Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Mystères de l'extérieur,

et fantastique intérieur !

 

sandon0262r

 

Les mystères de l'univers

donneront toujours fort à faire ...

Savants discours, rêves en vers,

la recherche et l'imaginaire !

 

On peut se trouver fort déçu

quand se reculent les limites :

lorsque des secrets sont connus,

des nouveaux se révèlent vite !

 

Secrets de l'espace et du temps,

narguant l'intelligence humaine !

On sait plus de choses qu'avant,

Voyons, la quête n'est pas vaine !

 

Lenaïg

 

***

 

Et pour prolonger le thème de Hauteclaire (clic !), j'ai eu envie de me pencher sur la prose, oh combien poétique, de Charles Dickens ! On s'offre juste un extrait, du Grillon du foyer ? Un extrait où la gaieté combat le mystère, où se dessine le contraste entre la vaste étrangeté froide du dehors et la chaleur du foyer ; on ne saura pas qui arrive si on ne poursuit pas la lecture, le mystère sur cette page restera complet !


"Or, ce fut en ce moment, remarquez bien, que la bouilloire commença la soirée. Ce fut en ce moment que la bouilloire, devenant tendre et musicale commença à sentir dans sa gorge ses glouglous irrésistibles et à se permettre de courts ronflements qu'elle arrêtait dès la première note comme si elle n'était pas encore bien sûre qu'ils fussent de bonne compagnie.  Ce fut en ce moment qu'après avoir fait deux ou trois tentatives vaines pour étouffer ses sentiments expansifs, elle secoua toute humeur chagrine toute réserve et laissa échapper tout à coup un ruisseau de notes si gaies si joyeuses que jamais rossignol stupide n'en a conçu la moindre idée. Et si simples aussi que vous auriez pu, Dieu merci, comprendre ce chant comme un livre, mieux peut-être que certains livres que vous et moi pourrions nommer.  Avec sa chaude haleine s'exhalant en un léger nuage qui montait gracieux et coquet à une hauteur de quelques pieds, puis demeurait suspendu vers l'angle de la cheminée, comme dans son ciel domestique, la bouilloire se mit à poursuivre sa chanson avec tant de verve et d'énergie, que son corps de fer en bourdonnait et se trémoussait de plaisir sur le feu ; et le cou­vercle lui-même, le couvercle rebelle naguère (tant est grande l'influence du bon exemple), exécuta une sorte de gigue et fit  un bruit semblable à celui d'une jeune cymbale sourde et muette qui n'a jamais connu le contact de sa sœur jumelle.

Que ce chant de la bouilloire fût un chant d'invitation et de bienvenue adressé à quelqu'un du dehors, à quelqu'un qui se dirigeait en ce moment vers le bon petit intérieur domestique et le feu pétillant, il n'y a là-dessus aucun doute. Mme Peery­bingle le savait parfaitement, tandis qu'elle rêvait assise devant le foyer.  « Il fait nuit noire, chantait la bouilloire, et les feuilles mortes jonchent le chemin ; au-dessus, tout est brouillard et ténèbres ; au-dessous, tout n'est que fange et boue ; dans l'atmosphère triste et sombre il n'y a qu'un point où puisse se reposer le regard ; encore n'est-ce qu'une lueur d'un rouge foncé et sinistre à l'endroit où règnent le soleil et le vent. Ce n'est qu'un feu rouge dont sont flétris les nuages pour les punir de faire un pareil temps. La vaste campagne, dans toute son étendue, n'est qu'une longue bande noirâtre à l'aspect lugubre. Les frimas couvrent le poteau indicateur. Il y a du verglas sur le sentier ; l'eau n'est pas encore devenue glace, et pourtant elle n'est déjà plus libre ; rien n'a gardé sa forme naturelle ; mais le voilà qui vient, qui vient, qui vient !... »

 

Texte français ici cueilli : clic !

 

Mais, hé hé, mes éventuels lecteurs pensaient-ils que j'allais les laisser en plan comme ça ? Non non, s'ils sont intéressés par cette "histoire fantastique d'un intérieur domestique", voici le chemin : clic !

 

***

Illustration fotosearch : clic !

 

 

Tag(s) : #Poèmes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :