Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Titre non encore arrêté ! - Chaton
Titre non encore arrêté ! - Chaton

Je ne sais encore quel titre donner à ce texte réaliste. Les vieux (j'ai horreur de ce terme, les ainés ou les anciens). Que les lecteurs se prononcent. Merci à tous
 

Les ainés

Assis face à face,
Dans leur fauteuil usé,
Ils sont épuisés.
Ils ne sont plus loquaces.
Ils se regardent en silence.
Entre eux, aucune dissonance.
La maison, pour eux deux, est devenue
trop vaste,
Pour leurs jambes, néfastes.
Ils n’occupent que le bas,
Du jardin, légèrement en contrebas.

Leurs yeux sont fatigués ;
Plus de gouttes pour les irriguer.
Ils sont presque vides,
Leur donnant un visage livide.
Ils ne pétillent plus, comme le dit leur petite fille.
Rouge est le fond de leur pupille ;
Ils ne savent plus pleurer,
La source de leurs larmes s’est altérée.
Les lunettes sont posées sur la table,
Elles ne sont plus confortables.

Leurs mains sont fripées,
Au fauteuil, agrippées.
Elles portent les traces d’un passé révolu,
Qui ne leur a pas toujours déplu,
D’un travail éreintant pour lui à l’atelier,
Pour elle, des ménages chez le couturier.
Ils ne s’en plaignent pas.
Ils faisaient la route en vespa.
Leur vie n’a pas toujours été facile,
Mais ils étaient dociles.

Ils sont seuls dans leur maison.
Il faut s’en faire une raison.
Leurs voisins, du même âge qu’eux,
Sont partis rejoindre les bienheureux.
Tant qu’ils ont pu, ils ont suivi leurs cercueils,
Avec dans leur cœur, le deuil.
Le sudoku, entre les mains,
Ils cherchent des chiffres dans le lointain,
Qui ont quitté leur tête,
Ils ne sont plus à la fête.


Ils revivent leur passé,
Qui peu à peu s’est amenuisé,
Pour ne plus revenir
Et qu’ils devront bannir.
Leur mémoire s’est enfuie ;
Ils feront le jeu sans elle, puisqu’elle s’est évanouie.
Aucune souffrance sur leur visage,
Habillés de rides, comme des arbres, le feuillage.
Iles ne peuvent plus les cacher
Leur visage apparait panaché.

A deux, moins dure est la solitude,
Elle est devenue une habitude,
Du moins, ils la refusent.
Seuls les jeux, encore les amusent.
Leurs oreilles se sont un peu fermées.
Sur le mur, quelques photos jaunies, abimées,
Celles de leur mariage et de leurs enfants,
Et d’autres colorées : leurs petits et arrières petits enfants.
Ils les voient de moins en moins,
Ils habitent trop loin.

Tant qu’ils seront deux,
Qu’ils ne devront pas se dire adieu,
C’est leur sésame.
Le départ du premier sera un drame.
Il sonnera l’entrée en maison de retraite,
Que ni l’un ni l’autre ne souhaite.
Qui s’occupera de celui qui reste ?
Et sur lui poser un geste !
Leurs enfants ne pourront revenir,
Pour l’entretenir.

Silencieux, à moitié endormis,
Seul une grosse horloge trompe le silence,
Chut !
Ils se sont endormis,
Le Sudoku s’est couché par terre.

 

Chaton

Titre non encore arrêté ! - Chaton
Tag(s) : #Etonnants ronrons

Partager cet article

Repost 0