Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

NANCY HOLT - SUN TUNNELS

NANCY HOLT - SUN TUNNELS

Avant d'aller rapporter à la bibliothèque cet après-midi le gros volume COSMOS de Michel Onfray, dont je viens juste de refermer les pages, quelques notes (à ma modeste mesure), ici, par exemple. Eblouie par l'étendue de la culture de l'auteur dans vraiment tous les domaines, constamment charmée par le style en cascades de mots qui pourraient paraître interminables au lecteur pressé et qui m'ont paru, à moi, d'une infinie poésie, je n'ai pas cependant adhéré à toutes ses prises de position, pour n'en citer qu'une : sa descente en flammes d'Ernest Hemingway, qui m'a choquée, dans ce qui m'a semblé être un total mépris ; c'est un fait que l'amour de l'écrivain américain pour la tauromachie y est pour beaucoup et sur ce plan-là seulement je rejoindrai Onfray ; qu'Hemingway ait voulu se poser en héros, je n'ai rien contre et cela nous a offert de magnifiques romans et nouvelles. Le refus de Michel Onfray de croire en un Dieu et sa négation de l'existence de Jésus Christ relèvent de la prise de position personnelle, sans preuves à l'appui (forcément !), je ne peux le suivre sur ce terrain. Je suis surprise que dans sa compréhension du monde qui unit tout et tout le monde au Cosmos il n'y ait pas l'idée d'une intelligence supérieure qui chapeauterait tout cela, quel que soit le nom qu'on puisse lui donner, ni qu'on n'entrevoie pas la moindre interrogation sur l'origine de tout, dans un refus de transcendance ou de métaphysique, volontaire de l'auteur. Après avoir été enfant de choeur, Onfray se déclare profondément athée. Je n'ai pas à mettre sa parole en doute, tout en souriant de constater son grand intérêt pour l'animisme et le chamanisme, qui seraient, à ce que je comprends (je peux avoir tort), une autre religion, sans dieux, d'où le symbole de la spirale (Onfray évoque la forme d'un coquillage ou l'hélice de l'escargot, moi je pense au triskel des Celtes), mouvement d'enroulement perpétuel dans lequel tout est emporté, éternel recommencement sans pourtant que tout ne soit tout le temps pareil ! Chouette, j'aime bien : les saisons s'en vont et reviennent, mais avec des changements (entre autres). Je ne peux m'empêcher de penser à la théorie physique du Chaos et (on a les références qu'on peut), à la démonstration de cette théorie dans le roman et le film Jurassic Park du cheminement des gouttes d'eau versées sur une main : une première goutte tracera son chemin, la deuxième goutte, versée au même endroit, n'empruntera pas tout à fait le même trajet ... Le rapport avec la spirale, je ne saurai l'expliquer, on a le droit de se moquer !

Pour terminer ces quelques notes, je ne vais que retenir (hélas !) l'importance du haïku pour Onfray, qui n'approuve pas l'hermétisme du poète Mallarmé (là encore, ce n'est qu'un exemple) mais soutient ceci :

"Le haïku agit en antidote à ce que la poésie est devenue en Occident. Le haïku fournit l'occasion de sortir la poésie de l'impasse dans laquelle elle se trouve aujourd'hui. [...] L'occulte, l'obscur, le fumeux, le délirant, l'autisme, le solipcisme triomphent dans ce qui se montre si souvent sur le terrain poétique."

"Dans la logique du haïku, la vie n'est donc pas séparée de l'écriture, puisque la première nourrit la seconde et que les deux vivent l'une de l'autre. Ecrire, c'est vivre et vivre, c'est écrire car il faut vivre pour écrire.La pratique de cette forme brève exige une longue et attentive présence au monde. Le corps doit être sans cesse aux aguets de ce qui advient pour en saisir les fines pointes."

Lenaïg

ARCIMBOLDO PORTRAIT DE RODOLPHE II

ARCIMBOLDO PORTRAIT DE RODOLPHE II

Première illustration :
SUN TUNNELS - Nancy Holt née en 1938 dans le Massachusetts

Choix de couverture de Michel Onfray.

"Nancy Holt a marqué le Land Art avec cette œuvre située à l'extérieur de la ville de Lucin dans l'Utah. Elle est constituée de 4 tunnels en béton massif qui mesurent 5,5 mètres de longueur sur 2 mètres de diamètre. L'installation étant faite sur 26 mètres en tout. L'objectif de cette installation est de jouer avec la lumière du soleil dans le désert, des rayons verticaux de l'été aux rayons horizontaux d'hivers. De plus, les tunnels peuvent servir d'abris au soleil, les personnes entrant dedans pour se reposer y voient alors les constellations du Dragon, de Persée, de Columbia et du Capricorne qui apparaissent grâce à des petits trous sur le dessus des tunnels. Ce travail permet au spectateur de capter les variations de lumière selon le temps et l'espace, deux éléments très importants pour Nancy Holt."

http://www.artwiki.fr/wakka.php?wiki=NancyHolt
 

***

Deuxième illustration :
Rodolphe II déguisé en Vertumne par Guiseppe Arcimboldo

"C'est le portrait de l'un des hommes les plus puissants du temps : Rodolphe II est archiduc d'Autriche, roi de Hongrie et de Bohême, chef du Saint Empire romain germanique. Il était d'usage, dans toutes les cours d'Europe, que les monarques soient pompeusement représentés en empereurs romains. Au lieu de cela, le peintre, l'étonnant Arcimboldo, représente Rodolphe par un assemblage de fruits et légumes. L'empereur, tel que nous le voyons ici, nous regarde par la mûre de sa prunelle droite et par la cerise de la gauche, sous les cosses de pois et de fèves des sourcils, sous le melon du front, au-dessus de la pêche et de la pomme des joues, de la poire du nez, des gousses de noisettes des moustaches... Il est paré d'un éclat si chatoyant qu'aucun portrait royal n'a de rayonnement en comparaison de ce portrait-là. Bien plus qu'une vraie couronne d'or et de pierreries, sa tête est entourée d'épis de blé doré, de pampres et de raisins. Quel souverain eut jamais tant de majesté ! De satisfaction, en voyant le tableau, Rodolphe créa Arcimboldo comte palatin.

C'est en 1562 qu'Arcimboldo, milanais de naissance, est appelé par Ferdinand Ier, le grand-père de Rodolphe, à Prague. C'est bien alors la ville la plus excitante où l'on puisse vivre : la cour des Habsbourg est fréquentée par des astrologues et alchimistes, chirurgiens et barbiers, philosophes et kabbalistes qui confrontent leur savoir."

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2007/09/07/01006-20070907ARTMAG90501-d_etranges_portraits_.php

 

Tag(s) : #Essais, #Articles

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :