un homme à l’esprit équilibré, cartésien, rationnel. Si quelqu’un m’avait affirmé avoir vu un fantôme, je lui aurais ri au nez, ou qu’il était sous l’emprise d’un sortilège, je lui aurais confié avec une condescendance bienveillante, l’adresse d’un bon réducteur de tête. Tous ces bobards sur le paranormal témoignent d’esprits vraiment pas normaux. Bon, je dois concéder qu’on est encore loin de comprendre toutes les lois de l’univers, mais un fantôme n’entre définitivement pas dans le cadre des lois physiques, et l’efficacité des sorts s’appuie sur la puissance de la suggestion ; c’est de la psychologie élémentaire. Tenez par exemple, l’os pointé par un Aborigène, cela laisse de marbre un occidental, mais tue sûrement un indigène condamné ; pourquoi ? parce que celui-ci est psychologiquement conditionné par sa culture, et quand un chaman pointe l’os sur lui, il meurt lentement par autosuggestion.

On me parle de l’appareil des chasseurs de fantôme, qui mesure l’énergie électroma­gnétique, mais on peut trouver partout des poches électromagnétiques mouvantes, ce n’est pas pour autant l’indication d’une présence d’outre-tombe. Je sais qu’il y a des phénomènes considérés comme étranges, mais la plupart trouvent leur explication. Il y a des petits malins qui s’amusent ainsi à propager des rumeurs fantaisistes, comme la légende urbaine qui raconte qu’il y a des alligators dans les égouts ; de tels reptiles ne pourraient pas se contenter de rats, aussi dodus soient-ils, et qui ne sont pas si facile à attraper, pour ne pas parler de l’odeur insoutenable. Quant au petit pourcentage d’évènements insolites, je reste persuadé qu’on trouvera leur explication tôt ou tard. C’est le cas de la dernière affaire dont je me suis occupé.

 

Cela avait commencé par la recherche d’un cabot à sa mémère… Enfin, un chien, quoi. C’était un cleb à pedigree. On penserait que le toutou de race d’une riche rombière serait doté, outre sa puce d’identification, d’un bidule à GPS, et qu’il aurait été facile de le localiser. Bien évidemment que le précieux clébard possédait une telle puce, et sa maîtresse n’était pas aussi bornée au point de ne pas savoir le localiser. Mais justement, elle n’avait pu le repérer, et c’était pourquoi j’étais intervenu.

La cliente n’était pas incompétente, c’était le système qui semblait cafouiller. À un moment, l’animal semblait être partout, puis l’instant d’après, il paraissait filer d’un point arbitraire à un autre comme un dératé pour tourner en rond. Évidemment, on ne le trouvait pas au dernier lieu indiqué par le GPS à l’écran. Ma conclusion était que le dispositif était défectueux. Il fallait que je cherchasse une autre solution pour trouver ce fameux loulou de Pomme et Rami… Enfin, c’était comme cela que la rombière appelait son médor de race, je crois. Je ne m’y connais pas en clébard, je préfère les greffiers qui d’ailleurs ne pourront jamais vous mordre le mollet pour un oui ou pour un non.

Je pensais trouver la solution en consultant la dernière position stable dans l’historique. En m’y rendant, j’étais tombé sur une entrée d’égout. Soit j’y trouvais le cabot, mort ou vif, soit je récupérais son GPS dont il se serait débarrassé par un moyen ou un autre.

Manque de pot, c’était le cadavre d’un pauvre loulou blanc maculé de sang que j’ai trouvé. En lisant la puce d’identification, je constatai que c’était bien le chien de ma cliente. Mais quelque chose m’intriguait : l’animal avait été mutilé. Je ne suis pas véto, mais je vis tout de suite en écartant la plaie béante de son bide, l’absence de son cœur et de son foie. Ce loulou avait-il donc été la victime d’un quelconque rite satanique ?

J’allais fourrer la dépouille de l’animal dans un sac pour la remettre à sa pauvre maîtresse, quand je remarquai des traces sanglantes. Je crus un instant que c’étaient des empreintes de pas de rats qui étaient venus grignoter le cadavre, mais en y regardant de plus près, je vis, horrifié, que c’étaient des traces de pas de… bébé humain !? J’ai des notions de physiologie et d’anatomie, tant humaines qu’animales, et le doute n’était pas permis. À moins que je fusse en train de rêver. Poussé par une curiosité légitime, je suivis les traces qui s’enfonçaient dans les profondeurs des égouts. J’en serais quitte pour me payer de nouveaux baskets.

Au troisième embranchement, je tombai sur un amoncellement de cadavres de bestioles : des lapins, des chats, des chiens. Surmontant ma répulsion, j’examinai les dépouilles en me pinçant le nez. Toutes avaient le ventre béant, et le cœur et le foie étaient absents. Je ne comprenais pas ; il y avait les enfants-loups évidemment, mais d’après ce que l’on savait, ils bouffaient presque entièrement leurs proies, ne laissant généralement que les os. Et comment un bébé d’à peine deux-trois ans, d’après les traces de pas, aurait-il pu attraper et tuer ces bestioles ? À moins que ce fût un nain… mais même. N’empêche, il devait être très agile et rapide. J’abandonnai la traque.

J’ai un ami véto, et j’allais me confier à lui. Il m’écouta patiemment, puis sourit d’un air entendu.

« Félicitation mon gars, tu viens de tomber sur un petit pied.

— Euh… Un quoi ?

— Tu as entendu parler de la légende urbaine…

— Des alligators dans les égouts ?

— Non, de la présence d’étranges petites créatures dans les égouts, signalée par un technicien de maintenance. Sur le net, certains se sont gaussés de lui, ils ont dit qu’il avait halluciné. Mais sache que des gens ont trouvé des traces comme ce que tu as trouvé. Et puis il y a une recrudescence de la disparition d’animaux domestiques. C’est par les réseaux sociaux où les gens se plaignent, que l’on a pu faire des statistiques, car il semblerait que la police n’éprouve pas le besoin de faire du zèle pour des animaux disparus.

 

A suivre

 

RAHAЯ

 

Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :