Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://guardianlv.com/2014/08/astronauts-have-a-hard-time-sleeping-in-space/

http://guardianlv.com/2014/08/astronauts-have-a-hard-time-sleeping-in-space/

En réalité, le mécanicien était étendu sur son lit picot, il ne réalisait pas encore ce qu’il avait fait et ce qu’il avait subi. Il pensait à Mirrah. Était-elle vraiment réelle ? Mais elle avait affirmé que son peuple et elle vivaient à l’intérieur de la planète. Quand il avait touché la statue, il avait dû activer une alerte quelconque. Ces gens étaient sûrement télépathes et savaient ce qui se passait à la surface.

 

Sur une impulsion, il s’assit à son terminal. Il repassa les clichés de la planète, pris depuis l’espace. À l’un des pôles visible, il vit une formation nuageuse brillante, mais il constata qu’elle réverbérait une clarté en dessous, et non du côté de l’étoile. Cela indiquait donc un accès au monde intérieur.

 

Mirrah lui avait aussi recommandé de ne pas la chercher. Pourquoi ? Puis l’évidence lui sauta aux yeux. Il y avait une trop grande différence entre leur niveau de civilisation, la jeune femme et son peuple avaient des milliers d’années d’avance. Brusquement, il se retrouva dans le palais, au milieu des géants. Ce qui le frappa, ce fut le regard des gens, sympathique et non condescendant. Mirrah s’avançait vers lui.

 

« Nous sommes fondamentalement les mêmes créatures intelligentes, Vektor. Mais nous avons des valeurs différentes. Alors tu comprends que nous voulions éviter tout contact.

— Ah oui, je serais comme un australopithèque qui se fourvoierait parmi des universitaires.

— C’est drôle mon ami, mais c’est exagéré. Vous avez la potentialité pour atteindre notre niveau, si vous arrivez à ne pas vous détruire. La sagesse s’acquiert au fil des siècles. N’oublie pas que nos ancêtres sont passés par votre stade actuel.

— En définitive, je ne te verrais jamais en chair et en os.

— Sois raisonnable Vektor, je ne peux me faire à votre monde, et tu n’es pas encore préparé pour le nôtre, tu serais déboussolé. La spiritualité prend une grande place dans notre vie.

— Vous avez donc atteint le Nirvana.

— Notre vie n’est pas parfaite, mais nous tendons vers la paix et l’harmonie, ce qui est encore loin des aspirations de votre monde.

— Sentirais-je encore ta présence, quand je serais chez moi ?

— Le contact psychique se joue des distances. Mais ce ne serait pas sain, tu ferais mieux de m’oublier, Vektor.

— Je ne peux pas, Mirrah.

— Tu vas te faire du mal pour rien, mon pauvre ami. Concentre-toi sur ton propre monde.

— Vous vivez donc en vase clos ?

— Oh, il nous arrive d’organiser des expéditions d’exploration, et même des croisières de loisir. Mais nous n’allons pas chez vous, notre taille ne nous permet pas de nous fondre dans la foule. Alors non, nous ne nous rencontrerons pas.

— Es-tu bien sûre que je ne pourrais pas m’adapter à votre monde ?

— N’insiste pas Vektor, tu es encore très attaché au monde matériel, même si tu sembles ne pas t’en rendre vraiment compte. Suis la voie de l’évolution naturelle. »

 

Rianne et Pearl se rendirent compte que le caractère de Vektor avait changé. Il était devenu plus taciturne, semblait souvent dans la Lune et n’avait pas le même enthousiasme qu’avant, quand ils se retrouvaient entre amis, collègues et routiers de l’espace.

 

Le mécanicien profitait de toutes les occasions pour faire la grasse matinée. Du moins, c’était ce que pensaient ses deux associées. Celles-ci ne s’en formalisaient pas trop, dans la mesure où Vektor assurait le bon fonctionnement du Pégase, et elles avaient entièrement confiance en lui. En réalité, l’ingénieur se relaxait pour faciliter son contact avec Mirrah, pour autant que celle-ci fût disponible. En ces précieux moments, ils se retrouvaient toujours dans le palais, jamais ailleurs. Pour une raison ou une autre, la jeune femme ne voulait pas « l’emmener » dans son vrai monde, même virtuellement.

 

Vektor avait un double motif : revoir (même virtuellement) la jeune femme dont il était tombé déraisonnablement amoureux, et lui soutirer des bribes de connaissance dont il pourrait tirer profit. Bien entendu, Mirrah n’était pas dupe, elle lisait en l’ingénieur comme en un enfant. Mais elle acceptait de lui donner des éléments qui ne fussent pas trop révolutionnaires pour son époque. Elle semblait avoir nourri pour le jeune homme une certaine affection bienveillante.

 

Mais après quelques mois, la jeune femme se rendit compte qu’elle faisait plus de mal que de bien à Vektor. Celui-ci n’avait plus de vie sociale et allait s’enfermer dangereusement dans une coquille de plus en plus hermétique, nourrissant un fantasme malsain. Elle demanda alors l’aide de quelques amis pour influencer l’esprit du jeune homme : ils effaceraient petit à petit le dangereux souvenir.

 

Vektor finit donc par retrouver un comportement relativement normal, au grand soulagement de ses associées et de ses amis. Rianne était plus que satisfaite de l’extension de leurs affaires, elle ne savait comment, mais l’ingénieur s’était arrangé pour booster leur vaisseau, leur faisant gagner plus de temps et donc plus de contrats. Toutefois, elle surprenait parfois Vektor à rêvasser en regardant les étoiles.

 

Fin

 

RAHAЯ

http://terences.deviantart.com/art/Looking-at-the-stars-383137494

http://terences.deviantart.com/art/Looking-at-the-stars-383137494

Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar

Partager cet article

Repost 0