Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

http://www.colloque-numerique.com/menu-vertical-colloque/la-realite-augmentee.html

http://www.colloque-numerique.com/menu-vertical-colloque/la-realite-augmentee.html

Un comité composé d’employés de la NASA et de scientifiques militaires décortiquaient la moisson du colonel John Sheppard. Certains examinaient les photos, d’autres visionnaient les vidéos, et d’autres encore s’occupaient des enregistrements physiologiques de l’astronaute. Étant particulièrement consciencieux, ils vérifièrent les time codes. Ils tombèrent ainsi sur le quart d’heure d’absence mentale du colonel. En faisant les recoupements, ils constatèrent que l’astronaute était resté immobile pendant ce long moment devant la boule d’énergie.

On constata encore un quart d’heure de perdu, quand John était aussi demeuré immobile comme un abruti devant l’obélisque. Les médecins décelèrent des irrégularités anormales sur les graphiques physiologiques du colonel. Elles avaient débuté peu après la sortie du bâtiment cubique, et avaient empiré après sa contemplation du monument. Un toubib eut la présence d’esprit de demander l’enregistrement de l’EEG fait au cours de la visite de contrôle post-atterrissage. Ils constatèrent alors des perturbations des tracés, comparativement à ceux d’avant la mission. Les scientifiques se demandèrent alors quelles conséquences aurait pu avoir l’exposition à cette boule d’énergie et à l’obélisque. Ils entendirent également avec surprise les marmonnements et les grognements indistincts de John, lors de son voyage retour. L’astronaute avait changé, pas physiquement, mais mentalement. Curieusement, les militaires qui l’avaient accueilli n’avaient pas remarqué les pics d’énergie électromagnétique enregistrés par le détecteur intégré à la navette.

Des décès continuèrent à survenir : des joueurs en ligne de jeux violents, des ingénieurs travaillant sur des maquettes 3D, des chercheurs manipulant des modélisations de structures moléculaires… La panique commençait à pointer son nez. Les enquêteurs ne savaient où donner de la tête, des explications vaseuses furent communiquées au public, mais le surnaturel avait été soigneusement écarté.

Un scientifique perspicace proposa de mettre John en quarantaine et de lui faire passer divers tests. Malgré son léger scepticisme, le comité accepta de tenter l’expérience. La coïncidence entre le retour de l’astronaute et le début des morts inexpliqués était assez troublante.

Se rendant aux ordres, le colonel John Sheppard se soumit aux expériences des scientifiques. Il supporta stoïquement les électrodes qu’on lui avait posées partout. Les savants, tant de la NASA que militaires, s’affairaient aux appareils, certains devant des écrans. Un peu plus tard, l’astronaute passerait à l’IRM. À un certain moment, John devint agité, ce qui se répercuta sur son EEG car l’aiguille de l’appareil s’était affolée. En même temps, le détecteur électromagné­tique accusa un pic extraordinaire. Un des hommes qui observait une représentation humaine et 3D sur son écran, supposée indiquer les paramètres physiologiques du cobaye, reçut un formidable coup de poing parfaitement matérialisé à la tête, le bras était issu du moniteur. Abasourdis, ses compagnons se précipitèrent, mais ne purent rien faire, la tête du pauvre bougre était défoncé, comme si le poing pseudo-virtuel avait été en acier. Immédiatement, ceux qui étaient devant un écran se reculèrent précipitamment.

Un autre pic survint et un retardataire faillit y rester : un graphique en dents de scie s’était matérialisé en un mortel ruban dentelé, et l’individu eut l’heureux réflexe de plonger sous la table. Il était maintenant clair que, par un phénomène inconnu, c’était le colonel John Sheppard qui était responsable de tous les morts insolites en série. Les scientifiques conclurent qu’il avait subi l’influence maléfique de l’astéroïde mystérieux.

 

Restait maintenant à trouver un remède au problème. Les savants se creusèrent la tête en étant conscients que les morts continueraient, tant que l’astronaute produirait des pics électro­magnétiques. Un médecin proposa alors comme solution provisoire, de le plonger dans un sommeil artificiel. Un ingénieur avança l’hypothèse qu’un bombardement d’ions négatifs pourrait annuler l’imprégnation énergétique subi par John.

En attendant la réalisation de l’appareil proposé, le colonel fut endormi. Mais on dut le réveiller pour tenter l’expérience. L’attente fut fastidieuse et pleine de suspense. On s’était basé sur la régularité de l’apparition des pics. Les savants scrutaient les graphiques, à l’affut de la moindre irrégularité. Un militaire était rivé à un poste récepteur, à l’affut de tout décès insolite signalé par la police.

Après plusieurs heures, comme les graphiques restaient normaux, le comité poussa enfin un ouf de soulagement. Les communications de la police ne parlaient plus de décès étrange. Un scientifique conclut que l’astéroïde était dangereux, du moins pour l’être humain, et recommanda de l’ignorer. Il renfermait peut-être une technologie intéressante, mais le jeu n’en valait certainement pas la chandelle.

 

Fin

 

RAHAЯ

http://www.knowtex.com/blog/xyzt-couche-mince-de-coincidence-entre-reel-et-virtuel/

http://www.knowtex.com/blog/xyzt-couche-mince-de-coincidence-entre-reel-et-virtuel/

Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :