Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roman jeu multiplume par courriels.
***


Un immeuble, sis au 101 Rue de la Mazurka.
Une ville imaginaire : Santa Patata.
Un pays inventé : Miroboland, frontière commune et nombreux liens avec la France.
***

 

 

Adresses des divers correspondants de ce chapitre

C-luigi-paper @ hotmail.com

Herminavanderprout @ hotmail.fr

Paolotekila @ ca.com

Blanche.tuttiquanti @ ailleurs.fr

Tugdual.kerloch @ hotdog.com

Taratatapian @ serpillère.bet

Charlotte.des3maison @ hotmail.fr

Wilfrid.ohne-toutedandout @ hotmail.com

Nolimit @ lagazette.mi

Jane.hermanie @ orange.fr

Claire.sirocco @ gmail.com

Doloressanchezrodriguezdelavega @ arriba.ole

Lumina40 @ hotmail.com

***

 

 

Auteur : Om Salma.

***

 

Partie du message émis par Luigi commune à tous les destinataires :

De : C-luigi-Paper
A : Tous les habitants du 101 rue Mazurka
Le : 17.9.2009
Objet : portes ouvertes Chez les « 2L »– appartement au troisième étage à gauche en sortant de l’immeuble.

L’ascenseur étant un espace commun, nous en profitons pour vous inviter tous et toutes à la fête que nous organiserons le 20.9 à partir de 19h00 dans notre appartement au troisième étage à gauche en sortant de l’immeuble. Cette soirée est donnée à l’occasion de notre réconciliation – ambiance folle garantie –– faites la diète à midi pour bien manger et boire le soir – dîner et boissons à gogo préparés et conçus par les 2 tourtereaux « Luigi et Lolita » – le couple le plus glamour de l’immeuble – une soirée dansante aux rythmes les plus fous vous attend – ne manquez pas le rendez-vous - un peu de joie et de gaieté ne ferait de mal à personne vous le savez mieux que nous – soyez tous au rendez-vous.
Consultez vos boites de réception, un e-mail personnalisé est adressé à chacun de vous-

N.B. l’emploi du tutoiement est un signe de connivence et non d’irrespect.
***

Rez-de-chaussée :
De : C-luigi-Paper
A Hermina Van Der Prout
Le : 17.9.2009
Objet : portes ouvertes Chez Luigi et Lolita–

Mme. Hermina, oublie les sacs à ordure, le balai et la serpillière et viens te dévergonder avec nous mais surtout évite d’enter en conflit avec la belle charlotte – à toi de montrer tes compétences et que la meilleure gagne.
Luigi & Lolita

 

Rez-de-chaussée :

De : C-luigi-Paper

A : paolotekila
Le : 17.9.2009
Objet : portes ouvertes Chez Luigi et Lolita–

M. Paolo, y’a un temps pour les comptes et un temps pour le plaisir – cette soirée est la tienne viens t’ régaler aux frais des princes – cette invitation est aussi valable pour ton docteur toc toc G. Sansouci – transmets lui nos respects et dis lui qu’il aura tout à gagner en participant à la fête - il pourra s’il le veut faire une psychanalyse de groupe.
Luigi & Lolita

 

1er étage :
De : C-luigi-Paper
A : Blanche Tuttiquanti
Le : 17.9.2009
Objet : portes ouvertes Chez Luigi et Lolita–
Madame Blanche, un festin pour ton Yorkshire Frizapla et toi – cette soirée est une occasion pour voir les gens de près, viens t’amuser avec nous au lieu de vivre sur le virtuel et passer ta vie derrière la fenêtre –
Luigi & Lolita

 

2ème étage :
De : C-luigi-Paper
A : tugdual.kerloch
Le : 17.9.2009
Objet : portes ouvertes Chez Luigi et Lolita–

M. Tugdual, même tabassé, t’as droit aux divertissements – tu peux t’faire accompagner par ton pote Fred Louarn aussi bien que ton protégé (?) – soirée à ne pas rater - des surprises à gogo – au dîner, t’as deux plats de choix entre une charlotte en flamme ou une Hermina garnie

 

De : C-luigi-Paper

Le : 17.9.2009
A : Taratatapian

Objet : portes ouvertes Chez Luigi et Lolita–

Mme Taratatapian : Nous avons besoin de vos services le 20.9 à partir de 13h00 – A toi le choix entre prendre un congé ou bâcler la lessive de M. Tugdual - nous sommes prêts à payer le prix fort pour réussir la fête -
Luigi & Lolita

 

3ème étage :
De : C-luigi-Paper
A : Charlotte
Le : 17.9.2009
Objet : portes ouvertes Chez Luigi et Lolita–

Mlle Charlotte : si tu veux te rapprocher de Tugdual et faire notre bonheur, ne rate pas cette occasion, tu peux inviter Lumina et maman Juliette pour te porter conseil si tu veux –
Luigi & Lolita

 

3ème étage :

De : C-luigi-Paper
A : Wilfrid Ohne Toutédantou
Le : 17.9.2009
Objet : portes ouvertes Chez Luigi et Lolita–

M. Wilfrid, en tant que célèbre financier bien connu dans le milieu des affaires et du moment que t’as, de tout temps, financé les manifestations culturelles et festives de par le monde – une occasion pour nous pour te rendre la balle – tu peux mettre tes pilules d’côté – cette soirée est un remontant pour ton cœur – une soirée folle t’attend – je dirai même qu’elle peut surpasser de loin celle que tu as vécu aux Nounours Farceurs ! Miss Georgette peut être de la fête – à toi de décider ?
Luigi & Lolita


4ème étage :
De : C-luigi-Paper
A : Noëlle Nozvad (nolimit@lagazette.com)
Le : 17.9.2009
Objet : portes ouvertes Chez Luigi et Lolita–

Chère Madame Nolimit : d’habitude c’est toi qui va chercher l’information – aujourd’hui c’est l’information qui vient jusqu’à chez toi – il te suffit de descendre un étage, de venir passer la soirée avec nous pour trouver matière à ta rubrique mondaine.
Luigi & Lolita

 

4ème étage :

De : C-luigi-Paper@hotmail.com
A : Jane.Hermanie
Le : 17.9.2009
Objet : portes ouvertes Chez Luigi et Lolita–

Chère Jane, la renommée de ton espace coiffure a dépassé les frontières de Santa Patata – Nous t’offrons une occasion pour souffler un peu - Lolita et moi serions très heureux de te compter parmi les convives.
Luigi & Lolita

***

 

 

Le même jour, au 4ème étage : la coiffeuse, Jane Hairmanie

Auteur : Anaëlle.

***

 

 

Jane.Hermanie
à Claire Sirocco

 

Chère Claire,
Cela fait un sacré bout de temps que je ne t’ai pas donné de nouvelles mais en ce moment, ma vie est un vrai tourbillon! Tu sais comme mon métier est prenant: mes clientes sont tellement exigeantes! Une mèche mal coupée et elles vont voir ailleurs! En plus, en ce moment, j’ai une cliente amoureuse. Je ne te dis pas! Enfin, c’est bon pour les affaires et tu sais que j’ai besoin d’argent pour mes voyages à la Réunion: ce n’est pas tout près!


J’ai une grande nouvelle à t’annoncer: je ne suis plus pucelle ! Heureusement, toi seule savais pour mon pucelage, sinon, j’aurais trop eu la honte: être encore vierge à vingt-cinq ans en 2009! Si les gens avaient su, ils m’auraient regardée comme une curiosité!
Comme tu t’en doutes, l’heureux élu est un certain Ferdinand. Jusqu’à présent, j’avais repoussé ses avances mais voilà qu’il a débarqué à Santa Patata sans crier gare et qu’il s’est installé chez moi! Je n’ai pas pu résister, je devenais chèvre!


Assez parlé de moi! Il faut que je te parle de ma cliente préférée, la gentille Charlotte. Elle est amoureuse du nouveau locataire, Tugdual Kerloc’h. Remarque, je la comprends: il ressemble à Lino Ventura! S’il n’y avait pas Ferdinand, je craquerais bien pour lui, moi aussi…Mais pas de danger: mon ami est mille fois mieux!
Le problème de Charlotte, en ce moment, c’est la fête organisée par Luigi Paper. Elle y est invitée et compte s’y rendre avec Tugdual mais elle est jalouse comme une tigresse et craint Hermina Van der Prout comme la peste.Du coup ,elle vient se faire coiffer chez moi cet après-midi. Hermina aussi, mais tu penses bien que j’ai choisi des heures différentes: je n’ai pas envie qu’il y ait un meurtre dans mon salon! Moi aussi, je suis invitée mais j’ai refusé: imagine si Hermina me volait mon Ferdinand!


Bon, je te laisse car il faut que je mange quelque chose: l’après-midi sera long et je tiens à réussir la coiffure de Charlotte. Je vais tenter de la convaincre de défaire son chignon et lui montrer mon modèle préféré: la Femme Vertigo. Je pense que tous les saints du paradis vont se damner pour elle si elle suit mes conseils!

***

 

 

Claire.sirocco
à Jane Hermanie

 

Chère Jaja,
J’étais ravie de recevoir ton mail et d’apprendre la grande nouvelle: enfin, te voilà devenue une vraie femme! Je ne connais pas Ferdinand mais les photos que tu m’as envoyées de lui me font comprendre ta faiblesse! Mais à mon avis, ce serait une grande erreur de l’emprisonner: les prisonniers veulent toujours s’échapper…Alors, va à la fête avec Ferdinand ! De toute façon, tu ne risques pas grand chose: tu seras là et tu pourras le surveiller discrètement! Et puis, aie confiance en toi. Crois-moi, tu es jolie comme un coeur et cela m’étonnerait fort qu’Hermina soit plus belle que toi! D’ailleurs, tu la coiffes, alors, débrouille-toi pour rater sa teinture! Tant pis si tu perds une cliente! Il faut savoir ce qu’on veut dans la vie!
Figure-toi que moi aussi, j’ai une grande nouvelle à t’annoncer! J’attends un bébé! Il est prévu pour le mois de février… Alexandre et moi, nous sommes ravis! Nous avions tellement envie de cet enfant! Demain, je vais voir le médecin pour ma troisième échographie et Alex prend sa matinée pour m’accompagner.
Il faut que je file: les magasins vont fermer et le frigo est vide!
Bisous.
Claire

PS N’oublie pas de prendre ta pilule!

***

 

 

Au rez-de-chaussée : la gardienne, Hermina Van Der Prout

Auteur : Victoria

***

 

De Hermina Van Der Prout
A Dolores Sanchez Rodriguez de la Vega

 

Ma chère Lolotte,

Ravie d’apprendre que tu as trouvé l’amour sous les cocotiers et que ton nonagénaire est une véritable bombe à retardement. Je pensais te voir revenir vite fait de ton périple, dissimulée sous des vêtement de deuil mais apparemment, tu as ressuscité l’ancêtre et le voilà reparti pour cinquante ans. Je ne sais comment tu t’arranges pour collectionner ainsi les amants.
J’aimerais bien que tu sois près de moi pour me guider. En ce qui concerne Tugdual , l’histoire n’a pas avancé d’un pouce. J’ai pourtant suivi tes conseils et me suis entraînée à reproduire ton pas de flamenco. En plus, Charlotte dont je t’ai parlé a pris pour habitude de le solliciter pour de longues promenades, sous le prétexte de lui changer les idées. Souviens-toi, je t’ai déjà informée de l’agression dont il a été l’objet.
Mais, je n’ai pas dit mon dernier mot et voilà qu’une invitation surprise va peut être représenter la chance de ma vie. Figure-toi que Luigi et la petite Lolita se sont réconciliés. Oui, une fois de plus. Après les bruits de vaisselle cassée, nous avons droit à présent à des miaulements qui alertent tout le quartier. Une véritable honte !
Mais passons, là n’est pas le sujet. Mon problème est que je ne sais vraiment pas comment m’habiller pour la soirée afin de paraître à mon avantage. Madame Jane m’a déjà fait une teinture et une nouvelle coiffure. J’ai choisi un roux incendiaire, style Rita Hayworth, une réussite !
Mais, j’hésite entre ma robe courte verte à la jupe froufroutante, ma longue robe noire au décolleté profond, ma robe asymétrique rouge vermillon ou ma robe imprimée en soie sauvage.
A moins que j’en achète une autre !
Si tu étais là, tu saurais de suite laquelle me ferait paraître la plus femme fatale.
Alors vite, réponds-moi, c’est une question de vie ou de mort.
Ta Mimine.

:

***

 

 

Au 3ème, chez Charlotte

Auteur : Marie-Louve.

***

 

 

De : Charlotte

Envoyé : 2009-09-17
À : Lumina


LUMINA ! LUMINA ! Vite, écoute-moi !
Non, non ! Désolée ! Je me calme. Je sais.
Tugdual, c’est lui qui veut que je le nomme ainsi depuis que Gaspard et nous, on se promène au parc Tournenrond ensemble. Bien lui et moi, je crois que nous sortons ensemble. Pas juste au parc. Nous serons au big happening des portes ouvertes chez la vamp de People, Lolita, ma voisine et le grand charmeur de Miroboland, Luigi Paper. Possiblement qu’ils annonceront leurs fiançailles devant leurs intimes, leurs voisins, avant que les journaux à potins ne s’emparent de leur romance tumultueuse. Lolita est tellement belle, Luigi doit être jaloux. Il lui fait des scènes pour des bagatelles. Il se fâche. Après, il a honte si j’ai bien entendu le sujet de la terrible dispute qui avait déprimé Lolita. On ne la voyait plus nulle part, mais étrangement, je suis certaine l’avoir aperçue se faufiler chez elle comme une voleuse quand People racontait son voyage de rêve à Playa Bimbo. Même gaspard ne l’a pas reconnue. Moi, oui. Elle a fait comme si je n’étais pas là. Depuis que je l’ai consolée, elle a changé pour le mieux.


C’est pour cette raison que je ne pouvais t’écrire avant. Je devais me trouver une robe vintage à mon goût, trouver le parfum Gentleman pour Gaspard et j’ai couru jusqu’à Paris, chez Mam’ Elle Swing, sans dénicher la robe de mes rêves. Il fallait que je revienne vite aux répétitions avec ma troupe Artoc. J’étais en retard. M. Alain Gallopin pas content, exigeait une raison valable. Je lui ai expliqué tout. Et grâce à lui, son ami personnel, Peter Schaufuss, le chef de ballet sur les célèbres chansons de la pin-up Marilyn Monroe, je porterai LA-CÉLÈBRE-ROBE-BLANCHE une copie authentique qui sert à leur spectacle à Londres. Je ne savais pas, mais je suis pareille de même taille comme Lawrence D’Arabie aussi. Je rêve ! Elle et moi, nous sommes des lionnes, je suis juste née plus tard qu’elle. Une distance de cinquante ans quand on est belle ce n’est pas grave.

 

M. Peter voulait me prêter la robe du président des Etats-Unis, mais M. Gallopin lui a dit que ce n’était pas mon genre. J’avais plus celui de la blanche. Lulu ! Diamonds are a girl’s best friend ? Cette fois, je veux que cela soit vrai. C’EST L’HOMME DE MA VIE !
Dessous ma robe, une dentelle blanche ou ? Qu’en penses-tu ? C’est pas très confortable le string. Mais s’il le faut, je porterai. Tu me diras. Là n’est pas mon plus grand problème.

 

Toujours la même. L’Hermina d’en bas. Toujours dans mon chemin quand je reviens avec mon celui à moi. Elle a du culot tout le tour de la tête. Hier, encore en kimono rouge, elle me l’a arraché du bras et de la laisse de Gaspard en l’entraînant de force dans son studio. « Ha ! Monsieur Tugdual ! Si vous tombez bien. J’ai un problème d’antenne croche sous le tapis. » Il est resté quinze minutes seul avec elle. Tu te rends compte ! Qu’est-ce qu’elle lui a fait ? Hein ? Des biscuits aux pépites de chocolat j’imagine ! Pire, elle est invitée chez Lolita. Je me retiens de ne pas penser à mal. Si je savais comment lui faire attrapper un immense feu sauvage, je le ferais. Jamais je ne croirai qu’elle oserait se montrer avec une telle hécatombe sur la bouche. J’ai le temps de trouver comment empêcher cette Emilie Van Der Prout numéro deux.

 

Pas question que je me fasse encore voler mon amour par une autre pareille à cette Émilie. Je te jure Lulu, je lui file du poil de chameau dans le dos si elle s’approche encore de mon Tugdual. Est-ce que tu sais où je pourrais en trouver ? Je ne peux plus me permettre de perdre mon amour. C’est trop tard. Le mal est fait et je vais bien le faire.
Demain, je serai aux Nounours à midi comme promis. Apporte-moi, ton sac à main de satin blanc. Il fera chic avec ma robe. Je n’ai même pas de bijoux. Omondieu ! Me faut’ il des bijoux ?

***

 

 

Au 3ème, chez : Tugdual

Auteur : Lénaïg

***

 

 

De : Tugdual.kerloch
Envoyé : le 17 septembre 2009
A : C-luigi-Paper


Bonjour Monsieur,
Je suis honoré par votre invitation pour dimanche soir, 20 septembre 2009. Votre tutoiement est bien sympathique, je reconnais là votre origine italienne ! Lorsque nous nous connaîtrons mieux, dans les meilleurs circonstances possibles je le souhaite, je vous dirai “tu” également.


Je viendrai avec un intérêt non dissimulé et que ne démentira pas mon collègue policier Fred Louarn, qui sera présent et vous remercie également de votre délicate attention. Nous serons déguisés, si vous n’y voyez pas d’inconvénient ! Cela ne vous sera pas difficile de nous reconnaître, étant donné qu’on nous prend souvent l’un et l’autre pour des acteurs de cinéma célèbres. Je n’en dis pas plus !


D’ailleurs, peut-être pourriez-vous suggérer l’idée à vos autres convives, par l’entremise de notre dévouée gardienne Mme Van Der Prout, qui placarderait alors un joyeux avis en ce sens dans l’entrée ? Sans imposer cette idée de déguisement à ceux qui ne le souhaiteraient pas, bien entendu !


A dimanche soir, donc.
Vous renouvelant nos remerciements,
Salutations sincères et intriguées,
Tugdual Kerloch
***

 

 

De : Tugdual.kerloch
Envoyé : le 17 septembre 2009 14:26:49

A : Charlotte


Ma douce Charlotte,
Nos promenades au parc me sont bien agréables, bien plus que les joyeuses réunions chez moi de toutes ces charmantes dames de l’immeuble, qui se plient en quatre pour le célibataire que je suis !


Permettez-moi de vous demander votre main ... Non, non, ne vous sauvez pas ! Attendez, lisez !
Oui, votre main, ou plutôt ... souffrez que je vous donne mon bras, avant de m’offrir à vous tout entier, pour que nous fassions ensemble notre entrée à la fête de Luigi Paper et Lolita dimanche soir !


Vous y viendrez, n’est-ce pas ? Ne dites pas non, car je m’y rendrai triste sans vous ! Ce n’est pas à Fred Louarn que je vais donner le bras, enfin !
Bien à vous,
Tugdual
***

 

 

Sur le même palier : Charlotte

Auteur : Marie-Louve.

***

 

 

De Charlotte

À : Tugdual Kerloch
Le : 2009-09-17   15 :39 :51

 

Mon bel ami Tugdual,
C’est avec grand plaisir que j’accepte ton invitation et me voilà agréablement surprise par cette délicatesse envers moi. Tu ne peux savoir à quel point je serai fière de t’accompagner à cette réception offerte par nos voisins, le célèbre couple Lolita et Luigi. Je me sentais vraiment intimidée de me présenter seule devant toute cette galerie mondaine qui réunit les dignitaires de Miroboland et nous, leurs voisins.

 

J’ai reçu des nouvelles de Sainte-Frigide. Tu me vois désolée de t’apprendre que tonton a fait une rechute de goutte. Il ne pourra venir célébrer avec nous, à moins d’un miracle. J’imagine qu’il a relâché sa diète en abusant du vin et des ripailles avec sa douce Georgette. L’amour fait perdre la raison. Je ne peux pas comprendre, mais j’espère ne jamais connaître cette déraison que je perçois chez tonton depuis son coup de foudre. Il n’est plus le même tonton.

 

Comme tu as pu le constater depuis que nous marchons avec Gaspard, je suis plus calme que tonton et surtout beaucoup plus raisonnable. Je ne perds pas la tête facilement. Cela ne m’est jamais arrivé. Je suis de nature très rationnelle, mais je me sais aussi très sensible à ton charme particulier. Je ferai de mon mieux pour te faire honneur et plaire à tes yeux.

 

À l’heure convenue, je serai prête. Mais si cela te convient, nous pourrions marcher ensemble jusqu’au parc avec Gaspard. Il fait encore beau et cela m’épargnera de devoir quitter trop tôt pour m’occuper de mon toutou chéri. J’aime beaucoup marcher dans les rues avec toi. Tu me diras ce soir quand on ira au parc pour notre marche de santé.
À ce soir, si rien n’est changé comme nous avions convenu hier.
Amicalement, Charlotte.

***

Tag(s) : #Roman multiplume (Lgdm)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :