Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

Cunégonde en  grande vadrouille,

du Moulin Rouge vers le Midi

avec les Poissard- Voisard

L’Excursion « 2 »

file_69_21-copie-1.jpg

Vêtue de ses plus affriolants atours rouge pompier, Cunégonde juchée sur ses mules à pompons vert melon fit une entrée remarquée digne des grandes divas sur le tapis rouge. Elle hallucinait. Là la réalité : elle avec de vrais Français dans ce grand moulin aux ailes rouges pareilles à des machines à sous bruyantes et clinquantes. Elle se voyait telle Blanche Neige au milieu de ses nains : les Poissard et leurs bons amis.

 

disney-blanche-neige-74.gifElle replaça son corsage pour mettre en valeur sa poitrine garnie de mousse de secours. Tout autour,  Darling et sa bande de beufs brassaient la cabane du Moulin. Les exclamations volaient et le champagne coulait à flots. La Poissard en menait large sur la piste au point où elle écrabouilla la pauvre Sucedebout en dansant un semblant de french cancan. C’est Courtecuisse qui d’un air guilleret vint vers elle le premier. Il lui lança,

 

-          La cousine voudrait’ elle danser avec son honneur Courtecuisse, maître en son domaine ? 

 

-          J’pense ben qu’ ce s’ra pas d’r’fus ! J’veux ben danser la bastringue avec toé si tu m’donnes de ton Baby Duck.

 

-          Du Bébé Duc ?  V’là mon Moët et Chandon, c’est pareil. Viens Poupoule, viens, on va lever la cuisse par-dessus les girls que je veux voir par-dessous.

 

-          Avec la baquèse à votr’ami, y rest’u assez de place su’ la piste ?  

 

wedding1.jpgPenaude, la Poissard ramenait à sa chaise Sucedebout à qui on dut mettre un pied dans un seau à glace. Courtecuisse et Cunégonde filèrent le parfait bonheur en vidant les Moët et Chandon et en dansant sur la grande scène le french cancan jusqu’aux petites heures du matin.  Bien réchauffée, Cunégonde n’avait d’yeux que pour les puissantes cuisses de son nouvel ami. Grisée, d’une main baladeuse, elle tâtait la marchandise quand la Poissard, cette casse-couilles, vint jeter  l’eau glacée sur le feu de l’action du Moulin Rouge.

-          Mon canard, assez ! J’ai mal au cœur, je sens que je vais vomir si on ne rentre pas chez nous maintenant !

 

Exaspérée par la baleine à Poissard, Cunégonde chaudasse, hurla : « Chauffez-y la guerloute quequn à c’te mouche à trois culs-là ! A’ peut pas faire du chesterfield avec son docteur et nous crisser patience pour une fois c’te grande baudruche ?

 

Sous la nappe, Djosette jouait de son genou canari sur celui du bon monsieur Poissard. Le pauvre bougre  rougissait comme un puceau et restait planté drette-là, craignant que sa libellule aux yeux de lynx ne vienne lui crêper le chignon. Au forçail, il irait jusqu’à lui masser ses nichons-boulets-de-canons pour lui faire digérer ses rillettes et son foie gras. Surtout,  détourner son regard dessus sa démangeaison d’homme.

 

images-copie-8.jpgFinalement, c’est le videur du Moulin Rouge qui mit tout ce beau monde dehors juste avant le lever du soleil. Direction, droite toute : Lyon en TGV. Cunégonde vacillante sur ses mules, chantait à tue-tête «  Prendre un verre de bière mon minou, prendre un verre de bière right trou… »  Sur le quai de la gare, Djosette perdit encore une fois son dentier en lui criant : « Ah, shut up la grande horloge ! »  Par chance, celui-ci tomba dans la profonde crevasse creusée dans tgv-pour-mamie_1337239216_img.gifl’immense devanture de m’am Poissard. Le docteur s’empressa de les extirper de leur fâcheuse position et par galanterie, il les sécha du bout de sa manche avant de les remettre dans la bouche de Djosette qui n’apprécia guère. Elle se gargarisa vivement avec son eau bénite qu’elle recracha sur les bottines de Courtecuisse.  À pic, Cunégonde lança, « Aye la Marsoin, salis pas  mon homme ! J’va t’les faire avaler tes dents de plastique. »  V’là la grosse Poissard qui réplique à Cunégonde :

 

- Z’êtes culottée la grande Québécoise ! Apprenez que madame Courtecuise est ma meilleure amie parfois. Courtecuisse est marié devant Dieu et les hommes ! Et puis, madame Courtecuisse m’a toujours dit que son mari tirait à blanc. Son honneur d’homme, il l’a dans les cuisses.

 

- Y’a belle burette que les femmes au Québec ont compris le mot De Gaule : Libre ! Les hommes sont à nous. Suffit de les pécher. Courir la d’rouine, c’est not’ sport ! Barre-toé la Poissard !

 

 

Furibonde, madame Poissard regrettait sa généreuse largesse d’esprit, elle qui avait  accepté de recevoir cette garce chez elle.

 

Monsieur Poissard filait doux et le plus loin possible de sa libellule.  

 

20101210d.jpgQuant à la belle Darling, l’indigne cousine des Poissard, c’est au bras de l’ex-moustachu qu’elle roulait des hanches en lui en mettant plein la vue avec sa robe plongeant l’ouverture jusqu’à son nombril bijouté de diamants.

 

Courtecuisse et Cunégonde blottis l’un contre l’autre cuvèrent leurs Moët et Chandon en ronflant comme des soûlons et Frappe-qu’un-coup les secoua vigoureusement à la gare de Lyon Perrache.

 

Émergeant des profondeurs et des vapeurs de Chandon, encore éméchée, Cunégonde brandit son gros parapluie à fleur de peau devant Frappe-qu’un-Coup qui sous le choc, sortit par la fenêtre de la cabine 43. 

 

À suivre…

 

Marie Louve

 

 

ampere18.jpg

 

Illustrations :

  • Trombones Moulin Rouge, www.moulinrougestore.com
  • Blanche neige Disney, www.images.gifsmaniac.com
  • Moët et Chandon, voir sur l'image
  • TGV noir et blanc, www.coloriage.gulli.fr
  • TGV coloré, www.coloriagesgratuits.com
  • ... aller dans les reflets des reflets des reflets dans les vitres du TGV ?)
    forum.cfsl.net
  • Gare de Lyon Perrache

 

 

Tag(s) : #Fantaisie et sérieux chez Marie-Louve
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :