Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

02.jpg

 

 

Pour vous dire mes bons amis combien la vie était devenue coûteuse, à ce point que le gros Vital à Maurice de Normand n’arrivait plus à boucler ni sa ceinture ni son budget du mois. Sa pauvre Démerise venait de rendre l’âme. Le curé ne voulait pas de son cercueil dans son cimetière qui rapetissait à vue d’œil en cause de ses paroissiens qui ne payaient plus leurs dîmes des douze mois de l’année. Il fallait bien que l’argent rentre par quelque part et ce quelque part était la location des terrains au cimetière. Le loyer d’un mort était plus cherrant  que la location d’un espace de stationnement pour une vieille bagnole. Vital se grattait l’occiput ne sachant comment sortir de ce trou-là.  

 

Le veuf à vif de sa douleur n’avait plus le choix. Même en mettant au clou sa vielle guimbarde, cela ne couvrait pas le prix de la terre pour mettre Démerise à couvert avec les vers pour la recomposer ou la biodégrader. C’était selon le point de vue des croyances.

 

Il devait trouver un moyen pour ne pas garder Démerise morte sur le siège avant de sa vieille bien-nommée, Rossinante de tôle blanche.  C’est alors que Vital dû se résoudre à retourner chez son père, le vieux Maurice à Normand qui survivait  de choux gras cultivés sur les arpents de la ferme ancestrale de l’époque du grand Napoléon lui-même. Si, si, le vrai grand Napoléon.  

 

Il présenta son plan d’action à son père aussi grigou que le curé. Ce dernier accepta le projet de Vital en lui faisant signer un contrat de partenariat à part égale pour cette nouvelle entreprise qui promettait d’être lucrative. Ainsi naquit, Crémation Vital, Maurice Éconopak. Inc.  

 

Démerise fut la première cliente de cette nouvelle compagnie. Vital devint marchand de la mort entreposée  à prix modique. Avec les cendres, le père Maurice les embaumait d’encens acheté au Dollorama de la paroisse et les revendait au curé à prix d’or.  Les chiffres d’affaires du curé fondaient comme la mort chez  Crémation Vital, Maurice Éconopak. Inc.

 

Vital avait compris que l’abus faisait le moine et sa vitalité.

Dès l’aube, quand il s’attelait à son travail, Vital ne manquait jamais de prier sa Démerise qui l’avait sorti du trou.

 

Marie Louve

 

 

02

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Fantaisie et sérieux chez Marie-Louve
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :