Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour le thème de Jill à la barre des Croqueurs de mots,

Ce fut une belle aventure,
Venant de Jill, en écriture !
Et si je veux toujours rester
sur l'animal à deviner,
Mais que choisir, je me demande,
En devinette et en offrande,
Dans des mots, des vers sybillins,
Entre les poils, les ailes, les crins ?
Comment réussir sans trop dire,
En intriguant ou faisant rire ?
Pas très facile et cette fois
Je n'écris pas, fais autre choix !
Je me défile, je botte en touche,
Tout en espérant faire mouche !

Pour commencer, admirons donc
Ces beaux cerisiers du Japon
Et leurs fleurs bien particulières
Etranges notes printanières !

 

Lenaïg

2e jeudi poétique de Jill : des animaux à deviner

Estampe réalisée par Kozyndan, qui réunit deux artistes illustrateurs de Los Angeles, Kozue et Dan Kitchens, oeuvre intitulée "Bunny Blossom".
"Bunny", tout le monde connaît, "Blossom", c'est la floraison.

https://fr.pinterest.com/pin/60798663693903634/

Sur la petite photo, les deux artistes
https://www.emaze.com/@AOZORLIC/KOZYNDAN

Ensuite place à deux oeuvres poétiques dont les auteurs sont visibles, et les titres masqués. Avant d'utiliser la surimpression, essayons de dénicher les animaux cachés !

2e jeudi poétique de Jill : des animaux à deviner

Les papillons

De toutes les belles choses
Qui nous manquent en hiver,
Qu’aimez-vous mieux ? – Moi, les roses ;
– Moi, l’aspect d’un beau pré vert ;
– Moi, la moisson blondissante,
Chevelure des sillons ;
– Moi, le rossignol qui chante ;
– Et moi, les beaux
papillons !

Le papillon, fleur sans tige,
Qui voltige,
Que l’on cueille en un réseau ;
Dans la nature infinie,
Harmonie
Entre la plante et l’oiseau !…

Quand revient l’été superbe,
Je m’en vais au bois tout seul :
Je m’étends dans la grande herbe,
Perdu dans ce vert linceul.
Sur ma tête renversée,
Là, chacun d’eux à son tour,
Passe comme une pensée
De poésie ou d’amour !

La suite : clic !

Gérard de Nerval, Odelettes

***

Le merle

.../

Lustrant son aile qu’il essuie,
L’oiseau persiste en sa chanson,
Malgré neige, brouillard et pluie,
Il croit à la jeune saison.

Il gronde l’aube paresseuse
De rester au lit si longtemps
Et, gourmandant la fleur frileuse,
Met en demeure le printemps.

Il voit le jour derrière l’ombre,
Tel un croyant, dans le saint lieu,
L’autel désert, sous la nef sombre,
Avec sa foi voit toujours Dieu.

/...

Théophile Gautier ((clic !)

Tag(s) : #Poèmes, #Articles

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :