Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Séducteur ! René Magritte - Le Tableau du samedi chez Lady

Coucou Lady Marianne ! Bon, d'accord sur ma photo on pourra contempler deux toiles, mais c'est sur celle de gauche que je veux mettre la lumière. La toile de droite s'intitule "Vue de ma fenêtre", oeuvre de Camille Pissarro, 1888. En montrant les deux pages de l'ouvrage enchanteur que je feuillette le soir parfois dans mon lit brestois, je reste fidèle à l'esprit d'Annette Tamarkin, qui joue avec les mots et les tableaux et dont j'ai malencontreusement coupé le nom, ainsi que la tête du cheval sur ma photo de la première de couverture. Je me fais plaisir en m'adonnant à un exercice que j'aime beaucoup, la comparaison, le voyage entre deux univers. Le lecteur qui passera par ici pourra mieux observer la toile en la demandant sur le net, il aura l'embarras du choix !

Le mystérieux Séducteur de René Magritte date de 1951. Impression simple et personnelle, le voilier ne me paraît pas du tout sinistre ou menaçant comme un vaisseau fantôme. Il fait partie de la mer que les pinceaux de Magritte offrent à l'oeil avec une délicieuse minutie et un bleu galvanisant, en alternance avec le blanc de l'écume et celui des nuages du ciel qui, bien qu'en arrière-plan, occupe la majeure partie de l'espace comme c'est le cas lorsque nous sommes en mer. Je m'efface maintenant pour citer un extrait d'un article beaucoup plus pointu qui nous en dit plus long !
Lenaïg

Le Séducteur ! René Magritte - Le Tableau du samedi chez Lady
Le Séducteur ! René Magritte - Le Tableau du samedi chez Lady

Le Séducteur est d’abord une réflexion du peintre sur les modes de représentation. Le sujet, peint à l’arrière plan (une goélette ?) se distingue et ne se distingue pas du premier plan (la mer), qui en vient à déborder sur le sujet, comme on dit. C’est de ce trop plein qu’il est question. Magritte précisera dans une lettre à Colinet (1955) que sa démarche a consisté « à continuer la mer dans une silhouette de bateau ». Comme Matisse, Magritte abolit la traditionnelle hiérarchie entre le sujet et le fond, entre le pictural et le décoratif. La forme, poreuse à souhait, laisse passer, en effet, le fond sans, pour autant, que le navire s’abolisse.

Réflexion rhétorique : avec ce collage « peint à la main » ( Max Ernst), l’auteur de La Trahison des images capte un peu de « l’étoffe des rêves » . Son bateau d’eau n’est-il pas une antinomie flagrante et, pourtant, visuellement viable ?

Réflexion iconographique : Magritte reprend, à sa manière, la question des vues de mer. Cette toile relève de fait du genre académique des marines.

Extrait de : http://mucri.univ-paris1.fr/le-lecteur-mene-en-bateau/

Le Séducteur ! René Magritte - Le Tableau du samedi chez Lady
Tag(s) : #Articles, #Petits bonheurs

Partager cet article

Repost 0