Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« C’est une drôle de famille, mon cher Lock. Le père est réellement un coureur de jupons, une des domestiques l’a formellement vu en action. Mais il a une maîtresse attitrée que l’autre domestique a vue.

— En est-elle sûre, ou n’est-ce qu’une supposition ?

— Euh… À la réflexion, c’est une supposition… L’autre domestique a encore surpris madame avec un artiste. Là aussi, c’est une présomption d’adultère… Quant à la fille, elle a un petit ami pour le moins louche. C’est un joli cœur, peut-être un délinquant à la petite semaine ; beau gosse, mais dangereux. Il vient souvent en secret voir la fille. C’est ce qu’a prétendu savoir le majordome. À son propos, sa fille vit avec lui, dans les dépendances ; elle est malade.

— Qu’est-ce qu’elle a ?

— Déformation cardiaque congénitale. Normalement à la longue, elle aura bien besoin d’une transplantation.

— Très bien, nous allons approfondir. Toi, tu t’occuperas d’Ejnik et de sa femme. Quant à moi, j’enquêterai sur la fille et le majordome. »

Les montages artistiques de Salvador Dali - http://www.artnet.com/auctions/artists/salvador-dal%C3%AD/surrealist-piano

Les montages artistiques de Salvador Dali - http://www.artnet.com/auctions/artists/salvador-dal%C3%AD/surrealist-piano

 

J’entame la filature de la fille Lefisque. À priori, elle se conduit normalement, comme une étudiante sans problème. Pas de dépenses extravagantes, ni d’usage de drogue. À la fin des cours, elle se rend chez son petit ami. Ah, mais je le connais ! C’est Guy Cabyl, un jeune informaticien très doué, mais un peu voyou ; c’est un geek habile qui pourrait bien s’attaquer aux banques, s’il avait assez de moyens. Dans la communauté chinoise où je passe de temps en temps, Guy est bien connu pour être à l’affut des derniers gadgets créés par mes compatriotes. Parmi ses derniers achats, j’ai pu savoir qu’il s’est procuré de minuscules caméras-espions.

La fille Lefisque peut très bien avoir volé le saphir pour donner à Guy les moyens d’acquérir le matériel spécialisé pour détourner électroniquement de l’argent des banques. Elle est plutôt accrochée, et comme l’on dit « l’amour est aveugle », elle ignore totalement que son beau gus la trompe à tour de bras. L’épicier chinois qui est en face de chez Guy, me raconte volontiers le défilé des nanas qui se succèdent presque toutes les nuits.

Sous prétexte de lui soutirer quelques confidences, je rends visite au majordome chez lui, la nuit tombée. On devine la présence féminine par la netteté et la décoration du logis. Les bibelots me semblent un peu surchargés, notamment une espèce de montage métallique surréaliste avec un truc central polygonal, le tout doré. Tous les goûts sont dans la nature, mais cette « œuvre » d’art me semble d’un goût un peu douteux.

Ce n'est pas un montage en métal, mais c'est garanti surréaliste ! Toujours de Salvador Dali, tout petit tour de ses oeuvres en passant. Les montages du majordome seront peut-être aussi célèbres plus tard, mais c'est une autre histoire ! - http://artplastoc.blogspot.fr/2014/08/235-mecanismes-et-machines-dans-lart-du.html

Ce n'est pas un montage en métal, mais c'est garanti surréaliste ! Toujours de Salvador Dali, tout petit tour de ses oeuvres en passant. Les montages du majordome seront peut-être aussi célèbres plus tard, mais c'est une autre histoire ! - http://artplastoc.blogspot.fr/2014/08/235-mecanismes-et-machines-dans-lart-du.html

J’entre dans le bureau… ou plutôt un atelier. Le majordome est un bricoleur. Il me dit que pour pouvoir payer les médicaments onéreux de sa fille, il fait des réparations le soir. Je vois des portables, des ordis, des appareils électroménagers… Au cours de la trentaine d’années qu’il a passé au service de la famille Lefisque (le père, puis le fils), le majordome a eu l’opportunité d’étudier l’électronique, ensuite l’informatique ; il se met constamment au courant des avancées technologiques.

Il affirme qu’il ne va jamais au sous-sol dont il ne détient même pas la clef. Non, il n’a jamais vu la collection de monsieur, c’est réservé pour les visiteurs de marque. Tout en parlant, je jette un regard circulaire sur le bric-à-brac du bricoleur. Je remarque un petit étau avec sa lime, je repère même un petit drone avec caméra embarquée utilisé par les adeptes de sport extrême pour filmer leurs exploits ; mais la caméra n’est pas là, peut-être en réparation. Je vois aussi un petit pot de peinture dorée qui sert probablement à rénover l’aspect des appareils.

Et un tour aussi chez Jean Tinguely, grâce à Nathalie Seroussi - http://www.natalieseroussi.com/fr/artistes/oeuvres/43/jean-tinguely

Et un tour aussi chez Jean Tinguely, grâce à Nathalie Seroussi - http://www.natalieseroussi.com/fr/artistes/oeuvres/43/jean-tinguely

Ninie et moi nous nous retrouvons au bureau. Mon assistante n’a pas le droit de récriminer sur les heures sups, compte tenu de ses primes conséquentes (et méritées) que je lui accorde.

« Notre Ejnik a bien une maîtresse, mon cher Lock. Mais d’après ce que j’ai entendu avec mon micro directionnel, il n’a pas l’intention de divorcer. Il ne fait pas de dépenses inconsidérées — oui, j’ai piraté sa banque — il a logé sa nana dans une petite maison dont il a hérité. Elle attend peut-être un bébé.

— Si ta supposition est juste, il va donc avoir besoin d’une grosse somme d’argent.

— Quant à madame, elle a bien un amant, un artiste peintre (minable selon moi)… mais mignon. En passant, son labo est plutôt bien fourni, avec des tas d’appareils, de caméscopes, de caméras miniatures. Et si elle voulait ouvrir une galerie pour lui ?... Ah, voilà encore ton sourire idiot. Allez, accouche, mon cher Lock.

— Il se fait tard, Ninie. Ne laisse pas ce beau Jesse se morfondre. On se voit demain matin. »

 

A suivre

RAHAЯ

Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :