Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Lena fut réveillée, enfin c’est-ce qu’elle crut,

Mais par quoi donc ? Par la baguette de Dodue.

Logée dans un tiroir, celle-ci s’agitait,

Fait fort bien inquiétant en l’absence de Fée …

Baguette fut laissée, conseil de Danilo :
"On pourrait la casser, elle sera de trop.
Ne téléportons pas un si précieux objet."
Dodue donc l'écouta, mais ce fut à regret.


Prends-la, prends-la, soufflait Mémé Ciredutemps :

Tentant Lena, disant "passons un bon moment !"

Qu’est-ce que la soeurcière pouvait bien faire là,

Ebahie, abrutie, se demandait Lena.

De baguette Lena, jamais n’s’était servie

Laissant tout à Dodue ce rayon de magie.

Mais la dite Mémé, dans Lena se glissa,

Impatiente de voir que celle-ci n’osait pas …


Toutes frontières abolies, vécu mêlé au virtuel, veille et sommeil mal distingués, rêve, songe, souhait, toutes ces notions convergeaient vers Lena, qui se disait : si j’étais Mémé Ciredutemps, digne sorcière de Terry Pratchett, j’aurais mon franc parler et j’enverrai valser, d’un charme bien concocté, tous ces gens si troublés, quarante-huit heures durant, tiens, pour avoir la paix ! Non pas ma paix à moi, mais pour que le calme règne. C’est que dans le cerveau de Lena dansaient déjà les mots échangés sur son site d'écriture favori, pas que des mots courtois ; elle voulut les chasser, pas si concernée que cela, mais Mémé était déjà là et elle n’y échappa pas.


Et Lena, possédée par la Mémé, contre son gré, tout en se disant qu’elle aurait pu plus mal tomber, faute d’avoir sous la main herbes appropriées, décida de pointer la baguette de Dodue sur … une piste de danse soudainement apparue ! Encore heureux que ce ne soit pas un ring, car, là, je ne connais fichtrement rien, pas comme Farouk, soupirait Lena en arrière-plan. Le coup de "On achève bien les chevaux", le film, la Mémé voulait faire, apparemment, pour avoir à l’usure tous ces écrivains remontés et montés les uns contre les autres, plumes blanches ralebolisées par les assauts anonymes répétés des plumes noires.


Par plumes noires, on définissait non pas les auteurs juges sévères et critiques avisés, qui laissaient leur signature en commentaire, mais ceux qui passaient sur les textes sans doute sans les lire et mettaient "pauvre" partout, par jalousie ou joie de faire du mal, abrités par l’anonymat.

"Foin de balai, mais un ballet !" ricanait la Mémé : "obligés vous serez de valser, mais avec votre ennemi juré, obligés vous serez de sourire et de tournoyer, William avec Féebienne pour commencer, le troll trotskiste avec la féministe fée !" Mémé voulut les assembler avec une malicieuse arrière-pensée, car elle avait sa version des faits : se trompait-elle en effet, si elle avançait que William pensait que la mayonnaise tournée venait renforcer les propos de la Fée dans son très beau poème. Le commentaire supprimé ne lui ayant pas permis de vérifier, Mémé comprenait quand même que William visait le contenu du texte mais dut mal s’exprimer, et ce fut le tollé. Tout le monde crut la Fée Bienne directement visée. Il ne fallait pas là dire "tu", ni associer le mot "femelle" à ce "tu", ton ironie dénonciatrice fut perdue car on la prit pour du mépris, venant d’un malotru ! Tu n’avais pas prévenu, William : "attention, deuxième degré !".

La Fée Bienne rétorqua de sa baguette acérée, ce qui nous valut un savoureux conte, transformant William en Troll. Mémé entendait bien le cri du Troll en la matière : "je vise les textes, pas les personnes !" Mémé arrivait à extirper le cri des commentaires trop délayés auxquels William se livrait, emporté par son élan dans un cercle vicieux de joutes de plumes venimeuses avec des auteurs piqués au vif et qui, forcément, réagissaient …

Qui commençait, qui continuait, ces joutes malsaines pour tout le monde, ? il valait mieux ne pas creuser mais se concentrer pour que cela cesse.
Alors, dans ce contexte, la baguette fit apparaître sur la piste, contraintes et forcées, les plumes blanches connues, mais les plumes noires connues et inconnues aussi, males et femelles confondues ! Elles étaient toutes belles, les garces, obligées de sourire et de se montrer … Mémé chercha une jolie plume noire pour danser avec la Main de Thôt, mais le Thôt, en grève (on ne savait pour combien de temps), préoccupé par son projet de pétition pour que les plumes noires s’affichent sur le site, justement, harassé par les harangues hargneuses de William envers lui (il faut dire qu’il y mettait le paquet !), le Thôt, donc, ne décolérait point et Mémé, tempérée comme elle pouvait par Lena, dut se résoudre à le laisser dans son coin.


Et la Main se croisait les doigts,

Comme si elle croisait les bras !

Mais oui, c’est vrai, elle le faisait,

Vir-tu-el-le virtuosité !

Et à côté d’elle campée

Son avatar à l’œil masqué,

Tourné en pancarte disait :

« En grève pour caus’ de ras l’bol ! »

Laiss’-le dit Lena, n’sois pas folle …

William aussi clamait slogan :

« J’vise les textes, pas les gens ! »

Oh, lui, on va le faire danser,

Disait la Mémé déchaînée,

Allez, pas avec la Fée Bienne,

Car c’est trop, qu’à cela ne tienne,

Mais avec Plum’ Imaginaire,

Car l’initier il proposait,

Tiens, à la kenamilité !

Stellamaris dansait au loin

Sur un magnifique rond-point

Tout entouré de p’tits lapins.

Il n’était bien sûr pas lui-même

Ce rôle-là, pas sûr qu’il aime

Mémé avait eu cette idée,

Vision d’un poème germé

Pris dans la tête de Lena;

Qui ne put parer à cela.

Om Salma, Coram, Nolimé,

Féebienne aussi ondulaient

Farouk à elles se joignait

Sur musique bien balancée,

Dalistayeb, Djamal jouaient.

Bel Catou, se fichant de tout,

Embrassait son Jul’ dans le cou

Se plaignant qu’il était tout mou

Mais la salsa le réveilla.

Et Marie-Louve dansait avec l’Evêque,

Shocking, mais comment les mettre donc en échec,

Horreur, se dit Lena, mais il n’a pas le droit,

Va se faire damner par les autres prélats.

Mémé rectifia le tir et grand Loup apparut

À la place, car c’était un malentendu.

Avec Marie-Louve grand Loup pouvait valser

Car on était toujours en plein’ virtualité.

Quarante-huit heures durant le bal continua.

Di, Rahar, tous les autres tournoyaient heureux,

Pauvre Mona dansait avec le canard bleu,

Ordre de la Mémé à l’esprit malicieux.

Et quant à Tof’, alternant jupe et pantalon,

Des changements de cavaliers donnait le ton.

Lena ne pouvait pas, prise dans la Mémé,

Sorcière pas méchante, elle le voyait,

Qui leur permettait, malgré tout, de s’amuser.

Corvée n’était pas trop, mais qui durait, durait !


Réveil, reprise de conscience, soulagement de Lena.


C’est alors qu’en mettant les deux pieds hors du lit,

Du ballet déjanté les yeux encor’ emplis,

Une étrangère nuque son regard capta

D’un être bizarre, qui était assis là.

Mais de sa combinaison les couleurs changeaient,

Cela au moins était connu, pas de danger.


Le canapé, elle contourna

Et ce fut lui qui sursauta !


Alors, Lena sourit, pas du tout indignée

Et attendit qu’il veuille bien se présenter.

Oh ! Mamzelle Lena, Aristide je suis,

Clown robot, robot clown, c’est moi qui ait choisi.

Attendez, je sors mon nez rouge, le voici !

Pour vous servir Madame je suis donc ici.

Cassandra a voulu m’envoyer vous aider

A vous désencombrer l’esprit de ces fadaises,

Soulager votre nuit, ne vous déplaise !

Le bon robot portait une jolie bedaine

Et ne semblait pas du tout connaître la haine …

Ce qui réjouit Lena, elle allait l’oublier,

C’est qu'à Michel Serrault la voix il empruntait !

Nouveau "Michel" ? C’est la mode chez les robots.

"Bonjour Aristide ? Copain de Danilo ?"


Aristide, sans se faire prier, lui affirma que oui et lui raconta leurs exploits communs, en vrai et pour de rire, tandis que Lena se détendait et buvait son café.
***

Notes de Lenaïg
- Chapitre créé le 30 juin 2008, lors de la bataille des plumes blanches et des plumes noires sur Lgdm ; le personnage de Lena, tout comme l'auteur(e), a commencé à écrire sur un site d'écriture !Aristide
- Si des anciens de Lgdm viennent à passer, ils reconnaîtront des "figures" connues, ou ... se reconnaîtront eux-mêmes !
  
- Il est peut-être bon de rappeler que le grand robot Danilo, le fiancé de la Fée Dodue, prend la voix du comédien Michel Roux (doublure française mémorable de Tony Curtis dans "Amicalement vôtre", entre autres).

A suivre !

Tag(s) : #Roman - Lenaïg - Ils sont là !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :