Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Tableau du samedi : Lesende - Louise Catherine Breslau - Lenaïg

 

Une toile de Maria Luise Katharina Breslau, Allemande naturalisée suisse, considérée comme une égale par le peintre Edgard Degas et l'écrivain Anatole France, nous indique Wikipedia, à une époque où lorsque l'on était une femme, il fallait une forte personnalité ou un talent remarquable, ou les deux à la fois, pour se faire reconnaître dans le monde artistique. Le titre de la toile : Lesende. Ne connaissant pas l'allemand, j'ai d'abord cru que c'était un prénom ! En fait, non, le mot signifie : Lectrice. Le tableau a été proposé sur le mur facebook des Classiques Garnier, je l'ai "saisi" au passage après l'avoir contemplé avec grand plaisir.

Louise Catherine Breslau (nom francisé) a passé l'essentiel de sa vie à Paris et malgré une santé fragile d'asthmatique qui l'a fait dès l'enfance se tourner vers le dessin, plus tard la peinture, elle a tout de même vécu soixante-dix ans, entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, portraitiste très appréciée de son vivant, oubliée ensuite pendant longtemps pour regagner de la notoriété depuis quelques années. Une vie privée pas du tout conventionnelle, Louise Catherine avait une compagne, Madeleine, sa muse, son modèle et son soutien, l'héritière de tous ses biens.

Tout me plaît sur cette toile qui respire le bonheur, de la lecture ! La fenêtre grand ouverte laisse entrer une belle lumière d'été ainsi que la luxuriance du jardin, auquel la lectrice tourne le dos, confortablement installée sur un délicat fauteuil de rotin, mais j'imagine aisément les senteurs, qu'elle respire aussi. Le visage est serein, les yeux baissés, concentrés sur le livre, la robe est superbe. Un gros bouquet de pivoines ou de tulipes orange vif s'ajoute au bien-être ressenti. Tout me plaît, hormis une bizarrerie verticale dans le coin gauche en haut. Une retouche, une restauration ? Bah, une petite imperfection rend le tableau plus touchant ! La bibliothèque orange, bien garnie (qui me rappelle l'une des miennes, construite par mon père) est surmontée de ce qui semble être un tissu vert pale dont la partie gauche se raccorde mal avec le reste. Que lit-elle, au fait ? Un mystère qui ne peut être résolu que par notre imagination !

Voilà, Lady Marianne, ma proposition pour ton Tableau du samedi.

Lenaïg

Tag(s) : #Articles, #Petits bonheurs
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :