Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Défi n° 228 chez les Crôqueurs, Colette à la barre : le train du quotidien - Lenaïg

Le défi de Colette :

« Le train quotidien va bientôt dérailler
qui veut rester dedans n’a qu’à s’accrocher. »
Robert de Houx

En vous inspirant de ces mots, sans nécessairement les employer, écrivez un petit quelque chose comme vous l’entendez, dans la forme littéraire qui vous plaît.
Défi n° 228 chez les Crôqueurs, Colette à la barre : le train du quotidien - Lenaïg

Le train du quotidien demeurait invisible aux yeux de bien des gens. Car, oui, il existait, tel le train à vapeur qui conduisait à Poudlard les élèves apprentis sorciers dans Harry Potter, train totalement inconnu des moldus. Etait-il à vapeur aussi, ce train du quotidien, surnommé le train-train ? Ah non, il était d'une autre essence, impalpable, protéiforme comme le navire des Crôqueurs de mots. Toujours est-il que bien des gens (les mêmes cités plus haut) se trouvaient embarqués sans s'en rendre compte. Ce train ne s'arrêtait jamais, ceci du moins pour les mêmes gens qui n'y prenaient pas garde.

Au fait, pour les citadins, le train portait un autre surnom : métro boulot dodo ! Et encore, ceux qui le surnommaient ainsi en étaient déjà à vouloir en descendre, ayant pris conscience que quelque chose n'allait pas et  qu'ils ... souffraient. Si l'on se contentait de rester dedans, ce train avait pour destination : la mort ! Terminus différent pour chacun. Les esprits avertis, moqueurs, cyniques lisant cette histoire de s'écrier : Peuh ! Pas la peine d'être dans ce train-là pour arriver à la même fin !

Soit ! Mais ce train du quotidien, qui avait donc autant d'aspects que d'occupants,qui était multitemporel et multidimensionnel, disposait de sonnettes d'alarme. En en déclenchant une, il était possible de descendre, de rompre la routine, se libérer des entraves de l'habitude, changer de mode de vie, rencontrer d'autres gens, visiter d'autres lieux, se découvrir des passions, toutes choses qui enrichissaient le sens de la vie et ralentissaient le temps psychologique.

Ce train du quotidien, pour sa défense, n'avait rien de cruel : il offrait même un cocon, il rassurait les gens qui ne se sentaient pas le courage de lui échapper. Il pouvait par ailleurs être regardé passer avec tristesse, envie et désespoir, considéré comme un refuge inaccessible par ceux qui n'étaient pas dedans car ... il y en avait, des gens qui n'étaient pas dedans. Ceux qui, ployés par la misère et la faim, n'avaient jamais pu monter à bord ou en avaient été éjectés comme des rebus de la société. Ceux tombés brutalement du train traversant des zones de guerre qui, eux, se seraient bien accrochés pour rester dedans, s'ils avaient pu.

Mais qui conduisait donc ce train ? Nul ne pouvait discerner s'il comportait une cabine de pilotage habitée ou s'il se conduisait tout seul. Ceux à bord qui éprouvaient un déclic, un sursaut révélateur, comprenaient que la clé du mystère se cachait dans leurs mains, jusqu'à un certain point parce qu'un puissant ennemi leur mettait des bâtons dans les roues : le manque d'argent, ce leurre entretenu jalousement par une poignée de gangsters ultrariches et leurs sbires financiers. Il fallait résister, s'entraider, peser sur la balance pour que ses plateaux tendent vers l'égalité libératrice.

Lenaïg

https://medium.com/train-train-quotidien-par-railz/train-train-quotidien-2-labordage-cc8ca77eaf52

https://medium.com/train-train-quotidien-par-railz/train-train-quotidien-2-labordage-cc8ca77eaf52

Tag(s) : #Jeux
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :