Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

mari-de-la-coiffeuse-90-06-g

 

Horreur ! 20 h 45 ce dimanche soir, Lenaïg n'a pas écrit une seule ligne pour le défi de Hauteclaire, tout en ayant cogité ça et là depuis qu'elle a pris connaissance du sujet ... Plusieurs idées se télescopent maintenant, contradictoires, et le découragement la gagne ... Non, pas vraiment, mais un peu quand même, car elle ne sait pas par quel bout les prendre, ces idées, mais dans l'urgence, elle sent que tout va se décanter, c'est toujours comme cela qu'elle a fonctionné. Ce qu'elle sait, c'est qu'elle va prendre la tangente, recourir à des trucs et des ficelles pour parvenir à faire apparaître le mot FIN, comme il se doit au cinéma, biaiser pour traiter le sujet. Lenaig s'est connue plus en forme (enfin, c'est ce qu'elle croit) mais, déjà, un plan, non pas de ce qui se passera mais de comment elle va procéder s'élabore et elle espère que le reste suivra.

 

Est-ce l'ombre d'Alain Delon qui fait parler Lenaïg à la troisième personne du singulier ? Cela s'est imposé, on dirait ! Pourtant Lenaïg a toujours préféré Belmondo ! Mais il est hors de question de donner une suite à un film de l'un ou de l'autre, sacrilège ! Oui, enfin bien sûr qu'on peut, avec de l'imagination et du toupet, mais ... rien ne vient de ce côté ! Alors, je (!) me suis demandé quels films m'avaient laissée sur ma faim et ma mémoire m'a fait défaut. Il y a bien Habemus papam, ce film existentiel et drôle, où le Pape abdique et laisse tout le monde dans l'embarras, mais non, la barre est trop haute pour moi ... J'aurais bien essayé de trouver un subterfuge pour faire renaître Le mari de la coiffeuse de Patrice Leconte et lui redonner la joie de vivre mais ce serait "flinguer" l'esprit de l'oeuvre du cinéaste et un affront à la performance de Jean Rochefort ... Oh, puis j'aurais aimé que le dialogue entre le Ghost Patrick Swayze et sa veuve Demi Moore se poursuive, mais tout le monde sait que les fantômes s'effacent de la surface de la Terre dès que ce qui les y rattache disparaît et qu'ils trouvent la paix ... 

 

Ces deux films-là, je m'en souviens assez bien mais, j'y pense maintenant, un autre film me vient aussi à l'esprit qui pourrait faire l'affaire, même s'il ne figure pas forcément parmi ceux que je préfère : Lost in translation ! Lors du baiser d'adieu à la fin du film, quelques paroles sont échangées, que nous n'entendons pas ... Hauteclaire nous demande un résumé du film. Il arrive ! Mais je ne l'ai pas rédigé, Monsieur Wikipédia l'a parfaitement fait, je vais me contenter de copier-coller :

 

"Lost in Translation est un film américain de Sofia Coppola, sorti le 29 août 2003. Cette comédie dramatique, avec Bill Murray et Scarlett Johansson dans les rôles principaux, a reçu un très bon accueil à la fois commercial et critique et a remporté de nombreux prix, dont l'Oscar du meilleur scénario original, le Golden Globe du meilleur film musical ou comédie et le César du meilleur film étranger.

Bob Harris, acteur américain prenant de l'âge et à la carrière instable, arrive à Tokyo, au Japon, afin d’y tourner une publicité pour un whisky de la marque Suntory, contrat qu'il a accepté en partie pour l'argent et en partie pour fuir son épouse. Incapable de s’adapter au décalage horaire et à la situation présente, il passe le plus clair de son temps dans l'hôtel de luxe où il réside, gratte-ciel dominant la ville. Pendant ce temps, Charlotte, une jeune femme récemment diplômée de l'université venue à Tokyo afin d’y accompagner John, son mari, un photographe de célébrités, s’ennuie et se sent seule, incertaine à propos de son avenir et de ses sentiments envers l'homme qu'elle a épousé. John se consacre en effet entièrement à son travail, délaissant Charlotte au profit des célébrités qu'il côtoie, comme Kelly, une actrice.

Peu après leur arrivée, Bob et Charlotte, qui souffrent tous deux d'insomnie, se rencontrent dans l'hôtel et commencent à sympathiser. Après plusieurs brèves rencontres, Charlotte invite Bob à une soirée avec des amis japonais et les liens entre eux deux se resserrent, liens amplifiés par le choc des cultures qu'ils ressentent tous deux et l'isolement dont ils souffrent. Ils passent dès lors beaucoup de temps ensemble mais, l'avant-dernière nuit avant son départ, Bob couche avec la chanteuse de l'hôtel. Le lendemain, quand Charlotte le découvre, cela crée de la tension entre eux et ils se brouillent. Ils se réconcilient néanmoins pendant la nuit à la faveur d'une alerte incendie.

Le matin suivant, Bob est prêt à repartir pour les Etats-Unis, et Charlotte et lui, tous deux gênés, se font de brefs adieux à l'hôtel. Alors qu'il est en route pour l'aéroport, Bob aperçoit Charlotte dans la foule. Il la retrouve et la serre dans ses bras en lui murmurant quelque chose à l'oreille. Ils s'embrassent et se font à nouveau leurs adieux."

 

Eh bien, voilà, de l'inachevé ! Alors, jusqu'à ce soir j'envisageais de faire se revoir le héros et l'héroïne dix ans plus tard, de les faire se rencontrer par hasard, heu, à l'aéroport de Montréal (par exemple), Bob attablé devant une poutine et des chips au vinaigre, buvant une Coors et croisant le regard de Charlotte se dirigeant vers le bar pour y prendre un simple café ... Bob venu prendre un avion pour passer une semaine de repos aux Etats-Unis, ayant divorcé, pris un agent et obtenu un contrat confortable pour un rôle du genre de Mike Delfino, le plombier mari de Susan dans Desperate Housewives mais dans une production américano-canadienne ; Charlotte, divorcée elle aussi et devenue à son tour photographe, fraîchement débarquée pour un reportage délicat sur la chasse aux bébés phoques ... Et on saurait dès le dialogue initial ce qu'ils s'étaient dit à la fin du film de Sofia Coppola et ils vivraient cette fois une passion intense et des aventures et mésaventures hautement périlleuses parce que Bob déciderait de ne pas prendre l'avion pour rentrer chez lui et d'accompagner Charlotte ...

 

Mais Lenaïg se dégonfle et saisit maintenant pourquoi elle se réfugiait tout à l'heure derrière la troisième personne du singulier, pas pour un ego surdimensionné, manifestement, plutôt parce qu'elle manque de souffle imaginatif pour continuer ! Et elle a pensé tout le temps qu'elle écrivait (même un peu avant aussi) à : E. T. et son : "Je serai toujours là !" L'idée géniale (non ?) serait un nouveau film sur les retrouvailles des deux gamins, ET l'extraterrestre et Eliott l'humain, devenus adultes.

 

Hé hé, il faut faire vite, Steven Spielberg est en ce moment à Paris, il me faut le rencontrer, le convaincre, on comprendra que je me hâte maintenant, comptant sur mon improvisation et mon enthousiasme pour convaincre le grand metteur en scène. Une bonne nuit de sommeil est essentielle pour passer à l'action. Mais je ne fermerai pas cette page sans jeter quelques indications : le côté fantastique et science-fiction sera plus accentué, du fait qu'on quittera la Terre pour suivre Eliott devenu pilote d'astronef pour des équipes d'exploration spatiale et qu'un jour le message lui parviendra dans son casque : "Je suis toujours là !" Eliott croira avoir une hallucination auditive mais l'avenir lui apportera la preuve que non et une intense excitation et de merveilleuses découvertes.


Bon, voilà, je cesse de bluffer, ce sera tout pour aujourd'hui ... Travail bâclé ? J'assumerai, je n'ai pas pu faire mieux, mais j'ai essayé et d'abord ce n'est pas du travail, c'est un défi ludique, il faut qu'il le reste ...

 

Dernières choses (importantes) : photo de Jean Rochefort, d'E.T. et Eliott, une des chansons de Talons Aiguilles de Pedro Almodovar, paroles de Nino Ferrer et deux liens aide-mémoire,

qui me permettront de passer en revue tout plein de films et de me remémorer tous ceux, nombreux, qui m'ont marquée, qui m'ont fait sortir des cinémas tout éblouie après le mot :

 

Fin !

 

Lenaïg


n et

 

 

 

L'énoncé du très joli mais corsé défi de  Hauteclaire :

(en cliquant sur son nom, on pourra lire sa magnifique page

où elle relève son propre défi) :

 

Le blog des Croqueurs n'affiche sûrement pas encore toutes les participations,

mais j'ai déjà pu découvrir : Mansfield, Jill, Monelle,

Jeanne Fa Do Si, Annick,

Marie de Cabardouche, Fanfan

Jill, Annick, Monelle et Jeanne Fa Do Si m'ont fait le plaisir de me lire,

en cliquant sur leur nom au bas de leurs commentaires, on sera chez elles !

En cliquant sur les noms plus haut en vert, on sera chez elles aussi ! 

M'amzelle Jeanne   a des petits soucis

pour rendre visible sa participation,

on essaie de l'aider et on sera heureux

quand elle aura enfin rompu le grand silence blanc !

PS : Houra, Jeanne a réussi !


 

Avec l’approbation de notre cap’taine, je reprends la barre pour cette nouvelle traversée de la quinzaine, et je vous propose le défi suivant :

                                                                                  Silence on tourne !


Un film vous reste en mémoire depuis longtemps, depuis toujours. Ou bien une série télévisée. Ce film, ces épisodes, vous y repensez régulièrement et surtout … vous regrettez qu’ils se soient arrêtés là ! Vous en êtes sûrs, il faudrait une suite.

Alors, c’est le moment, vous êtes le metteur en scène et auteur de cette suite. Mais pour que ce film, cette suite, voit le jour, il faut présenter un projet aux producteurs pour les convaincre.

Vous allez donc nommer le film d’origine, et en faire un petit résumé (surtout s’il n’est pas très connu) Ensuite, il faudra donner un titre à votre œuvre, et faire un plan de ce qui se passera. De ce plan, vous extrairez une scène, sous forme de script. Décrire ce qui arrive, le décor, les indications que vous donnerez à vos acteurs, et quelques lignes (ou plus) de dialogue. Vous pouvez aussi choisir vos acteurs, et suggérer qui vous voyez dans les rôles. Choisir aussi une musique qui vous parait « coller » si une vous vient en tête. Si vous aimez dessiner, faite-vous plaisir, comme à nous, avec quelques cases de storyboard, qui montrent votre décor par exemple.

Que votre film de référence soit un polar, un film d’action, d’amour, historique, de sf ou d’horreur, ancien ou récent, tout est possible, c’est vous qui décidez !

Votre script est à poster pour le lundi 21 à 8 heures, sous le pavillon de la communauté.

 

Pour les jeudis en poésie, je vous propose pour le 17 : la femme fatale  et pour le 24 : le héros

( si vous préférez faire une analyse d’un personnage de ce type, c’est possible aussi )

Voilà, très bonne traversée, et surtout amusez-vous !

 

 

Tag(s) : #Jeux
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :