Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

carte_scandinavie.jpg

 

 

 

 

 

413570Un dernier billet pour boucler la petite expérience dans laquelle je me suis lancée, évoquer ce roman que je viens de lire sans en dévoiler le contenu, l'intrigue ni la fin.

 

Je voudrais souligner le flou artistique qui nappe le récit quant aux lieux où les faits se déroulent. Si on ne disposait pas des prénoms et noms de famille, on devrait deviner dans quel pays on évolue ! Mise à part la lave noire, où une tragédie familiale a eu lieu, on aurait du mal à geranium_orkney_cherry_planfor01.jpgse repérer ... Volonté affirmée, ou instinctive, de la part de l'auteur ? Je ne sais, mais l'effet en est que le roman acquiert ainsi une dimension universelle et hors du temps tout en gardant sa modernité par les détails, tous chaleureux,  de la vie courante. On voudra pardonner ma naïveté et mon ignorance, mais j'avoue que je ne situe pas le pays dans lequel le héros débarque après un voyage en avion ... mouvementé pour lui ! Ce peut être, en regardant la carte : la Norvège, ou le Danemark, non ? Regardez ! Eh non non non, je ne l'ai pas dit, mais les aventures aussi intérieures qu'extérieures du jeune homme ne se passent pas en Islande de fait, mais ailleurs ! Ce qui n'empêche pas l'Islande d'être très présente, grâce aux souvenirs et aux conversations téléphoniques.

 

Rosa candida - pour billet n° 3Pour connaître le nom du héros, il faut attendre longtemps ! Car il ne se présente pas, au début du roman, il nous englobe tout de suite dans son monologue intérieur, comme s'il écrivait son journal. On apprend vite que son frère autiste s'appelle Josef et que leur père le désigne, lui, affectueusement par : "mon petit Lobbi" et on découvre plus tard son double prénom : Arnljótur Thórir, comme son grand-père.

 

 

La rosa candida, dans tout cela ? Elle est décrite par Frère Matthias, page 161 : "une rose blanche rare", mais les boutures que le héros a, contre vents et marées, transportées avec lui jusqu'au jardin pour lequel il a tout quitté, dont une fleur est maintenant éclose sur le rebord de sa fenêtre, n'en sont pas ! Sa fleur, à lui, y ressemble beaucoup mais voici comment il la décrit :

alchemille vulgaire 002 (cheires de come, 2006-05-22)"Rose à huit pétales ; ce sont huit pétales soudées au fond de la corolle et puis deux fois huit autres à l'extérieur, vingt-quatre pétales en tout, en trois rangs qui forment le bouton, presque toujours humide de rosée .../... C'est exact qu'elle est apparentée à Rosa candida, à ceci près qu'elle n'est pas blanche. Il s'agit d'une souche plus robuste, probablement le seul spécimen au monde .../... Bien que j'aie parcouru d'innombrables livres sur les roses, je n'ai encore jamais trouvé de variété comparable .../... Et puis les tiges sont sans épines". Sa couleur ? Voici ce qu'avance Frère Matthias : .../ "un coloris vraiment insolite. Elle n'est pas rose, ni violette. Mais pourpre, n'est-pas ?" Arnljótur Thórir confirme.

 

La jaquette du roman original offre une représentation très intéressante d'une rose qui ressemble fort à la rose d'Arnljótur Thórir, sur ... un vitrail, non ? Son coeur jaune éclatant me semble très important. Et la religion est présente, bien que je l'aie à peine mentionnée, mais d'une façon discrète, comme si elle ne voulait pas s'imposer, c'est très curieux et pas désagréable ...

 

220px-Epilobe_feuilles_etroites_01.jpgCe qui m'a bien plu dans le roman, ce sont toutes les questions que se pose le héros, qu'on peut se poser soi-même ou qu'on a pu se poser aussi. J'avais annoncé dans le billet précédent, que je le citerai. Finalement, je vais me contenter de citer ceci (page 52) :

"Je passe la main dans mes cheveux épais tout hérissés, qui sont assurément un signe particulier frappant. Il ne fait pas de doute non plus que je suis d'une pâleur inquiétante même considérant que de nombreux rouquins ont l'air enfarinés toute leur vie. Si l'on fait abstraction de mon allure juvénile, je me sens comme un homme courbé sous le poids des ans à force d'avoir vécu, dans le corps d'un homme jeune. Ne s'agit-il pas désormais de passer le temps jusqu'à la tombe ? Y a-t-il encore quelque chose qui puisse me surprendre ?"

med-rose-pimprenelle-mais-laquelle-visoflora-28329On peut sourire d'une telle réflexion désabusée en sachant que le héros n'a que vingt-deux ans ; pourtant des éléments inhérents à sa vie influent certainement sur son état d'esprit. Arnljótur va avoir bien d'autres occasions de se poser des questions, et nous avec lui, et de revoir et revoir sans cesse son bilan !

 

Il n'est pas le Petit Prince de St-Ex, c'est un adulte, qui a les pieds bien sur terre et les mains dans le terreau et pourtant c'est aussi un intellectuel, qui a fait des études et pose et surtout se pose autant de questions que le Petit Prince ; il a aussi sa rose, qu'il apporte sur son nouveau lieu de vie et qu'il va veiller et faire s'épanouir avec des soins infinis. Ce qu'il découvre peu à peu, c'est qu'une autre variété, -que dis-je !- une autre espèce de rose s'impose dans sa vie, qui le séduit !  Il évoque bien d'autres fleurs islandaises, en passant ; j'ai retenu plusieurs de ces noms et j'ai voulu voir à quoi elles ressemblent. On peut donc contempler, dans l'ordre sur cette page :  le silène acaule, le géranium sylvestre, l'alchémie en manteau de Notre-Dame, ainsi que les épilobes roses et la rose pimprenelle ...

 

 

Lenaïg


 

 

 

 


Sources des photos de fleurs :

Le silène acaule  www.laugavegurinn.uniterre.com

Le géranium sylvestre  www.planfor.fr

L'alchémie en manteau de Notre-Dame  www.domenicus.malleotus.free.fr

Les épilobes roses  www.fr.wiktionary.com

La rose pimprenelle  www.visoflora.com

Carte de la Scandinavie :

www.p2.scanditours.fr

 

Tag(s) : #Articles

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :