Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De : t.kerloch @ hotdog.com
A : w.ohne-toutedantou @ ilauxrupins.com
Envoyé : 11/10/2010 23:14
Sujet : fin de non recevoir

37671974 pBonsoir Wilfrid,

Un dernier mot car je vous signale que je ne répondrai plus à ce genre de messages, dont vous abreuvez en ce moment votre famille. Comme je suis d'un naturel respectueux, en tout cas c'est notre tradition familiale à nous, les Kerloch, je tâcherai de resterai poli, bien que j'en aie soupé de votre grossièreté chronique.
D'ailleurs, le tutoiement que vous employez à mon égard est une grande nouveauté car jusque là, avant que nous nous écrivions, le vous était en vigueur de part et d'autre.

 

Je déplore que vous ne soyez passé au "tu" que dans l'intention de me rabaisser, me traiter d'incapable. Je vous prierai de vous mêler de ce qui vous regarde. J'ai commis l'imprudence de vous révéler un petit incident concernant Emilie, vous avez cru bon d'intervenir sans me consulter et la renvoyer dans ses foyers. J'ignore comment vous vous y êtes pris ; le fait est que vous avez réglé le problème, mais ce n'était pas ce que je vous demandais (à ce sujet, votre réponse est négative, j'aurais dû m'en douter).


J'ose espérer que votre état d'esprit actuel n'est que passager. Est-ce dû au fait que vous n'avez plus accès à la messagerie du SKUTE ? Vous apparaissez aigri, désireux de diviser en prêchant le faux. Je ne vous crois pas une seconde concernant Fred Louarn, voyons, qui est un ami de longue date et en qui j'ai toute confiance. Je le connais comme si je l'avais fait ! Pure invention de votre part. Je ne lui mentionnerai même pas votre insinuation, il a d'autres chats à fouetter et s'il veut communiquer avec vous, il vous contactera directement.

Etonnant, par ailleurs, que vous vous retranchiez derrière Georgette, comme si vous vouliez l'entraîner dans votre délire. Car c'est de cela qu'il s'agit. Loin de moi l'idée de lui écrire à elle, derrière votre dos. Je vous dis en face ce que j'ai à dire, ce n'est pas mon genre de semer la zizanie. C'est d'ailleurs Georgette qui va recevoir un message commun de Charlotte et moi lui souhaitant tout le bonheur possible après votre soudain mariage.

 

En admettant que j'aie encore une once de sympathie pour vous, je pourrais me déclarer inquiet et vous prier de consulter d'urgence notre bonne Doc Toctoc. Vous n'avez pas honte de traiter votre soeur de la sorte ? Puisque vous ne voulez pas lui ouvrir la porte de votre appartement, pourtant assez spacieux, il n'est pas question qu'elle s'installe à l'hôtel. Nous continuerons à nous arranger, entre gens de bonne composition. Madame Taratatapian aura sans doute une solution pour que nous ne restions pas les uns sur les autres le temps du séjour de Juliette à Santa Patata.

 

Nous ne ferons donc pas jaser le voisinage sur votre comportement. Rien ne viendra de moi, c'est sûr. Lorsque vous rentrerez, je continuerai à vous témoigner du respect, extérieurement mais il ne faudra pas chercher plus loin. J'ai comme une démangeaison latente de vous coller mon poing sur la figure et les seules choses qui pourront me retenir, ce seront votre grand âge (car le "vieux", c'est vous, que vous le vouliez ou non) et l'éventuel diagnostic que vous avez bien l'esprit dérangé.

 

Je me dois de me consacrer à des affaires bien plus sérieuses que celles où vous voudriez me voir glisser et il n'est pas question que vous compromettiez la bonne marche des opérations. Pas question non plus que vous détruisiez mes efforts pour contribuer à donner à ma Charlotte l'assurance et la sérénité qui lui ont manqué jusqu'ici.
Je vous quitte, en vous recommandant une nouvelle fois de consulter.

Votre "cher" Tugdual, qui, moins il vous verra, mieux se portera.

***

 

Lenaïg

 

 

 
Tag(s) : #Roman multiplume (over-blog)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :