Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Joey était abasourdi. Non, il n’était pas nul en géographie. Et quasi tout le monde connaissait New-York. Mais Siana considérait aussi que tout le monde devrait connaître Beaubay et Luméria ; d’ailleurs, était-ce un pays ou un continent ? Il hésitait à le croire, c’était un monde parallèle… ou une autre planète, il ne savait pas. Ah si ! Une dimension parallèle était plus plausible, car quelle était la probabilité que deux planètes parlassent une même langue ? Mais comment cela était-il possible ?

Siana avait parlé d’un coup de foudre, l’avant-veille, et lui avait reçu des décharges électriques depuis la veille. Serait-ce l’explication ? Et que venaient faire là les militaires ? Serait-ce une conséquence d’une quelconque expérience ?

________________________________________________________

Nouvelle illustration sélectionnée parmi les beaux "enchevêtrements de fils et de câbles colorés"  provenant du site Chambre 237, oeuvre de l'artiste grec Charis Tsevis :

http://www.chambre237.com/illustrations-formees-avec-des-enchevetrements-de-fils-et-de-cables-colores/

http://www.chambre237.com/illustrations-formees-avec-des-enchevetrements-de-fils-et-de-cables-colores/

http://www.chambre237.com/illustrations-formees-avec-des-enchevetrements-de-fils-et-de-cables-colores/

Joey prit soudain conscience que ces militaires étaient intervenus, juste après sa communication avec Siana. Le suspecteraient-ils d’interférer avec leur expérience ? Mais c’était contre sa volonté ! Enfin, ces soudards ne voulaient probablement pas le savoir, ils voulaient certainement tout simplement le neutraliser, point barre. Il confia son hypothèse à la jeune femme, regrettant d’interrompre leur intéressante discussion : il devait filer illico. Le colonel et sa troupe envahit l’entreprise, à peine dix minutes après le départ précipité de l’ingénieur.

 

L’esprit de Joey était encombré par deux pensées fort différentes. D’une part, il ressassait l’image de Siana, jamais encore aucune fille ne l’avait autant obnubilé en juste quelques minutes d’entretien. D’autre part, il cherchait un moyen d’éviter les militaires, ce qui pourrait ne pas s’avérer aisé.

Concernant la jeune femme, il était conscient qu’il courait après une chimère, jamais ils ne se rencontreraient. Il était ingénieur en électronique et télécommunication, pas un physicien. Et pourtant, en dépit de toute rationalité, il désirait ardemment la revoir, quand bien même ce serait par écran interposé. Il l’ignorait, mais de son côté, Siana ne pouvait pas chasser son image de son esprit, chaque fois que ses occupations lui donnaient un peu de répit, ce qui la perturbait incontestablement. Elle aussi avait conscience de l’absurdité de la situation. Elle avait un ami physicien, et elle lui avait demandé, juste par curiosité, de lui expliquer le concept d’univers parallèle. Tout ce qu’elle avait retenu, c’était que l’état actuel des connaissances ne reposait que sur des théories, il n’y avait aucune application pratique permettant d’explorer une quelconque dimension parallèle.

De son côté, Joey était engagé dans une fuite en avant. Il ne voulait pas retourner chez ses parents, il les avertit qu’il ne rentrerait pas de sitôt. Il ne leur dit pas qu’il allait squatter chez un de ses oncles, et il allait demander quelques jours de congé. Il espérait que les militaires allaient se lasser et le laisser tranquille, tant qu’il ne touchait aucune machine.

Le colonel n’était pas un imbécile. Il déploya sa troupe, ses soldats se mirent en tenue civil et chacun chercha un proche ou un ami du fugitif, prêt à rameuter les autres. Ce trublion perturbait les essais du nouveau missile de plusieurs millions, lequel pénétrait dans une autre dimension afin d’éviter toute détection, pour ressurgir assez près de la cible pour ne pas être intercepté ; on ne savait pas comment l’individu faisait, mais il fallait le capturer, le débriefer… et éventuellement le neutraliser.

Malgré sa résolution, Joey n’y tint plus, le minois de Siana l’obsédait trop, il fallait qu’il la revît. Il alla chez son ami Ahmed, un autre ingénieur qui n’avait trouvé mieux que d’ouvrir une échoppe de dépannage ; ce sacré geek réparait tout, depuis le lecteur de salon au scanner médical de dernière génération. Il gérait par ailleurs un cyber et avait deux consoles de contrôle.

Joey hésita un peu à s’approcher de la console qu’Ahmed lui avait réservée. Il appréhendait le choc électrique qu’il supposait provoquer le contact avec l’autre dimension ; c’était loin d’être vraiment agréable. Il ignorait le mécanisme du phénomène et ne s’en souciait pas. Mais l’idée de revoir « sa » Siana le galvanisa. Il ne savait pas vraiment comment s’y prendre, et décida de consulter ses mails. Il était en train d’entrer son identifiant, quand la souris lui envoya une décharge qui le tétanisa. En même temps, l’image de l’intersection s’afficha à l’écran. Alors que le choc électrique le faisait se convulser, il vit la jeune femme de l’autre côté de la rue. Elle l’avait vu et allait traverser en pressant le pas. Ce qu’elle vit l’alarma et elle se précipita.

Une étincelle naquit au bout du doigt de Joey et l’écran s’éteignit brusquement. Le jeune homme s’écroula par terre, renversant sa chaise et alertant Ahmed. Le geek s’était précipité et avait essayé de ranimer son ami. Ses efforts étant restés vains, il appela les urgences.

Le colonel ne perdit pas de temps, il fit enlever l’ingénieur tombé dans le coma, à la barbe des infirmières et des médecins, puis le séquestra au centre secret de recherches, là même où était expérimentée la machine d’envoi du missile furtif. Les médecins militaires examinèrent Joey, lui faisant passer de multiples tests et analyses.

De son côté, Siana était bouleversée. Elle s’était rendue compte que le jeune homme de l’autre dimension avait subi un accident. Elle savait bien qu’elle ne pouvait rien faire et devrait donc l’effacer de son esprit, mais les sentiments et les hormones n’étaient pas faciles à maîtriser. Son ami physicien lui avait bien dit que les recherches sur les dimensions de l’univers étaient encore théoriques. Elle devait se convaincre que ce n’était qu’un rêve. Et en plus, frustrant.

À son réveil, Joey sut immédiatement qu’il était séquestré dans une base militaire. Bien qu’il ne fût pas entravé, il se douta que s’évader ne serait pas évident. Il vit des traces d’aiguille sur son bras et conclut qu’on l’avait traité comme un vulgaire cobaye. Il se leva, entrebâilla la porte et vit qu’il n’était pas gardé. En longeant précautionneusement le couloir, il entendit une rumeur et un bourdonnement provenant d’une porte mal fermée au bout. S’en approchant, il y glissa un œil. Il vit toute une machinerie et une rampe où était posé un missile, lequel était dirigé vers un énorme cercle métallique avec des voyants lumineux. Le cercle généra une brume insolite et un signal fut donné. Le bourdonnement augmenta, puis le missile s’ébranla. Sous les yeux ébahis de l’ingénieur, l’engin disparut dans la brume du cercle. Quelques secondes plus tard, quelqu’un s’exclama : « Cible atteint ! ». Des clameurs enthousiastes s’élevèrent et Joey entendit : « Second essai ! ».

N’étant pas ignare, l’ingénieur rassembla ses idées et fit un travail de synthèse. Il se rappela que Siana avait mentionné l’apparition d’un objet tubulaire dans leur ciel et qui avait explosé. C’était certainement un missile qui n’avait pas pu réintégrer sa dimension, peut-être à cause d’un dysfonctionnement quelconque. Mais en y réfléchissant, Joey se douta qu’il avait en quelque sorte interféré sur les évènements. Il ne savait pas comment, et c’était le dernier de ses soucis, mais il comprenait maintenant pourquoi les militaires en avaient après lui.

Puis il eut une idée lumineuse. Le second missile venait d’être installé et les techniciens étaient en train de lancer la séquence d’activation du cercle métallique. L’ingénieur attendit que la brume insolite apparût et il se rua sur le missile dont la tuyère s’était allumée. Des soldats se précipitèrent, mais il était trop tard, le missile partait, avec Joey agrippé dessus.

Le jeune homme avait bien calculé qu’il devait lâcher l’engin, dès qu’il serait passé dans l’autre dimension, bien avant qu’il réintégrât sa dimension d’origine. Il était conscient que la surcharge subie par le missile allait modifier sa trajectoire et exploser en-deçà de sa cible, mais cela lui était égal. Il espérait trouver sa Siana sans trop de difficulté.

Les habitués du grand parc furent surpris de trouver, couché dans l’herbe, un jeune homme étrangement accoutré et inconscient. Il n’avait pas de papier et les urgentistes remplirent une fiche au nom de John Doe. À son réveil, on constata qu’il était devenu amnésique et ne se rappelait que de son nom, Lefurey, et de sa ville, Beaubay. Il était un artiste encore méconnu, mais une fois sorti, il fut remarqué et devint célèbre, du jour au lendemain. On le connut désormais sous le nom de John Lefurey. En fin de compte, l’univers avait retrouvé son équilibre.

 

Fin

 

RAHAЯ

Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :