Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le tableau du samedi : un rhinocéros à Paris, et ailleurs ... - Lenaïg

Pour Le tableau du samedi de Lady Marianne, j'ai envie de sortir de la pollution et de la grisaille de ce samedi matin. S'il ne fait plus aussi frais, nous ne sommes pas pour autant gâtés ! Marie Louve, dans son Québec, pense aux palmiers (sur facebook) ... Moi, j'ai des envies de savanne et d'acacias dans le soleil levant ou couchant ! Alors, je me souviens de "notre" charmant peintre rhinocéros, qui, ainsi que Claude Monet se passionna pour la cathédrale de Rouen selon les divers éclairages de la journée, peint sa savanne en suivant la course du soleil, incluant sa grande corne dans le paysage (normal, non ? S'il regarde droit devant lui, sa corne est omniprésente ! Un sourire qui fait du bien).

Le tableau du samedi : un rhinocéros à Paris, et ailleurs ... - Lenaïg

On sait, même si on n'a jamais approché de rhino, que, s'il est un herbivore, il n'en est pas moins très puissant et, si on ne lui plaît pas, il peut charger, même poursuivre une jeep et les touristes dedans ... En même temps, si on ne lui cherche pas noises, il peut être débonnaire et s'accommode fort bien d'un rôle de transporteur de brousse pour oiseaux fatigués, qu'il laisse s'installer sur son dos et qui paient le prix de la course en le débarrassant de ses parasites ! Alors, avant de l'accueillir à Paris, contemplons-le dans son paysage naturel, grâce à la poétique création d'Indira Albert : atmosphère brumeuse et mystérieuse, sorte de contrejour qui le fait apparaître mastodonte noir et possiblement menaçant, puissance ainsi soulignée, menace larvée qui s'estompe tout à fait quand le regard se fixe sur le petit oiseau joyeusement rouge, tranquillement perché sur la plus grande et la plus offensive de ses cornes, petit oiseau surgi par magie (et j'en veux, moi, de la magie, dans notre monde de brutes !). Ce qu'ils se disent, car ils conversent, j'en suis sûre, exprime leur vraie nature, entre la puissance et la fragilité s'installe l'harmonie. Ce tableau peut s'obtenir sur commande, il n'est pas unique. Ce n'est pas du "grand art" ? Peu importe, c'est de l'art quand même et on peut découvrir les techniques et matériaux utilisés en allant chez Etsy, ou sur le site en anglais Ialbert de la créatrice.

Le tableau du samedi : un rhinocéros à Paris, et ailleurs ... - Lenaïg

Avant de venir à Paris, notre artiste rhino a roulé sa bosse, heu promené sa corne ! Il est passé à Lima dans le quartier artiste de Barranco, riche en fresques murales et il s'est gavé de fleurs qu'il ne connaissait pas, il a endossé un habit très coloré à la mode péruvienne et s'est fait tiré le portrait par Micro-market (enfin en photo, parce que le nom de l'artiste de rue pour nous reste inconnu). Puis il a troqué les tulipes rouges pour un complet gris moiré de violet en débarquant à Paris !

Le tableau du samedi : un rhinocéros à Paris, et ailleurs ... - Lenaïg

Enfin, voici notre rhino arrivé à Paris. Pourquoi Paris et pas ailleurs en France ? demanderons mes chers éventuels visiteurs. Oh, tout simplement parce que j'y suis et que je suis contente qu'il me rende visite ! En cherchant un peu, on trouvera des traces de ses visites ailleurs, je n'en doute pas mais, pour l'heure, je n'en ai pas le temps, je dois boucler mon p'tit article ... Quelle belle prestance a notre héros, foulant le sol parisien ! Pour nous le présenter, j'ai choisi le blog L'oeil qui traîne qui nous indique le lieu du rendez-vous : rue Alibert dans le 10e mais on peut aussi visiter le propre site du peintre Harry James. Sublime peinture de rue, street art comme on dit en anglais (comme les peintures rupestres de nos lointains ancêtres, avec de nouveaux moyens).

Lenaïg

Tag(s) : #Articles, #Petits bonheurs

Partager cet article

Repost 0