Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES TRICHEURS - 7/7 - RAHAR

— Tiens donc ! Et que suis-je alors ?

— Je… Je ne sais pas, peut-être un extraterrestre. N’approchez pas !

— Je suis peut-être un robot créé par les militaires…

— Je sais bien que non. S’il vous plaît, laissez-moi.

— Mmmh… Que vais-je bien faire de vous ? D’un côté, vous risquez de me griller en répandant vos doutes ; de l’autre, je n’ai aucune envie de vous supprimer. Peut-être pourrais-je vous abandonner sur une planète par la porte, je serais tranquille un temps. Mais non, vous pourriez avoir la chance de trouver un code vous permettant de revenir prématurément.

— Je vous en prie, ne me faites pas ça, je ne dirai rien, je le jure solennellement.

— Oui, oui, je connais les hommes : des menteurs, des parjures…

— Non, vous ne les connaissez pas.

— Si, puisque j’en suis un…

 

— Quoi !?

— Enfin… J’en étais un.

— Comment cela se peut-il ? Vous racontez n’importe quoi.

— Est-ce que vous avez vu le film « Robocop » ?

— Évidemment, quand j’étais enfant. Mais ce n’était que de la fiction, c’était invraisemblable.

— En êtes-vous bien persuadée ? La technologie a fait bien des progrès depuis.

— Mais ce serait monstrueux, si c’était vrai.

— D’accord. Je dois avouer que vous me plaisez bien professeur, et j’ai peut-être tort, mais je sens que je peux finalement vous faire confiance. Voici donc mon histoire. Je m’appelle Walter. J’étais un capitaine d’industrie. J’étais d’abord horticulteur, j’avais des hectares de fleurs ici, au Kenya et j’exportais partout dans le monde. J’avais également des champs de maïs dans l’Ohio et j’avais fait du bioéthanol au Brésil. Je m’étais marié à une garce qui n’en voulait qu’à ma fortune. J’avais échappé miraculeusement à trois tentatives de meurtre ; évidemment, je ne m’en étais rendu compte que plus tard. La dernière avait été la bonne, du moins aux yeux du public : elle m’avait précipité dans un lac ; ma femme avait fait saboter ma voiture. Heureusement, deux chercheurs de la Mechanics Corp avaient plongé et avaient remonté mon corps. En fin de compte, ce corps n’était plus récupérable, trop endommagée, mais mon cerveau avait encore la possibilité de refonctionner. La femme est roboticienne et l’homme neurochirurgien.

 

— Amalia et Josef ! J’en ai entendu parler. Ce sont des chercheurs exceptionnels.

— Vous trouvez ? Ils butaient sur le cerveau positronique qui refusait de fonctionner. Ils avaient alors eu l’idée de me faire revivre dans le corps d’un robot. Le professeur Josef avait prélevé mon cerveau avec la moelle épinière, et l’avait placé dans une cuve de liquide physiologique. En un temps record, les deux savants avaient conçu et fait faire une carcasse de robot qui s’adaptait à mon cerveau et à ma moelle épinière. Ils avaient imaginé des dispositifs ingénieux pour m’alimenter, transformant des aliments en protéines et glucides, des systèmes extraordinaires pour éliminer les inévitables déchets métaboliques. Eh oui, je mangeais (jamais en public, mais j’ai failli m’oublier avec vous) en même temps que mes parties électromécaniques s’abreuvaient au générateur EEV. Mais leur idée, qu’ils disaient de génie, était de me coupler à leur cerveau positronique. Vous pouvez d’ailleurs le voir dans ma poitrine, tenez je vous l’ouvre. Ils avaient gardé le secret avec le président de la compagnie : ils devaient impérativement présenter un robot dont le cerveau positronique fonctionnait parfaitement dans un délai imparti.

 

— Ah mais ce sont des tricheurs alors !

— Ils avaient fait un pari sur moi. Les deux savants pensaient que je pourrais activer le cerveau positronique d’une façon ou d’une autre. Actuellement, j’en utilise séparément les fonctions. Donc je pense comme un homme, mais je calcule aussi vite qu’un ordinateur, j’ai une mémoire eidétique, j’ai les réflexes, l’endurance, la force et la rapidité d’un robot… En fait, je suis un surhomme. Cependant, quand nous étions sur Terro, j’ai examiné l’un des robots avec mes instruments et je sais comment activer mon cerveau positronique, mais j’hésite.

— Vous avez peur que le cerveau prenne alors le contrôle du robot ?

— C’est ça, et je ne veux pas perdre ma personnalité.

— Si vous avez la clef, pourquoi ne pas le révéler aux savants et vous délivrer du cerveau positronique ?

— Mais c’est que j’ai besoin de ce cerveau pour rester tel que je suis maintenant. Je me sentirais diminué sans lui.

— Alors faites un marché. La compagnie peut bien se permettre de perdre un cerveau si elle peut en fabriquer d’autres qui soient entièrement fonctionnels.

 

— Vous êtes géniale ! Et si je vous relâchais, que feriez-vous ?

— De toute façon, après la grosse bêtise que j’ai faite, vous imaginez bien que la compagnie me fera virer aussi sec. Elle pourrait certainement ruiner ma carrière dans la foulée. Je serais même amenée à me suicider, tiens.

— Et si vous aviez l’opportunité de refaire votre vie, ignorée de la compagnie ?

— Ce serait merveilleux, Alpha…euh Walter, mais comment ?

— Appelez-moi désormais Alpha. Tenez, ce sont des diamants. Je les ai ramassés sur la planète au soleil orange, dans la rivière. Avec ça, vous pourrez avoir une autre identité, même refaire votre visage, et démarrer d’un bon pied. Reste le problème de votre ami roboticien.

— Alan ? Je trouverais bien une histoire plausible pour apaiser ses doutes… s’ils existent. Il m’a toujours prise pour une exaltée. Rassurez-vous, il n’y a rien à craindre. Mais et vous ?

— Je me débrouillerai pour voler des pièces et réparer le transpondeur. J’irai alors sur une quelconque planète et on me « retrouvera » : l’appareil avait simplement eu un mauvais contact. Quant à vous, vous auriez trouvé la mort en tombant dans un lac d’acide. Allez, bonne chance.

 

 

A suivre

RAHAЯ

Illustration :
Oui, je sais, Aïcha n'est pas Lisbeth Salander, ici incarnée par l'actrice Noomi Rapace. Mais au fond, Aïcha aura-t-elle besoin de beaucoup de chirurgie esthétique pour changer d'identité ? Par précaution peut-être ... Avec ses diamants, intelligente comme elle est, elle aura  tous les moyens pour effacer toute trace de son ancienne identité. Reste à espérer qu'un Mikael Blomkvist n'aura pas l'idée de fourrer son nez dans cette affaire mais il traque seulement les malversations financières. Et si c'était Lisbeth qui croisait la route d'Aïcha, on peut compter sur sa discrétion et qui sait si elle ne lui filerait pas un coup de main ! Je fais allusion à la série Millénium bien sûr et je suis ravie d'avoir enfin trouvé le volume 4 en format de poche et en anglais sous le titre "La fille dans la toile d'araignée". Le lien vers le montage photo de Lisbeth Salander  :
http://www.makeupandbeautyblog.com/hair/noomi-rapace-her-best-hair/ et en surimpression, Alpha faisant un clin d'oeil sous les traits du célèbre Sonny de I Robot d'Isaac Asimov et d'Alex Proyas.
Note de Lenaïg

Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :