Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

LE RECALCITRANT

3/4

 

 

4059-6660-large.jpg

 

 

Nous avions avec nous un « apprenti », Tom Krouze, un jeune qui voudrait se lancer dans la chasse professionnelle, au vu de notre succès. Pour le moment, il nous servait de coolie : il portait les bagages les plus lourds, installait les appareils nécessaires là où il fallait et s’occupait de leur remballage une fois le boulot fait.

 

Nous avions établi notre QG dans la salle à manger, la table étant commode pour poser nos appareils. Tom était allé installer les diverses caméras, incluant celles à infrarouge, dans les chambres à coucher du premier. Chacun avait son talkie pour la communication.

Il était vingt heures, quand j’ai effectué ma première ronde ; je projetais d’en faire une seconde vers les deux heures. Je n’avais constaté aucune activité électromagnétique particulière, ni baisse notable de température dans tout le bâtiment. Ma seule erreur avait peut-être été de ne pas avoir visité le grenier, alors que j’ai vérifié la cave de fond en comble. Après un dîner de bons sandwiches arrosés non de bière, mais de fort café – oui je sais, c’est un mélange atroce, mais compte tenu des circonstances… – j’avais renvoyé Tom en haut pour surveiller les moniteurs de l’étage, sous l’œil goguenard d’Al qui soutenait que sa planchette de protection avait définitivement réglé le problème.

 

Vers minuit, le talkie d’Al et le mien grésillèrent. Al somnolait, convaincu qu’on perdait notre temps ; Tom par contre, devait être vigilant, excité par le café noir fort, et très désireux d’apprendre sur le tas.

 

– M’sieur Charles, il se passe quelque chose de pas très catholique.

– Qu’y a-t-il, Tom ?

– Au moniteur des caméras infrarouge, je vois de petites boules blanches se balader. Elles vont dans toutes les chambres… et il y en a même qui traversent le plafond.

– Ah, ce sont des orbes, mon petit Tom, contemple tes premiers orbes. Ce n’est pas vraiment inhabituel dans les maisons hantées. Commute sur le partage pour que nous puissions aussi les admirer… Eh Al, réveille-toi, tu vois, nous ne sommes pas venus en vain, il y a un reste d’activité protoplasmique. Comme je le dis toujours, travaillons avec une conscience professionnelle. Prends-en de la graine.

– Ouais bon, mais concède que mon bidule a peut-être résolu une bonne partie du problème.

– D’accord, je te le concède volontiers. On va régler tout ça les doigts dans le nez.

– M’sieur Charles, il y a… Aaaah !

– Oui Tom ?... Tom, qu’est-ce qu’il y a ?... Tom ?... Réponds, Tom !

– Qu’est-ce qui se passe, Charlie ?

– Je n’en sais rien Al, ce gamin a peut-être touché un orbe.

– Mais ce n’est pas censé être inoffensif ?

– Normalement oui, mais certains peuvent provoquer une décharge électrique désagréable.

– Bon, attends, je vais aller voir ce qui est arrivé à ce garnement.

 

Point d'interrogation - www.magazine-avantages.fr

 

 

– Charlie ? Je ne vois pas le gamin. J’ai cherché dans toutes les chambres.

– C’est impossible, voyons.

– J’ai même regardé sous les lits, dans les placards et les toilettes, il n’est pas là. Il se passe quelque chose de louche.

 

Évidemment, j’avais suivi presque tout le manège d’Al, sauf dans les angles morts non couverts par les caméras. Tout à coup, les lumières vacillèrent, puis les néons s’éteignirent dans le grésillement de mauvais augure des starters et le filament des lampes se réduisit à un rougeoiement lugubre. Je ne craignais pas pour les appareils, ils disposaient de batteries internes, mais il ne sera pas facile de travailler à la lumière des torches. Al jura abominablement, il avait dû se cogner à quelque meuble. Je le voyais un instant sur le moniteur infrarouge, puis il s’est déplacé. Je ne vois qu’une lueur vague sur les moniteurs des caméras normales.

 

 Charlie, ce petit crétin a dû monter au grenier, je vois l’échelle qui n’est pas entièrement remontée.

– Il a peut-être essayé de suivre les orbes qui ont traversé le plafond et il s’est cogné quelque part.

– C’est bon, je vais aller voir. Foutue curiosité de gamin !

– Pendant ce temps, je vais préparer le générateur pour chasser définitivement les orbes.

– Charlie ? Je ne vois pas le gamin… Charlie, il y a… Aaaah !

– Al ?... Qu’y a-t-il Al ?... Al, réponds-moi !... Et merde !

 

Soudain, un coup sourd ébranla la maison. Cela semblait venir de la cave. J’étais confronté à un dilemme : voir ce que sont devenus Al et Tom, ou bien descendre à la cave. Bon, ces deux-là pouvaient se réveiller d’un moment à l’autre. Par contre, il y avait peut-être un fantôme à neutraliser en bas. Je pris le générateur électrostatique et me dirigeai vers la cuisine où une porte menait à la cave. En ouvrant, un léger souffle froid avec un fond fétide m’accueillit. Ce n’était pas bon signe, je n’avais ressenti cela qu’une seule fois, alors que j’étais encore jeune et accompagnait mon mentor dans un monastère démoniaquement hanté.

 

Aaaah suivre !

 

RAHAR

 

 

Nom-de-la-rose-Sean-Connery.jpg

 

 

Photos du net, dont Sean Connery dans Le Nom de la rose.

 

 

 

Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :