Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

En anticipant des mugissements de diplodocus effarouchés ou d'hippopotames patibulaires, voire verbalisateurs, pour contrecarrer des sinuosités malintentionnées et manipulatrices, pour oblitérer les ahurissantes billevesées ou divagations d'affabulateurs hypocondriaques, je m'organise et je relativise, sans la procrastination involontaire d'un hermaphrodite gastéropode gélatineux, ni mélancolie.

Je ne vitupèrerai pas, ne vocifèrerai pas et ne m'époumonerai pas non plus.

Je ne me gargariserai pas de rodomontades, avec forfanterie.

Je batifolerai dans les gamineries, je m'emberlificoterai dans des balbutiements effilochés, je crapahuterai sur des élucubrations encalminées mais aventureuses, m'accompagnant à l'harmonica.

Je me carapaterai en hélicoptère, loin des horodateurs, je subodorerai d'aphrodisiaques tonalités et d'hallucinantes circonférences, des stroboscopes à la luminosité cautérisante, j'initialiserai des festivités, loin des agglomérations tentaculaires et tarabiscotées, j'inventerai des individus hurluberlus, non robotisés, qui me ravigoteront par leur originalité.

Lenaïg

6 janvier 2010, époque des bonnes résolutions !

Illustration, effets stroboscopiques :
http://www.levenly.com/fr/a/15176/ghost-neutrino.html

 

 

Oh la la, quelle mouche m'avais piquée, ce jour-là ? C'était peu après l'ouverture de ce blog, Marie Louve était déjà là, nous n'étions pas connus et nous avions peu de lecteurs, dont Mona ! Eh bien, je m'étais livrée à un petit jeu d'écriture dont j'ai reporté plus haut la deuxième partie : écrire un texte contenant un maximum de mots d'au moins quatre syllabes, ce qui a donné Les improbables et utopiques résolutions. La première partie de ce jeu auquel je me livrais toute seule consistait à écrire un texte dont les mots ne devaient pas dépasser trois lettres, ce que je fis d'abord, en intitulant ce texte Le sel de ma vie. Le lecteur qui passerait par ici pourra aller voir la page originale s'il en a l'envie, c'est ici : clic !

 

 

Patibulaire, ou débonnaire, l'hippopotame bleu du Nil ? Oh, débonnaire quand on le laisse vivre sa vie, sans doute, et faire trempette parmi les lotus et les papyrus ! Patibulaire, il en aura vite l'air s'il se sent dérangé ! Pourquoi cet hippo est-il bleu et fleuri ? Il faudrait le demander aux Egyptiens de bien longtemps avant notre ère.

Je cite la notice du musée du Louvre :

L'hippopotame, d'apparence débonnaire, se glisse dans les marécages dont il prend ici la couleur, à demi-recouvert de plantes aquatiques. Les figures d'hippopotames en faïence égyptienne, brillantes et d'un bleu vif, étaient déposées dans les tombes des hauts fonctionnaires à la fin du Moyen Empire.

Un symbole

Cet hippopotame en faïence égyptienne bleu vif, figé dans l'attitude de la marche, semble se glisser dans l'onde au milieu des plantes aquatiques dont il est décoré. Son excellent état de conservation et ses grandes dimensions en font un objet exceptionnel dans le catalogue des hippopotames en faïence dispersés à travers le monde ; on en compte environ cinquante exemplaires, aux dimensions variant de neuf à vingt-trois centimètres de long. L'attitude tranquille et débonnaire du gros pachyderme est devenue très populaire au point que cet hippopotame bleu évoque dans notre imaginaire le Nil au temps des pharaons.

http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/figurine-dhippopotame

Hé hé, faute de pouvoir me procurer une réplique de statuette, je me réjouis d'avoir dans mon terrier une reproduction en peluche offerte un jour par mon frère et aussi de l'avoir récemment découvert avec ravissement dans un cahier de coloriage pas cher et très bien fait (Coloriage Evasion, Mégastar trimestriel édition du 20 mai au 12 août 2017, 4,40 euros, en vente dans les kiosques et les points Presse) !

Tag(s) : #Articles, #Jeux

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :