Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Jibril, ou Gabriel, enfance dans le Ciel

Jibril ou Gabriel, son prénom se prononce et s'écrit différemment selon la langue que l'on pratique. D'ailleurs, il peut aussi s'orthographier Djibril, comme le célèbre joueur de football. Mais oui, même moi je connais Djibril Cissé mais je ne me sens nullement qualifiée pour lui consacrer ce billet ! Puis, j'allais donner des cours d'anglais à un jeune et gentil Gabriel, que sa grande soeur appelait Jibril. Chez eux, c'était un peu l'arche de Noé ! Une arche bien sympathique, des perruches ajoutaient parfois leur mot à la leçon, depuis leur grande volière ; pour les poissons multicolores dans leur aquarium, je ne sais s'ils ont jamais été concernés mais les chats, si ! Deux chats qui venaient nous encourager en se frottant contre nos jambes. Je n'en révèlerai pas plus, je garde un très bon souvenir de nos séances.

Alors, mon Jibril d'aujourd'hui, qui va-t-il être ? Une idée farfelue me trotte dans la tête ... Comme j'ai déjà mis en scène des figures célestes, je vais continuer. Je voudrais me pencher sur l'enfance de l'archange ! Parce que l'on s'est beaucoup interrogé sur les anges, sur leur sexe ou sur l'existence de leurs ailes et autres conjectures  mais, moi, sans question aucune, je vais évoquer l'archange Gabriel Jibril quand il était petit. Avant de devenir le porteur de bonnes nouvelles, tâche dont il s'est acquitté à merveille, malgré le scepticisme qu'il a rencontré parfois, estompé par ce qui avait lieu ensuite, il a fallu qu'il apprenne tout car il ne faut pas croire que chez les anges tout est inné, tout est acquis. Les spécialistes soutiendront peut-être que si, or je ne suis pas spécialiste, ce qui explique que je fais appel à mon imagination et je choisis de m'exprimer au passé, dans la tradition littéraire maintenant supplantée par le présent dans la langue française. Oui, au passé ! Car nous entrons dans un monde qui échappe au temps, voire à l'espace !

Petit Gabriel Jibril se sentait malheureux, il n'y arrivait pas ! Raphaël, lui, avait réussi hier à voler du nuage familial jusqu'à un petit cirrus placé non loin en contrebas par son papa (si ce n'était pas son papa, il faut bien que je me réfère à des repères humains). Ouriel n'avait même pas encore essayé : sa maman (note : idem que pour le papa de Raphaël) trouvait que c'était trop tôt. Quant à Michel, déjà l'as en classe, il avait réussi son envolée du premier coup et il naviguait à sa guise en planant gaiement. De la graine de chef ! Gabriel Jibril avait beau agiter ses ailes, il arrivait à se soulever et voleter au-dessus du sol mais se jeter dans le vide, non ! L'appréhension lui coupait tout élan et Lucifer le traitait de mauviette, ce qui le rendait rouge de honte. Ce Lucifer, déjà un méchant garnement, tournerait très mal plus tard.

Puis il eut une idée : contrairement aux autres, qui commençaient par viser plus bas, solution de facilité (hum, tant pis pour l'intrusion de l'attraction terrestre ici, il faut que mon histoire soit jolie !), lui c'était s'élever qui lui plaisait. Il demanda donc à son papa, aussi amusé qu'intrigué, de prélever un petit cirrus pour le placer au-dessus du nuage familial, ce qui fut fait par son papa (voir toujours la note concernant le papa de Raphaël). Et il s'acharna, retombant maintes fois sur le sol (!) du nuage familial, sans se blesser (les anges ne se blessent pas). Au bout de quelques heures, hop ! Il réussit son coup et alla se percher très fier sur son objectif ! Les proches voisins célestes, surpris, applaudirent à grand bruit (un bruit ravissant, forcément). Galvanisé, mon Gabriel Jibril s'élança cette fois vers le bas, s'aperçut que c'était chouette de planer, prit son temps pour venir se poser chez lui dans l'euphorie. C'était parti ! Une grosse étape de franchie dans l'apprentissage de son éternité !

Lenaïg

Tag(s) : #Jeux, #Nouvelles - Lenaïg - Entre rêve et réalité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :