Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le thème du Café philo de demain soir est cette question : Y a-t-il des limites à l'hospitalité ? Je vais faire court sur cette page : pour moi, la réponse se trouve dans la phrase de Sartre sur les limites à la liberté, que je ne ferai pas l'affront à mon éventuel lecteur habituel qui passera par-là de croire qu'il ne la connaît pas, donc je ne la répèterai pas ! Ou alors je dirai que j'en vois surtout une, de limite, c'est l'abus ! D'un côté il ne faut pas abuser de l'hospitalité offerte (ni la tromper), d'un autre côté il ne faut pas que les hôtes abusent de leurs invités en les prenant pour leurs esclaves. La limite à l'hospitalité peut se symboliser par une porte (ou une frontière), que certains ouvriront avec générosité pour abriter des gens en danger (nous l'avons vu dans la terrible nuit de vendredi à samedi dernier) tandis que d'autres non, de peur que le danger ne les rattrape. Maintenant, place aux images !
Lenaïg

Premier cas : un minimum de prudence est nécessaire certes ! Mais, mère-grand, à trop se barricader, on risque de rester isolée ! http://breantf.over-blog.fr/article-11990769.html

http://breantf.over-blog.fr/article-11990769.html

http://breantf.over-blog.fr/article-11990769.html

Deuxième cas : humour, ironie mais le message souligne le manquement à l'hospitalité. Si on compte sur ses invités pour faire le ménage qui n'est pas fait chez soi, le message de bienvenue n'est pas clair du tout !

Café philo demain soir : Y a-t-il des limites à l'hospitalité ?

Troisième cas : "Faites comme chez vous, nettoyez donc ma cuisine !" Message enrubanné, mais identique au deuxième ...

Café philo demain soir : Y a-t-il des limites à l'hospitalité ?

Quatrième cas : cette fois, nous passons de ceux qui reçoivent à ceux qui sont reçus ! Comme je mets plus haut, ils ne doivent pas abuser non plus ! Profiter sans vergogne de la générosité d'un accueil et gêner ses hôtes fait passer l'invité au rang d'intrus. On aura sûrement comme moi pensé maintenant au fameux cheval de Troie, non ? Je ne rappellerai pas l'histoire, je la détourne ici pour montrer que la tromperie, quelle qu'elle soit, est un manquement à l'hospitalité. Se faire passer pour un agneau, quand on est un loup assassin, pour se faire ouvrir une porte est ignoble. Si celui qui regarde au judas n'est pas naïf, la porte restera fermée.

Café philo demain soir : Y a-t-il des limites à l'hospitalité ?
Tag(s) : #Essais, #Articles

Partager cet article

Repost 0