Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chocolat et orange - recette-d5513-orangettes atelierdeschefs.fr

 

Ceux qui aiment le camembert

Délaissent les saveurs sucrées.

Chocolat et sculpture - Serpent en chocolat - Photo LenaïgD'autres attendent le dessert

Et des douceurs chocolatées.

 

S'il était question de voter,

Même si j'aime le fromage,

Je choisirais sans hésiter :

Chocolat, tu as mon suffrage !

 

Mousse, profiterole, éclair,

Chocolat chaud sur une poire,

D'appétissants n'ont pas que l'air,

Sans oublier le ... forêt noire !

 

Et comment dire les parfums ?

Narines avant les papilles !

Euphorisants, très opportuns,

On les hume et notre oeil pétille !

 

Cela nuit moins que le tabac

Car c'est une drogue bien douce.

Chocolat et poire - www.cotedor.beMais à outrance il ne faut pas,

De grossir nous avons la frousse !

 

Je fais la fête au cacao,

Truffe amère ou crotte aux noisettes

Me mettent le moral au beau

Et je craque pour les croquettes !

 

Lenaïg

contente que l'inspiration ait été au rendez-vous pour notre Jill Bill.

Le lien pour accéder à son blog, ici sur le mien, est enfin opérationnel ! 

Références et titres des photos dans l'Album Fantaisies 3.

***

 

 

C'est à la grande Colette que j'ai pensé (réminiscence) pour chercher de beaux textes chocolatés.

Et j'ai trouvé sur le net ce que je cherchais, chez "Af Ouaibe", "La Maison de Claudine" (''la "fille de mon père"').

Oui, c'est en prose qu'écrivait Colette, mais c'est toujours si poétique et ici doux amer ...

 

http://www.aflaurent.com/index.php3?theme=3&soustheme=23&rubrique=180&livre=29

 

Elle a seulement vécu ses premières années avec nous, Eugène, Paul, Irma et moi, et avec Jean le grand singe, dans la maison où mon père fabriquait du chocolat. Le chocolat, dans ce temps-1à, ça se faisait avec du cacao, du sucre et de la vanille.
En haut de la maison, les briques de chocolat séchaient, posées toutes molles sur la terrasse. Et, chaque matin des plaques de chocolat révélaient, imprimé en fleurs creuses à cinq pétales, le passage nocturne des chats... Je l'ai regrettée, la fille de mon père, et figure-toi, MinetChéri...
La suite de cet entretien manque à ma mémoire. La coupure est aussi brutale que si je fusse, à ce moment, devenue sourde. C'est qu'indifférente à la Fille-de-mon-père, je laissai ma mère tirer de l'oubli les morts qu'elle aimait, et je restai rêveusement suspendue à un parfum, à une image suscités : l'odeur du chocolat en briques molles, la fleur creuse éclose sous les pattes du chat errant.

Tag(s) : #Poèmes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :