Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pierrot tremblait, autant de peur que de froid. Il n’était absolument pas habitué à ce genre d’aventure. Les jeux turbulents de sa jeunesse étaient de la gnognote, en comparaison. Il avait toujours été lucide en regardant des films d’horreur, n’étant jamais immergé dans l’action. Mais ici, c’était différent, c’était la réalité. Une créature de cauchemar apparut : un mélange d’alien et de gorille aux bras de pierre, une tête chauve au regard de braise, sans nez ni bouche.

 

http://artywebzine.com/post/68369500611/un-dinosaure-de-pierre-au-large-de-lislande

LES LARMES DE LA LUNE - 6/6  - RAHAR

Le rythme cardiaque du jeune homme grimpa pour dépasser les 130, comme s’il avait couru les 100 mètres. Pierrot regarda éperdument de tous côtés. Il était un citadin trop douillet, au détriment de son instinct de conservation, pour avoir l’idée de foncer dans les ronces. Il ne pouvait même pas implorer la pitié de cette créature qui n’était pas humaine.

Soudain, un vent inattendu vint balayer un pan de la brume, laissant distinguer l’ombre fugitive de la colline. Alors que l’immonde monstre levait un bras de pierre pour écraser la pitoyable créature effondrée, la foudre lui tomba dessus, l’embrasant en un instant. Ses simulacres de débris s’évanouirent. Ce fut alors que les charmants voisins de Pierrot apparurent.

 

***

 

« Mais que faisons-nous donc ici, dans le bois, Merlin ? Et en pleine nuit encore. J’en ai un mauvais souvenir, vous savez. Et pourquoi portez-vous tous une robe blanche ?

— Tu voulais t’installer ici, n’est-ce pas ? Eh bien, on va t’intégrer. C’est la pleine lune.

— C’est une curieuse cérémonie d’intégration. C’est un bizutage ?

— Écoute Pierrot, intervint Rosalie, ta venue ici n’a pas été le fruit du hasard…

— Mais si ! J’avais étalé une carte, puis fermé les yeux et mis mon doigt au pif.

— Ne m’interromps pas. En fait, peu importe si tu crois que c’est le hasard. Nous avions besoin de toi pour développer notre terroir. Nous ne méprisons pas entièrement la modernité, mais nous y allons à pas mesuré. Nos traditions ont encore du bon pour longtemps.

— Bon, alors que faisons-nous ici ?

— Tu ne t’en doutes peut-être pas, mais tu as un don que la cérémonie, une sorte d’initiation, va révéler. Tu as un talent inné de persuasion, ce qui va t’aider grandement dans ton projet. Plus tard, tu pourras apprendre certains sorts… si tu le veux.

— Donc vous êtes favorables à une future entreprise de transport ?

— Le père Hilaire est trop vieux pour faire évoluer la communauté. En passant, c’était lui qui avait voulu t’éliminer, par jalousie et fierté mal placée.

— Mais pourquoi ? Je ne lui ai rien fait, et je ne le connais même pas.

— Oh, il est le propriétaire du seul camion de la commune. Il était ainsi en position de monopole, fixant ses tarifs à sa guise, alors qu’il est loin de satisfaire la demande.

— Dois-je encore craindre quelque facétie de sa part ?

— Non, le Conseil des Anciens s’est arrangé pour lui retirer définitivement ses pouvoirs. Il se pourrait qu’il décide de s’exiler par dépit… Allons, c’est le moment jeune homme. »

 

Au clair de la lune, notre ami Pierrot vêtu d’une robe blanche se retrouva au milieu d’une douzaine de sorciers et sorcières qui psalmodiaient des paroles inconnues du profane. En plein milieu de la cérémonie, il y eut une sorte de condensation de la brume, et des gouttes de perle liquide apparurent au-dessus du jeune homme et lui tombèrent sur la tête : ce que les initiés appelaient les « larmes de la lune ». Désormais, Pierrot était un sorcier au service de Mondéçor. Où qu’il allât, il reviendrait toujours au village.

 

A suivre

 

RAHAЯ

 

LES LARMES DE LA LUNE - 6/6  - RAHAR
Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar

Partager cet article

Repost 0