Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour la communauté des Croqueurs de mots dirigée par la commandante Dômi, en remerciant Martine, notre capitaine de quinzaine, pour son défi qui m'a inspiré une petite nouvelle policière.

VLADIMIR - http://francais.istockphoto.com/illustration-5792197-chiffre-7-nombre-peinture-abstrait-peinture-aquarelle.php

VLADIMIR - http://francais.istockphoto.com/illustration-5792197-chiffre-7-nombre-peinture-abstrait-peinture-aquarelle.php

Branlebas de combat au commissariat : la veille, le capitaine La Conscience a félicité ses lieutenants et maintenant il a fait convoquer en réunion extraordinaire tous les suspects dans l'affaire du meurtre de Luxy La Luxure, épouse Le Remords. Les suspects sont au nombre de sept : messieurs L'Envie, L'Orgueil, La Colère et La Paresse, madame
La Gourmandise ainsi que madame L'Avarice qui, elle, ne sera présente que sur écran, ayant dû se rendre aux Etats-Unis aux obsèques de son oncle Picsou. Le septième suspect, monsieur Le Remords, est le mari de la victime.

Tous les OPJ qui ont travaillé à l'enquête se regroupent derrière la vitre sans tain qui donne sur la salle de réunion. Les suspects appartiennent à la branche française de l'organisation secrète Les Sept Péchés Capitaux, gigantesque hydre mondiale qui, sous couvert d'actions humanitaires, avérées au demeurant, n'hésite pas à blanchir de l'argent sale tandis que nombre de ses membres s'enrichissent grassement. Ceux qui se font coffrer ne restent pas longtemps détenus, leurs avocats sachant habilement les sortir de là. La branche française, jusqu'à présent, ne s'est jamais fait coincer pour malversations ou autres.

C'est la première fois que la L7PC trempe ouvertement dans une affaire de meurtre, qui plus est d'un de leurs membres. La victime, découverte par sa femme de ménage dans sa propriété d'Antibes, une balle en plein coeur, a eu le temps d'écrire sur le sol de son sang, un message maladroit et donc sibyllin, quelque chose comme : fourvoyée ... Etrange message ne nommant pas l'assassin et donnant du fil à retordre ... Jusqu'au bout, la dame sera restée fidèle à la tradition du secret !

Le capitaine La Conscience fait une entrée théâtrale dans la salle, salue l'assistance et distribue à chacun un petit papier en révélant à chacun qu'il s'agit d'une photo du dernier mot écrit par la victime avant de mourir, ce message ayant pu, comme par miracle, échapper à l'assassin, trop sûr de son fait pour s'attarder (sinon il l'aurait effacé), échapper aussi à la femme de ménage trop choquée et enfin échapper à la presse, la police scientifique ayant fait extraordinaire diligence pour l'analyser, le photographier et l'effacer ... La Conscience prononce simplement ces mots : "Vous devinez bien qui est l'auteur de ce message, écrit sur le sol à l'encre de sang. Je vous laisse à chacun deux minutes de réflexion, je vous demanderai votre impression personnelle ensuite."

***

Monsieur La Colère (57 ans), égal à lui même et piaffant depuis le début : Cette malheureuse Luxy ! Elle se disait une femme libre mais elle était enchaînée à son désir de s'envoyer en l'air avec n'importe qui, pourvu qu'il soit jeune et beau ... Fourvoyée ? C'est ce que je lis. Trop tard pour s'en apercevoir ! Mais, je le redis : pourquoi nous avoir seulement retenus comme suspects, nous, alors que les relations de Luxy étaient innombrables ! N'importe lequel a pu commettre ce meurtre ? Bon, je me tais, je suppose que c'est uniquement parce que nous avions eu notre réunion mensuelle la veille.

Monsieur L'Envie (52 ans), agité de tics : Je suis profondément désolé pour Remords. Rem, tu avais la chance d'avoir la plus belle femme de la terre et tu n'as pas su la retenir. Ce serait plutôt toi qui te serais fourvoyé, tu étais trop bon. Oui, je sais, c'est ton entreprise qui accaparait ton attention et je t'en voulais de m'avoir piqué un marché, maintenant tu as toute ma compassion, vieux.

Madame L'Avarice (40 ans), sur écran, défaite malgré son maquillage :
Luxy était la générosité même, à l'excès je dirais et comme c'était pour moi une amie très chère, je la mettais souvent en garde de gaspiller son argent à tout vent et de se fourvoyer avec des gigolos qui vivaient à ses crochets ! Je dois avouer que sa disparition me peine beaucoup plus que celle de mon vieil Oncle Picsou. La tuer, moi ? Je ne vois pas quel mobile on pourrait me trouver.

Monsieur Le Remords (55 ans), la voix en coton sous l'effet des tranquillisants : Oui, Luxy me trompait, je ne l'ignorais pas mais nous avions vingt ans d'écart, elle avait la fougue de la jeunesse encore, moi pas ! Et je suis sûre qu'elle était toujours amoureuse de moi, à sa façon, elle me le prouvait par sa conversation, ses attentions lorsque nous étions ensemble à la maison. Mais je l'étais très peu souvent, j'ai été si égoïste, faisant passer mes affaires avant tout et content de retrouver mon "trésor" quand cela me chantait ! Jamais l'idée de la tuer ne m'a effleuré, maintenant je ne me pardonnerai jamais. Je ne saurai jamais non plus si ce fourvoyée est un reproche qu'elle m'a adressée, de l'avoir délaissée. Je me fiche qu'on réussisse à trouver des preuves contre moi ou pas, mon avenir m'apparaît déjà comme une prison.

Monsieur L'Orgueil (36 ans), épaules affaissées, lui d'habitude si droit dans son fauteuil :
Je suis sincèrement désolé pour toi, Rem. Pourtant j'ai bien essayé de faire comprendre à cette satanée Luxy qu'il était temps de cesser d'être si frivole, qu'elle ne faisait pas honneur à notre organisation, et je n'arrivais pas à comprendre ta passivité. A ta place, Rem, sans aller jusqu'à l'éliminer, évidemment, j'aurais pris une mesure radicale : j'aurai divorcé, depuis longtemps, pour garder ma dignité. Foudroyée ? Ah, d'habitude j'ai l'oeil et la vivacité d'esprit pour déchiffrer ce qui est codé, mais là, je n'affirmerais pas ...

Madame La Gourmandise (36 ans), cessant de se ronger un ongle et se retenant avec peine de saisir la barre chocolatée consolatrice qu'on voit dépasser de son sac à main :
Luxy a écrit qu'elle s'est fourvoyée ? Ah ben, moi je ne trouve pas, chacun son péché mignon, elle c'était les parties de jambes en l'air et, ma foi, cela lui réussissait bien au teint ! Oh pardon, cela m'a échappé ... Elle va me manquer aussi, pourquoi je l'aurais tuée ? C'est absurde, c'était une de mes plus chères amies d'enfance, plein de souvenirs de vacances merveilleux nous liaient, hein, Orgueil, ce n'est pas toi qui me démentiras, toi aussi tu faisais partie de la bande de copains !

Monsieur L'Orgueil approuve très énergiquement de la tête.

Monsieur La Paresse (41 ans), les yeux légèrement bouffis de sommeil, par manque d'habitude de se lever de si bonne heure :
Ce message ne me parle pas du tout, les énigmes m'ont toujours cassé les pieds. Je ne comprends même pas comment vous avez pu déchiffrer fourvoyée ... Moi, l'horrible surprise de la mort de Luxy m'a complètement enlevé tous mes moyens de penser ! Je suis si assommé que je ne ressens même pas de peur, je n'ai qu'une envie c'est ... dormir pour oublier ... Mais maintenant que j'ai mis le doigt dessus, si je puis dire, une question, chers membres, cela ne vous est pas venu à l'esprit que Luxy pourrait n'être que la première sur la liste ?

Grand malaise autour de la table et quelques murmures semblent approuver. Oui, ils y ont tous pensé !

***

Le capitaine La Conscience reprend la parole : "Je vais tout de suite répondre à votre interrogation, monsieur La Paresse, et rassurer tout le monde : personne d'autre ne sera tué ! La personne coupable est dans cette salle, elle vient de se démasquer !

A suivre

Lenaïg

Note : la fin est programmée à 10 h 00 ce même jour ! Je ne crois pas qu'on puisse deviner le mobile, mais le coupable ? Un détail le désigne !

Tag(s) : #Jeux, #Nouvelles - Lenaïg - Polars !

Partager cet article

Repost 0