Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 curiosites-autres-vos-creations-espagne-Plage-chateau-de-sa.jpg

 

C'était au temps où dans les auberges et restaurants on pouvait encore fumer. Alors, le rendez-vous est pris, dans une gargote au pied du château Qui s'y frotte s'y pique, oui oui c'est le nom du château, forteresse moyenâgeuse hautement historique et où il s'en est déroulé des vertes et des pas mûres, des intrigues sombres à l'âpre goût de sang, des soupirants malencontreusement -ou pas- tombés d'une des tours en voulant grimper jusqu'à la chambre de leurs belles, ou jetés aux oubliettes, pour ne citer que ces deux exemples, mais tout cela c'est du passé, certainement déformé, enlaidi, embelli au fil des récits bâtis en mémoire des lieux et pour se distraire lors des veillées d'hiver au coin des âtres quand les châtaignes grillaient gaiement.

 

Est-il besoin de préciser que moult fantômes hantent le dit château. Très susceptibles, ils sont, ces ectoplasmes, alors n'écrivons pas trop fort, heu trop voyemment, au cas où ils auraient des ... oreilles qui traînent et qu'ils se fâchent qu'on ne les évoquent pas ici. Ils ne sont en rien concernés, en effet, mais il est temps de lever le voile sur l'affaire qui nous intéresse.

 

En allumant sa bouffarde, nom affectueux donné à la pipe, le gardien et jardinier du château, étonnamment baptisé Euphraste (non sans mal, après une querelle entre son père et sa mère, qui n'étaient point d'accord sur le choix de ce savant prénom, mais bon. Euphraste était le nom d'un moine que sa mère avait connu dans sa toute jeunesse et qui l'avait fort impressionnée par sa connaissance des simples et sa grande sagesse sur la vie ; le père, restrospectivement jaloux et soupçonneux de ce lien qu'il jugeait quelque peu sulfureux, avait tempêté puis s'était laissé convaincre. Après tout, c'était là un prénom que personne d'autre à la ronde ne porterait et ... le brave homme de père n'avait en fait pas de raison à ses soupçons, qui n'étaient qu'une méprise : le bon moine en question, si désirs sexuels il avait eus, normal quoi, les avaient soigneusement tenus cachés dans le secret de sa cellule et avait toujours traité les êtres humains et autres avec une tendresse sans ambiguité sous le regard de son Dieu qu'il adorait ...) ... en allumant sa bouffarde donc, Euphraste, attablé en compagnie du forgeron et du cordonnier, ses potes d'enfance, narrait en se rengorgeant, le combat qu'il venait de gagner sur son ennemi juré, j'ai nommé, heu : Jeannot Lapin.

 

Sautons donc dans la garenne maintenant, un petit bond en arrière dans le temps de notre histoire, ce qui nous permettra de faire revivre à feu Jeannot quelques moments heureux de sa courte existence. D'abord, tout le monde sait ce qu'est une garenne ? Un petit rappel, même pour la narratrice, voici la définition Wikipedia : Une garenne est un espace boisé ou herbeux où vivent des lapins sauvages. C'est aussi un terrier possédant de multiples entrées.  Ah ! superbe définition ; le lecteur je ne sais pas, mais, moi, rien qu'à travers ces mots, j'entrevois la riche vie de ces léporidés, en particulier celle de Jeannot, jeune mâle fringant, déjà papa d'une nombreuse progéniture, vantard et téméraire en diable.

 

Bien replet il était, admirablement nourri non seulement de trèfle et de pissenlits (dont se contentaient ses congénères) mais aussi des salades et des carottes du jardin d'Euphraste ! Il avait creusé un tunnel discret sous l'écran d'une haie dont le deuxième orifice débouchait sur le jardin. A cette heure, Euphraste ne l'avait pas encore découvert, ce tunnel. Mais il venait d'avoir la peau de Jeannot ! La nuit dernière, fusil de chasse à portée, il avait veillé, sans fumer, pour qu'on ne détecte pas sa présence, remplaçant l'épouvantail qui ne faisait plus peur à personne depuis longtemps. La lune brillait, il assista donc à l'arrivée prudente de Jeannot Lapin qui, rassuré par le calme apparent, s'était installé pour dévorer à belles dents les laitues d'Euphraste, comme à son habitude. Si absorbé, si sûr de lui qu'il n'eut pas le temps de se rendre compte qu'il passait dans l'au-delà tandis qu'un bruit de tonnerre retentissait dans la nuit ! Pan, en plein dans le mille, plus de Jeannot, du moins pour la gent lapin. Car, pour les humains, cela sera ce soir l'occasion d'un festin : le cordonnier et le forgeron sont invités chez Euphraste, dont la femme va mijoter un excellent civet.

 

Sic perit cuniculus auidus et temerarius.

 

Lenaïg

 

civet_lapin_1.jpg

 

Illustrations du net :

Magnifique château de sable vu sur clubscooter-gt.com

Civet de lapin sur loeul-et-piriot.com

 

 

Tag(s) : #Jeux
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :