Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mon cygne s'est téléporté
Dans la légende et la beauté
D'une forêt dont l'atmosphère
Allume notre imaginaire !

Du poète Aragon les mots
Evoquent secret et signaux
D'espoir, de balade en ballade
Au-delà du triste et du fade

Lenaïg

Merci amirale Dômi ! Le cygne de la photo nage bien à Brocéliande, sur le site druidique dont j'indique plus bas le lien. Et par quel instinct, quel mystérieuse force d'un souvenir même confus,  ai-je saisi mon livre du poète pour relire ses vers, que je n'ai pas cités en entier, ne prenant égoïstement que ceux qui le plus me parlaient, à moins que cet égoïsme n'en soit pas trop, puisque c'est un plaisir de vous les faire partager ?

Cygne et signe, 1er jeudi en poésie des Crôqueurs de mots : Brocéliande et Aragon - Lenaïg

D'UNE FORET QUI RESSEMBLE
A S'Y MEPRENDRE
A LA MEMOIRE DES HEROS

Rien ne finit jamais comme on voit dans les livres
Une mort un bonheur après quoi tout est dit
Le palladin jamais la belle ne délivre

Et du dernier baiser renaît la tragédie
L'homme a le souffle court et pour peu qu'on le berce
Le dimanche l'endort que c'est déjà lundi

La vie est une avoine et le vent la traverse
Sans y trouver jamais un accord résolu
Si l'histoire y poursuit comme les rimes tierces

L'irréversible amour des jours qui ne sont plus
Tout semble suffisant à l'étrange commère
Pour enchaîner sur le beau temps quand il a plu

Ou quand les amoureux enfin se désaimèrent
Aux doigts d'autres enfants pour repasser l'anneau
Que pas un seul moment ne chôment les chimères

Elle transmet sans plus l'alphabet des signaux
Qui dicte à l'avenir une phrase secrète
Comme au ciel sans savoir fait un vol de vanneaux

/...

Et le monde est pareil à l'ancienne forêt
Cette tapisserie à verdures banales
Où dorment la licorne et le chardonneret

/...

Mais le bel autrefois habite le présent
Le chèvrefeuille naît du coeur des sépultures
Et l'herbe se souvient au soir des vers luisants

/...

L'hermine s'y promène et la source murmure
Et s'arrête écoutant des reines chuchoter
Aux genoux des géants que leurs grands yeux émurent

Chênes verts souvenirs des belles enchantées
Brocéliande abri célèbre des bouvreuils
C'est toi forêt plus belle qu'est ombre d'été

/...

Louis Aragon
La Diane française
Seghers Poésie d'abord
pages 161, 162, 163

Tag(s) : #Poèmes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :