Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me faisant un double plaisir, je propose d'abord l'une des représentations de The Lady of Shallot, Elaine d'Astolat, huile sur toile de John William Waterhouse (1849-1917), je cite Wikipédia : peintre britannique néoclassique et préraphaélite, célèbre pour ses tableaux de femmes inspirés de la mythologie et de la littérature. Le thème reprend, en écho à un poème deTennyson, l'une des légendes arthuriennes, toujours fortement imprégnées de magie, dans lesquelles une multitude de personnages gravitent autour du roi Arthur, l'enchanteur Merlin n'étant jamais loin ! Lady Marianne, je ne vais pas chercher à jouer les critiques d'art, non, ce n'est pas le but de ta communauté, je me contente d'admirer cette toile et au bas de cette page, je propose aussi un dessin sur le même thème, le contraste entre les deux me paraît savoureux.

Lenaïg

La dame de Shallot - Lenaïg, poésie et Tableau du samedi chez Lady

Et voici mon interprétation en français du beau poème de Tennyson, juste quatre strophes, je ne mets pas "traduction" et si je me suis trompée quelque part et qu'un connaisseur vient à passer, il sera le bienvenu de commenter.

La Dame de Shallot

Là, elle tisse la nuit et le jour
Tissage magique aux belles couleurs,
Dans l'oreille elle a de viles rumeurs
Que malédiction sur elle est en cours,

   Maudite sera, si regarde Camelot ;
Fenêtre interdite et un sort jeté,
Elle est très active sur son métier
Sans autre souci venant la troubler,

   La Dame de Shallot

Cependant bougeant, là sur le miroir
Qui tout l'an durant est en face d'elle,

Les ombres du monde, comme ritournelle,
Dévoilent la route, qu'elle ne doit voir
   Descendant vers Camelot
Comme la rivière aux flots bouillonnants
Rudes silhouettes de paysans,
Filles, capes rouges, au marché allant
   Tous passent par Shallot

Quelquefois aussi demoiselles gaies,
Parfois un abbé, à l'amble porté,
Ou parfois encore un berger bouclé,
Page aux longs cheveux et pourpre livrée,
   En route vers les tours de Camelot
Quelquefois la Dame, dans son miroir bleu,
Voit les chevaliers, montant deux par deux,
Aucun chevalier pour elle, valeureux
   Seule est la Dame de Shallot

Son bel ouvrage pourtant la réjouit :
Scènes magiques du miroir à tisser,
Des funérailles, lumières et fumées,
Souvent, au long de silencieuses nuits
   Et la musique, toujours vers Camelot
Eclairés par la lune, posée juste au-dessus,
Deux jeunes mariés, amoureux entrevus
"Ombres, reflets, j'en ai presque assez" dit déçue
   La Dame de Shallot.

***

Voici maintenant les quatres strophes originales :

There she weaves by night and day
A magic web with colours gay.
She has heard a whisper say,
A curse is on her if she stay
       To look down to Camelot.
She knows not what the curse may be,
And so she weaveth steadily,
And little other care hath she,
       The Lady of Shalott.
 
And moving thro' a mirror clear
That hangs before her all the year,
Shadows of the world appear.
There she sees the highway near
       Winding down to Camelot:
There the river eddy whirls,
And there the surly village-churls,
And the red cloaks of market girls,
       Pass onward from Shalott.
 
Sometimes a troop of damsels glad,
An abbot on an ambling pad,
Sometimes a curly shepherd-lad,
Or long-hair'd page in crimson clad,
       Goes by to tower'd Camelot;
And sometimes thro' the mirror blue
The knights come riding two and two:
She hath no loyal knight and true,
       The Lady of Shalott.
 
But in her web she still delights
To weave the mirror's magic sights,
For often thro' the silent nights
A funeral, with plumes and lights
       And music, went to Camelot:
Or when the moon was overhead,
Came two young lovers lately wed:
"I am half sick of shadows," said
       The Lady of Shalott.
 
***

On comprend donc que la Dame de Shallot, sur sa petite île au milieu de la rivière, bientôt n'en pourra plus, de se contenter des reflets dans le miroir et que même sa magnifique tapisserie ne l'intéressera plus ... La Dame de Shallot tombe amoureuse du célèbre Lancelot, chevalier de la Table ronde à la Cour du roi Arthur, donc au château de Camelot. Elle tentera de rejoindre Camelot un jour, sur une barque et ce sera sa perte. Mais n'anticipons pas, je tiens à lui figer ici un refuge hors du temps, où la vie pour elle reste douce ! Je ne suis pas la première à avoir eu cette idée, puisqu'un ouvrage scolaire d'anglais de 3e, très bien fait et très amusant, S'entraîner en anglais 3e chez Hatier, base ses cours sur la Cour du roi Arthur et son héros est un tout jeune homme, Godfrey, écuyer de Lancelot, que ne quitte pas son rat savant, Ched. Un jour, Godfrey et Ched passent par Shallot et conversent avec la Dame par sa fenêtre. Un très mignon dessin nous montre la scène et on peut constater que la Dame sait s'entourer de douceurs !
Que dit-elle ?
"Je suis la Dame de Shallot, je ne dois pas regarder dehors, je ne peux voir la réalité qu'à travers un miroir."

La dame de Shallot - Lenaïg, poésie et Tableau du samedi chez Lady
Tag(s) : #Articles, #Jeux

Partager cet article

Repost 0