Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ESCARPOLETTE - 5/5 - RAHAR

 

« Tu sais Max, c’est bien la première fois que l’Asile Deffoux organise une sortie récréative.

— Ah bon ? C’est peut-être une stratégie publicitaire, Hector. Il y a encore de la place si je ne m’abuse ; Vincent est parti, et la vioque itou, le personnel n’a plus à se soucier des escarres de Paulette.

— N’empêche, je trouve ça louche. On nous a empêchés d’emporter quoi que ce soit, même une trousse de maquillage. Mais ils veulent nous exposer avec toutes nos décrépitudes ou quoi !

— Allons Charlotte, tu restes belle, même sans maquillage.

— Tu n’es qu’un vil flatteur, mon Maxou.

— Eh les amis, j’ai entendu Marlène, vous savez, la mignonne petite stagiaire, elle discutait avec ce grand dadais de Jérôme, le technicien de surface, ils vont effectuer une fouille.

— Tu es sûr, Éric ?

— Qu’est-ce que tu crois, Max. Mes esgourdes n’ont pas été abîmées par la cacophonie que les jeunes appellent rock métal… Mais pourquoi font-ils donc une fouille ?

— Quelqu’un fait peut-être du trafic.

— Du trafic de quoi ? Héroïne ? Cocaïne ? Mais on n’a pratiquement besoin de rien, et on peut facilement se payer le superflu.

— Parle pour toi, Charlotte. Tout le monde n’est pas aussi gâté que toi.

— Peut-être, mais d’après ce que j’ai constaté, les fantaisies des pensionnaires ont toujours été raisonnables, personne n’a jamais essayé de péter plus haut que son cul.

— D’ailleurs, on remarquerait tout de suite une dépense extraordinaire. Et puis, on n’a plus besoin d’amasser, pour le peu de temps qu’il nous reste à vivre, foi d’Hector.

— Oui, mais pourquoi effectuent-ils une fouille ?

— Bah, ne vous cassez pas la tête, on le saura bien à notre retour. »

 

 

Journal du directeur de l’établissement « L’Asile Deffoux »

 

On a failli passer à côté de la plaque. C’est grâce à l’œil de faucon de Jérôme qu’on a découvert la cache. Il a remarqué qu’une des vis de la plaque d’aération de la chambre de Maxence, est brillante, suite à des vissages et dévissages répétés. On a retrouvé une bonne partie de l’anesthésique, plusieurs seringues, et un poignard. Mais il n’y avait pas d’argent.

 

Au retour des pensionnaires, Maxence a brillé par son absence. Personne n’a pu dire comment et où il a disparu. J’ai évidemment dû appeler la police. En épluchant son « dossier », elle m’a affirmé avec une condescendance navrée, que j’ai été abusé : le dit Maxence m’avait fourni des informations bidon. Je le sais bien, et pour cause, c’est moi qui les ai fabriquées. Moi et ma cupidité !

 

Un policier a remarqué que sous la fenêtre de la chambre, la platebande est tassée, du fait de passage fréquent. Le dit Maxence sortait donc en douce, comme un ado qui faisait le mur. Des prélèvements ont confirmé que l’ADN du vieux est identique à celui du sperme trouvé sur les deux victimes de meurtre affreux.

 

On n’a jamais su qui était vraiment ce Mad Max, et la police ne l’a pas retrouvé.

 

Un autre fait perturbant : Charlotte Dousse passe trop de temps sur une des escarpolettes. Il faudrait que le psy s’occupe d’elle, dès demain.

Fin

 

RAHAЯ

ESCARPOLETTE - 5/5 - RAHAR
Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :