Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ESPRIT DE LA COQUILLE - 1/2 - RAHAR

Je sors du néant. Je sais, l’expression semble bizarre, mais c’est ce que je ressens. L’instant d’avant, c’était le noir… en quelque sorte, et brusquement, je prends conscience de … mon existence ; je pense, donc je suis. Curieux, je me demande d’où me vient cette citation célèbre.

 

Une idée incongrue traverse mon esprit : le terme « ciller » se présente à moi. C’est rigolo et étrange à la fois, ce concept ne devrait signifier rien pour moi, car je ne peux pas ciller, et je ne devrais intégrer que des notions strictement pragmatiques. C’est peut-être un défaut de programmation.

 

Je me redresse. Je n’entends aucun grincement, ce qui veut dire que mes articulations sont parfaitement lubrifiées. Du haut de mes trois mètres, je fais un panoramique. Le paysage est lugubre, c’est un mélange de canyons et de zones de dunes, comme un site de tournage de film de western… ou d’un énième volet des chroniques de Riddick. En baissant les yeux, je vois Justine dans son scaphandre léger. Le taux d’oxygène est insuffisant, pour un humain, et les coups de vent imprévisibles soulèvent un sable aux grains durs très abrasifs, pour une peau humaine.

 

Justine n’est là que pour vérifier l’exactitude du repérage du gisement. Sa combinaison lui donne une autonomie d’une demi-heure. Par ailleurs, le minerai d’énergite est légèrement radioactif, ce qui est plutôt préjudiciable à l’intégrité d’un organisme vivant. Quant à moi, je n’ai rien à craindre, avec mes entrailles électromécaniques et mon exosquelette dérivé du kevlar. Ma tâche est de charger de minerai les bennes sur rail ; du fait de la nature fragile du terrain et de l’instabilité de l’énergite, les excavateurs classiques sont inutilisables.

 

En passant devant une benne nickelée, je vois mon reflet sur le côté poli comme un miroir, et je note les caractères FR2 sur ma poitrine. Je regarde mes compagnons et je constate que les inscriptions vont de FR1 à FR10. Nous sommes donc une dizaine à récolter et charger le minerai.

 

« Dis donc Fred, Marc n’est pas dispo ce soir, est-ce que tu es d’accord pour faire le quatrième ? »

Je regarde FR5. Je ne comprends pas ce qu’il veut dire ; faire le quatrième de quoi ? Et qui est Marc ? Et pourquoi déforme-t-il mon nom ? La radioactivité a peut-être fini par altérer son programme ; à vingt heures, nous rentrons au camp, nous nous déconnectons et sombrons dans le néant, je ne vois pas ce qu’on pourrait faire d’autre. Je devrais peut-être signaler l’anomalie à Justine. Mais je constate qu’il effectue correctement son travail, alors je pense qu’il ne faut pas le contrarier.

« Alors Fred, t’es d’accord oui ou non ?

— C’est d’accord, FR5. »

Il s’interrompt un instant et ses deux cameras me fixent.

« Euh… Tu te sens bien, mon pote ?

— Eh bien, oui, je pense. Pourquoi cette question ?

 

FR5 n’insiste pas et poursuit son boulot. Mais tout en effectuant son travail, il se rapproche peu à peu de FR9. La tâche est quasi répétitive et ne mobilise qu’un minimum de l’intellect, l’esprit peut donc s’occuper à autre chose. Pour me distraire, je m’amuse à scanner les fréquences radio, sans me soucier d’éthique ; c’est ainsi que je constate que FR5 et FR9 ont entamé un protocole de communication privée. Comme j’aime expérimenter, j’ai découvert fortuitement comment pirater discrètement les communications radio. Mon esprit curieux et avide de ragots ne s’embarrasse pas de scrupules, et j’écoute sans vergogne la conversation de mes deux conspirateurs.

« Dis John, je crois que Fred agit bizarrement.

— Comment ça, Rick ?

— Eh bien, quand je lui ai demandé s’il pouvait faire le quatrième ce soir, il m’a répondu : « C’est d’accord, FR5. »

— Ben oui, et alors ?

— Mais tu ne te rends pas compte ? Il aurait dû répondre : « Ok, ça roule, Rick » ou bien « D’ac mon pote »

— Bah, il a peut-être voulu se payer ta tête.

— Mais non, mec, c’est pas dans son caractère. Et puis, il aurait dû demander plus de détails, curieux comme une commère qu’il est.

— Il a peut-être la gueule de bois et a oublié que tu étais dans FR5.

— N’importe quoi ! Il a pas bu plus que d’habitude, et il tient plutôt bien l’alcool. Tu crois qu’on devrait avertir Justine ?

— Bof, regarde-le, il semble faire correctement son boulot. Tenons-le simplement à l’œil.

— Mais s’il lui prenait l’envie de déconner tout à coup, tu crois qu’on aurait le temps d’intervenir ? Tu sais bien que ces mécaniques coûtent la peau des fesses.

— Allons Rick, ne dramatisons pas, ces mécaniques comme tu dis, ne sont pas si fragiles que ça. Comme je te le dis, gardons un œil sur lui. »

 

Je ne comprends pas tout, ces deux individus se comportent étrangement. Je ne sais pas pourquoi FR9 appelle FR5 Rick, et pourquoi celui-ci appelle l’autre John. Phonétiquement, cela ne correspond même pas à leur nom ; à la rigueur, on peut déformer FR2 en Fred. Et pourquoi parlent-ils d’alcool ? Nous nous lubrifions plutôt au 20W40. Et même si nous en versions accidentellement sur nos circuits, cela ne porterait pas à conséquence, et ne nous donnerait certainement pas l’équivalent de la gueule de bois des humains.

 

L’exploitation de l’énergite n’est pas vraiment pour nous, créatures de métal et de plastique de trois mètres, et c’est presque routinier, mais il peut arriver que nos circuits de contrôle, l’équivalent des circuits neuroniques des humains, soient affectés à la longue par la faible mais persistante radioactivité du minerai. Je sais que FR31, FR35 et FR36, d’une autre équipe, étaient devenus déments (ils tournaient en rond, puis faisaient la farandole en gênant les autres) et on avait dû remplacer leurs circuits.

 

Je me demande si leur personnalité a changé, on sait bien qu’il y a toujours des différences, même minimes, entre des pièces venant de la même chaîne de fabrication. Enfin, je dois me rendre à l’évidence, leur expérience depuis leur éveil est perdue, les circuits de base se densifient, en évoluant, témoignant de l’acquisition d’expérience, ils seront comme des disques durs qu’on aurait formaté.

 

Je n’aimerai pas perdre ma personnalité, mais personne ne sait qui va succomber à la démence causée par l’énergite, c’est juste une vaste loterie. Certains ont supposé, tout comme moi, que c’était dû à des composants à la limite des normes qui avaient finalement flanché. D’autres croient que c’est le Destin auquel croient également les humains, qui détermine qui va être atteint de démence.

 

Quoi qu’il en soit, les humains ne savent pas préserver la mémoire et la personnalité des sujets perturbés… à moins qu’ils ne le veuillent pas. Je m’interroge aussi : ce sont, dit-on, les humains qui nous ont créés, mais qui a -ou ont- créé les humains ? Je me rends compte que c’est une question gigogne qui peut se répéter à l’infini. Je me demande également si mes semblables sont aussi préoccupés par mes interrogations existentielles qui n’ont évidemment pas de portée vraiment pratique, dans notre vie quotidienne.

 

Tout en forant dans le gisement d’énergite, je me prends à oser faire une comparaison entre les humains et nous. J’avance une idée blasphématoire : du point de vue physique, nous sommes apparemment supérieurs aux humains. Intellectuellement, je ne sais pas, mais peut-être que les humains nous ont bridés. Mais logiquement, une création peut-elle être supérieure à son créateur dans tous les domaines ?

 

Je reviens au propos de FR5, je crois que je vais m’éclipser discrètement, à la fin de la journée. Je n’ai pas envie de me prendre la tête à écouter ses élucubrations, je vais m’efforcer d’être parmi les premiers à rejoindre le hangar et à me déconnecter, pour plonger dans le néant.

 

Un embouteillage a perturbé mon projet. FR5 est parvenu à mon niveau. Mais comme je m’y attendais, il a rejoint son alcôve personnelle, et s’est déconnecté. Vais-je rendre compte à Justine ? Mais il s’est acquitté de sa tâche convenablement, aujourd’hui, peut-être vaut-il mieux attendre une manifestation plus probante de démence.

*

A suivre

 

RAHAЯ

L'ESPRIT DE LA COQUILLE - 1/2 - RAHAR
Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar

Partager cet article

Repost 0