Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Disparu, oui mais après ?

 

 

orion-constellation.jpg

 

Stellio Buscasson à 5 ans :

 

Il est parti,

il n'est plus là !

Tu pleures qui ?

Ben, mon papa.

 

Un jour il n'est

pas revenu,

il n'a jamais

réapparu.

 

Le monde médiatique,

à la même époque :

 

Aucune trace,

très déroutant !

Ni dans l'espace,

ni dans le temps ...

 

Stellio Buscasson à 25 ans :

 

Me voilà libre

de chercher !

Mon équilibre

y est lié ...

 

Stellio Buscasson, deux ans plus tard :

 

Maman, coucou !

je tiens la piste,

c'est le bon bout,

ne sois plus triste !

 

Stellio Buscasson,

deux ans et six mois encore plus tard :

 

Note du relateur :

Pour ceux qui sont intéressés par cette fabuleuse histoire vraie, patience et concentration absolue leur sont demandées, difficile discipline en cette époque bondissante des cerveaux hyperactifs en constante ébullition, où toute communication doit être la plus brève possible pour avoir la chance d'être retenue au passage. A ceux dont l'attention a été accrochée, nous allons passer des extraits médiatiques recueillis de l'enfance de Stellio et de l'affaire de la disparition de son père à un récit qui se poursuit en phrases longues et articulées, à l'instar de ce qui s'écrivait jusqu'au XXème siècle de notre datation humaine ...

En fait, cette forme de communication et d'art se nommait la prose, nous ne chercherons pas à égaler le style de Marcel Proust (clin d'oeil aux férus de littérature ancienne), nous ferons juste de notre mieux.

 

Le jeune exoscientiste Stellio Buscasson ne s'était pas remis de la disparition de son père, dans des circonstances gardées secrètes par le GCTI (grand conseil transtemporel et intergalactique) mais qui avait occupé les media pendant plusieurs années, chacun y allant de sa conjecture ! La mère de Stellio et compagne du pilote volatilisé, Aurora non plus, noyant son désarroi et son chagrin dans de sublimes oeuvres visuelles abstraites que s'arrachent maintenant les amateurs d'art ...

 

Etant donné nos récentes informations, gageons que ces oeuvres seront désormais l'objet d'une convoitise ... encore plus acharnée ! Nous n'avons pu vérifier l'authenticité de nos sources, mais nous ne devrions pas tarder à en avoir le coeur net : nos caméras sont braquées sur le tarmac 170BS où est attendu le jeune exoscientiste d'un instant à l'autre, en principe pas seul ...

 

Incroyable, l'énergie déployée par le jeune Stellio dès son adolescence, pourtant sportive et enjouée, inouï son sérieux en parallèle, axé sur une immense avidité de savoir, souvent en contraste avec l'insouciance de ses camarades ... Pilote lui-même, scientifique reconnu, nous ne l'ignorons plus : sa motivation profonde est restée la même, retrouver son père et, si possible, le faire revenir !

 

Après avoir, par ses travaux, largement contribué à percer le secret des trous noirs de l'espace, où nul humain n'a encore osé s'aventurer, la science n'ayant pas la recette du retour à ce jour, avoir emmagasiné des quantités infinitésimales de données légales et illégales, perdu et gagné bon nombre de procès à cause de cela, s'être mis à dos le GCTI pour avoir piraté les moindres recoins informatiques de celui-ci, avoir été un des volontaires pour les premières téléportations, subi à la suite de celles-ci des interventions chirurgicales réparatrices fort heureusement réussies, il revient, cette fois par la voie de l'air, et de la Constellation d'Orion !

 

Des indiscrétions nous ont révélé le scandale qui entache le GCTI : la prise en otage du père de Stellio par une organisation humanoïde ennemie lors d'une embuscade céleste non détectée, l'interdiction formelle du GCTI à ses camarades de conduire des expéditions de recherche sous prétexte de tenir en respect loin de la Voie lactée les envahisseurs conquérants, interdiction qui bien sûr fut contournée par des hommes courageux, loyaux et solidaires, hélas sans succès (faute d'appuis), enfin l'abandon pur et simple de Niels Buscasson à son sort ...

 

A la décharge du GCTI, peut-être, reste le fait que, mis à part les militaires, nul n'a pu voir nettement (quelques vidéos furtives et floues circulent, vendues à prix d'or, forcément) à quoi ressemblent nos ennemis tenus en respect. Certains témoins, passés par de puissants soins psychiatriques, laissent juste échapper : "moins on en sait, mieux on se porte" !

 

Quand il a été sûr de son fait, prenant un congé sabbatique, Stellio a mis le cap sur la planète d'Orion dont nous ignorons le nom et la localisation, où son père a vécu tel le Robinson Crusoé de l'écrivain Daniel Defoe, déposé par ses ravisseurs, apprivoisant quelques spécimens de la faune locale  ... Dans leur fuite précipitée, dans le plus grand désordre, les envahisseurs ont oublié de l'exécuter ! Voie royale et parfaitement dégagée pour le jeune Stellio, qui a dernièrement réussi à capter les signaux paternels, ce que le GCTI ne s'est à aucun moment donné la peine de faire ...

 

Voici que se pose l'astronef sur le tarmac 170BS ! Deux hommes en descendent : Stellio est rayonnant, cheveux au vent, Niels souriant, totalement imberbe et crâne poli, mais l'air de famille est indéniable ...

Aurora est là, une jeune femme aussi (est-ce la petite amie de Stellio ? Le jeune homme va peut-être enfin vivre pleinement pour lui-même !).

Fin de cette chronique, pour les détails des retrouvailles, les révélations époustouflantes, nous passons le relais.

 

Signé : Piotr Asma Jimenez Lenaïg

 

Robinson-Crusoe-full.jpg

 

***

A l'abordage, défi n° 86 chez Hauteclaire (clic !) :

et si tout n'avait pas été dit ...

Merci beaucoup, Hauteclaire, de stimuler ainsi notre imagination,

gros bisous !

 

orion-constellation.jpg. —Image courtesy A. Dupree (CfA), R. Gilliland ...

newswatch.nationalgeographic.com

Robinson Crusoe full jpg 564 x 800 - jpeg - 164 Ko

junglekey.fr

 

 

Tag(s) : #Jeux
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :