Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA GUERRE DES DIEUX - 4/4 - RAHAR

« J’implore votre pardon, ô dieu Faak, pour avoir l’audace de m’adresser à vous, alors que je ne suis pas un prêtre. J’aimerais savoir si vous pouvez rétablir l’ordre chez nous, si je vous libérais de vos entraves. Ce que je vais dire est peut-être un blasphème, mais le dieu El Effan n’est pas… très bienfaisant.

— Tu es bien audacieux, mon jeune ami… Mais j’aurais mauvaise grâce à t’en tenir rigueur, si tu me libérais. Ainsi, ton peuple me regrette. Mais dis-moi, comment es-tu arrivé ici ?

— Ben, je m’étais caché dans la barque volante du dieu El Effan, quand il vous a emmené ici, et j’ai réussi à m’enfuir.

— Tu es bien courageux, pour un humain. Que veux-tu en contrepartie ?

— Moi ? Mais… rien. Je veux seulement que la paix revienne chez moi.

— Très bien. Tu vas retourner par où tu es venu, je m’occupe de la suite.

— Mais je pourrais vous aider, ô dieu !

— Pas question, tu ne pourrais que me gêner, et ça peut être très dangereux, je ne peux garantir ta sécurité.

— Et qu’en est-il des dieux qui résident ici ?

— Ils ne bougeront pas le petit doigt. L’affaire se passe entre El Effan et moi, c’est la règle. »

 

En fait, Assur répugnait à retourner se salir dans les égouts. Mais il ne pouvait aller à l’encontre de la volonté d’un dieu, n’est-ce pas. Il libéra les chaînes de Faak, lequel enleva son casque avec un soupir de soulagement. Assur fut frappé par les yeux de feu du dieu, lequel pulvérisa la porte de la prison d’un simple regard. Le jeune homme était tellement fasciné par l’ébranlement de cette montagne monstrueuse de chair et d’os, qu’il resta pétrifié un bon moment, après que le dieu eût disparu. S’il s’était attendu à un combat de titans, il était déçu : El Effan n’était pas là, et ses acolytes n’allaient pas se battre, selon la règle des dieux. Les deux adversaires devraient s’affronter en un lieu neutre.

 

La nouvelle de la libération du dieu Faak Osher s’était répandue comme une traînée de poudre, mais personne ne savait le rôle qu’avait joué Assur. Celui-ci n’eut aucun mal à retourner chez lui, dans l’anarchie relative causée par le désordre chez les dieux. À son arrivée, il constata une atmosphère de liesse contenue. El Effan était parti dans sa barque volante. Les prêtres expliquaient qu’il y aurait une joute aérienne, et le vainqueur ramasserait le jack pot : l’ensemble des trois régions.

 

Dans le ciel, à seize-mille pieds, deux barques volantes s’affrontaient, exécutant des figures plus acrobatiques les unes que les autres, projetant des jets de rayons mortels. Touchés tous les deux, les appareils s’écrasèrent, et les dieux sortirent indemnes, protégés par une bulle d’énergie. Le duel se poursuivit alors au sol. El Effan était visiblement en position d’infériorité, mais en tant que dieu, il ne devait pas se rendre sans combattre, sinon il perdrait la face devant les simples humains. Faak Osher finit donc par l’immobiliser, rien qu’avec sa force mentale.

 

Contrairement à ce que supposait le peuple, le dieu Faak Osher ne poussa pas son avantage. Il n’annexa pas les autres provinces. Comme El Effan était tombé en disgrâce, les dieux des deux autres contrées organisèrent des tournois pour désigner leur nouveau chef.

 

Faak transmit son ordre au grand-prêtre : le jeune Assur résiderait au domaine des dieux, et y étudierait. La durée de son séjour était indéfinie, mais le grand-prêtre, même s’il ignorait pourquoi le jeune homme avait attiré l’attention des dieux, supposait que le garçon en sortirait un jour pour une destinée remarquable.

 

Fin !

 

RAHAЯ

 

Illustration :
http://2hdwallpaper.com/blazing-eyes-hd-wallpaper/

Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :