Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Curieuse, Candice ouvrit le calepin. L’encre était délavée, mais l’écriture était assez lisible. On aurait dit des sortes de recettes émaillant un journal intime particulier contenant des expressions surannées et désuètes ; une autre partie consistait en une espèce de catalogue botanique, autant qu’elle le sût, elle n’était pas biologiste.

La jeune femme n’avait que vingt-cinq ans, la conscience professionnelle ne pouvait pas encore prendre le pas sur la curiosité. Fascinée, Candice s’absorba dans la lecture du calepin. Il était évident que son aïeule Rachelle était une personne extraordinaire. Dans son journal, elle exprimait des sentiments doux-amers, on sentait que son homme lui manquait, qu’elle avait de la difficulté à faire son deuil. Parfois, on avait l’impression qu’elle considérait son don comme une malédiction, et qu’il ne lui avait pas permis de jouir pleinement de la vie avec son mari et son fils. Les recettes qu’elle avait notées résultaient du travail de son intuition et exigeaient une méticulosité irréprochable. Quelques pages parlaient du miroir. Candice n’en croyait pas ses yeux, la recette qui incluait l’utilisation de l’objet garantissait un ralentissement du vieillissement, dans un rapport allant de cinq à dix. Son aïeule Rachelle avait souligné une recommandation : il fallait suivre rigoureusement à la lettre la recette, elle était puissante, mais délicate, elle l’avait expérimentée sur des animaux, avant de l’appliquer sur elle-même.

Masque vénitien et miroir - Choix d'illustration de Rahar

Masque vénitien et miroir - Choix d'illustration de Rahar

Candice secoua la tête. C’était… C’était géant ! Enfin, si ce n’étaient pas des fariboles. D’un autre côté, la dame Rachelle avait une sacrée réputation, selon la tradition familiale. La jeune femme toute excitée, se mit en tête de chercher à mieux connaître son aïeule. Mais son esprit pratique prit le dessus et elle remit à plus tard son idée, elle exécuta consciencieusement ce que son père attendait d’elle. En fin de compte, l’idée de restaurer cette maisonnette était lumineuse.

Ambroise était intrigué par la soudaine curiosité de sa fille pour leur généalogie. Les archives familiales étaient gardées chez la vieille Agatha, sa tante. Toutefois, il oublia l’incident, tout de suite absorbé et ravi par la magnifique proposition de restauration de sa fille, laquelle fila illico chez sa grand-tante.

Évidemment, Candice avait étudié l’Histoire, mais surtout celle de l’art et de l’architecture. Par contre, son frère Jonas était un vrai historien, pressenti pour une chaire à l’université. Toutefois paradoxalement, il ne s’était pas intéressé à l’histoire de la famille. Et pourtant, sa sœur lui ouvrit un champ de nouvelles investigations en exhumant leurs archives. Alors que Candice s’intéressait plus à la vie de son aïeule, Jonas était fasciné par la découverte d’un pan de l’histoire de sa région d’origine ; il put ainsi reconstituer certains us et coutumes au XIXe siècle, l’économie et la société de l’époque, avec des évènements marquants.

AMEDEO MODIGLIANI - PORTRAIT DE FEMME : JEUNE FEMME BRUNE - http://k00ls.overblog.com/jeune-femme-brune-amedeo-modigliani

AMEDEO MODIGLIANI - PORTRAIT DE FEMME : JEUNE FEMME BRUNE - http://k00ls.overblog.com/jeune-femme-brune-amedeo-modigliani

Les mémoires de Jérôme, le fils de Rachelle, avaient été retranscrits par l’un de ses fils qui était le plus instruit. Candice put ainsi avoir une idée du caractère de son aïeule, du point de vue de son fils. On y décelait un peu de partialité, mais c’était compréhensible. Ainsi, la Rachelle avait été une belle personne, tant physiquement que spirituellement, du moins jusqu’à la mort de son mari. Ce fut quelque temps après son veuvage que son caractère avait subtilement changé. Elle avait toujours cette générosité, cette compassion, en traitant ses malades, mais la cupidité avait peu à peu modifié sa vie. Ce n’était qu’après coup que Jérôme s’en était rendu compte. Il avait été conscient du lent déclin de la propriété, trop grande pour leurs seuls bras, car il devait aussi s’occuper de sa petite famille, mais il n’avait pu s’expliquer le redressement de la situation. Il n’avait su que plus tard, lors du lynchage, les activités occultes de sa mère.

Il n’avait jamais renié sa mère. Quoiqu’elle eût pu faire, cela n’avait pas dû mériter la mort. Mais il ne pouvait aller tout seul à l’encontre des mœurs de l’époque. Candice vit un portrait de son aïeule, fait peu avant son mariage. Rachelle avait vraiment été une très belle femme. En farfouillant dans les archives, la jeune femme trouva un autre portrait prise peu après la mort de son mari, selon ce qui était inscrit sur la légende. Le cœur de Candice battit. C’était la même belle femme, juste un peu plus mûre, comme si seulement quelques années séparaient les deux portraits, on ne lui aurait jamais donné la cinquantaine. La Rachelle avait donc dû utiliser la fameuse recette, et cela avait marché.

PITCH BLACK CANDLE BY IDLELETMYMIND ON DEVIANT ART - http://ideletemymind.deviantart.com/art/Pitch-black-Candle-184762362

PITCH BLACK CANDLE BY IDLELETMYMIND ON DEVIANT ART - http://ideletemymind.deviantart.com/art/Pitch-black-Candle-184762362

Sans plus réfléchir, la jeune femme décida d’expérimenter la recette de jouvence et laissa son frère se plonger avec délectation dans les archives familiales. Candice se mit à chercher et rassembler les ingrédients nécessaires. Pour certaines plantes, elle dut revenir dans sa région d’origine pour s’informer, son aïeule les désignant sous leur appellation vernaculaire. Elle eut un peu de difficulté à trouver une bougie noire, mais quelques boutiques gothiques en avaient heureusement.

 

A suivre

 

RAHAЯ

Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar

Partager cet article

Repost 0