Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

POUR UN POT DE MIEL - 5/5 - RAHAR
POUR UN POT DE MIEL - 5/5 - RAHAR

En débouchant dans la clairière, le petit garçon assiste à un spectacle inattendu. l’hyvol a dégoté une grosse batterie de camion, et la machine ainsi alimentée, ronronne doucement ; au sommet de l’assemblage, des pièces encadrent une sorte de boule d’énergie mauve. À l’arrivée du gamin, Cormou s’immobilise. Son empathie naturelle lui permet de constater immédiatement l’état d’esprit de Paul, son émotion, ses sentiments. Il détecte ainsi une jubilation insolite, mais aussi une générosité altruiste. L’hyvol est assez perplexe, au cours de ses recherches des composants de la machine, il avait machinalement sondé l’esprit des humains qu’il avait rencontrés ; la plupart des gens sont froids, égocentriques, cyniques, peut-être parce qu’accablés par une civilisation à laquelle ils ne sont pas vraiment adaptés mais qu’ils ont pourtant créée. Bien sûr, l’échantillon est pour ainsi dire réduit et donc non représentatif, et on ne peut pas vraiment généraliser à partir de ça.

Cormou est donc un peu surpris de l’attitude de ce petit d’homme. Celui-ci lui a apporté un présent. De la part de son rejeton, cela ne l’aurait pas étonné outre mesure, mais offert par un humain, et qui s’est même soucié de ce qu’il pourrait assimiler, du miel, cela le remuait. Il s’approche du gamin, « saisit » le pot de miel. Cette substance n’est pas l’aliment idéal, mais c’est le mieux de ce qu’il peut ingurgiter ici ; de toute façon, c’est l’intention qui compte (l’adage est apparemment universel). Il n’a pas encore faim, mais il estime que le gamin serait déçu ou plongé dans l’incompréhension, s’il n’absorbait pas immédiatement le présent. Il plonge un piquant (mou) dans le bocal et aspire.

L’hyvol a pratiquement terminé le disrupteur dimensionnel et peut donc rentrer chez lui. Ce midi, le petit Paul lui a appris que cette période est très importante, et Cormou a donc eu une velléité d’aider les humains en aidant à réparer leur centrale d’énergie. Mais en œuvrant à leur proximité, il n’a pu s’empêcher d’absorber leurs pensées, en majorité déprimantes. Dégoûté et découragé, il a arrêté le boulot et s’en est retourné à sa machine. Mais ce petit Paul a modifié son jugement. Le comportement du gamin provient peut-être de sa jeunesse, mais Cormou décide de lui accorder le bénéfice du doute. Il décide de finir ce qu’il a commencé et interrompu ce midi, et fonce vers le sud de la ville.

*

À dix-huit heures et demie, l’électricité revient, à la surprise ravie de tous. Peu après, les Yomellit reçoivent un appel du conseiller municipal : la représentation de la chorale des enfants est maintenue. Les festivités de Noël ont donc pu avoir lieu.

Les techniciens de la centrale ont été confrontés à des phénomènes pour le moins insolites, des pièces considérées comme défectueuses lors du recensement, se sont avérés intactes, voire comme neuves ; des appareils fracassés sont retrouvés opérationnels comme par miracle. Certains ouvriers sont d’ailleurs persuadés que c’est la magie de Noël qui agit.

Quand Paul est revenu dans la clairière le lendemain, un pot de miel à la main, il trouve une machine inerte, toutes les composantes sont immobiles, il n’y a aucune lueur ni étincelle. L’assemblage n’est plus qu’une sculpture abstraite. Cormou n’est pas là, et le petit garçon conclut que l’hyvol est rentré chez lui, où que ce soit. Le gamin reprend lentement le chemin du retour. Il éprouve un sentiment ambivalent : il est triste de ne plus voir la peluche volante, mais il est aussi content que la créature ait pu rentrer chez elle pour célébrer les fêtes ; le petit garçon est bien sûr persuadé que chez Cormou, Noël existe aussi.

 

Fin

RAHAЯ

 

Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :