Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

http://fr.teenwolf.wikia.com/wiki/1.01_La_Morsure_-_Wolf_Moon_-

http://fr.teenwolf.wikia.com/wiki/1.01_La_Morsure_-_Wolf_Moon_-

Donc ce soir, ce sera la pleine lune. J’ai déjà enfilé mon anneau hier, je suis peinard. Cependant, j’essaie toujours d’éviter de sortir : double précaution. Rentrés du travail, Félicie s’affaire dans la cuisine, moi je donne un petit coup de pouce au gamin qui fait ses devoirs.

« Chéri, j’ai renversé le peu de sel qui restait. Aurais-tu la gentillesse de faire un petit saut à la supérette ?

— Bien sûr, ma chérie. Mais tu aurais dû mieux calculer les provisions… Enfin, j’y vais. »

Je n’ai pas à prendre la voiture, la supérette n’est même pas à une centaine de mètres. Il y a encore un peu de monde. Je me faufile entre les rayonnages, quand deux vauriens armés font irruption en menaçant les clients. Ils nous disent de nous rassembler à la caisse.

C’est un quartier de bourgeois relativement aisés dont la plupart règle par carte. Il n’y aura donc pas beaucoup d’espèces en caisse, mais les malfrats comptent sur les bijoux, les portables et autres babioles pour rentabiliser leur coup. La sagesse est de ne pas résister, de ne pas jouer les héros.

« Toi, donne aussi cet anneau !

— Mais ce toc n’a aucune valeur…

— Tutut, ça m’étonnerait qu’un riche bourgeois s’encombre d’un bijou de pacotille. De mauvais goût peut-être, mais sûrement du platine et des diamants. Allez, aboule !

— Vous allez faire une énorme bêtise, une bêtise mortelle. »

Je n’ai pas le choix, j’ôte l’anneau et le lui lance. Il ne sera pas le seul à trinquer, ce sera aussi catastrophique pour moi. J’entends faiblement la sirène de la police ; le gérant a certainement eu le temps de donner discrètement l’alerte. Mais ce sera trop tard pour moi, je me résigne.

Je sens que la transformation est en cours. Dans quelques secondes, je perdrai ma conscience humaine et je ne saurai plus ce que je fais. Ma gorge se modifie, je veux crier, mais c’est un hurlement lugubre qui sort ; mon corps se couvre de fourrure, mes jambes se transforment en pattes, de longues griffes remplacent mes ongles et mon visage s’allonge en museau de loup.

*

Le journaliste arrivé le premier a failli croire à une bavure des policiers. La scène d’un carnage épouvantable l’attend, mais les victimes ne semblent pas avoir été tuées par balle. Elles sont horriblement lacérées et égorgées. Soudain, des coups de feu le font sursauter et il entend un policier s’exclamer :

« Je l’ai eu ! Je l’ai eu ! Il est tombé derrière ce rayon !

— Crétin ! Tu n’as rien eu du tout, il a réussi à s’échapper… Tu as plutôt abattu un pauvre gus.

— Mais non, chef. Je vous assure que je l’ai touché au flanc et à la tête, derrière l’oreille.

— Tiens donc, ce type a été touché au flanc et derrière l’oreille.

— Mais je vous jure, chef ! D’ailleurs Alain et Alex ont vu aussi.

— C’est vrai, chef. C’était le loup qui John a touché… Et pourquoi ce type est-il tout nu ?

— Eh chef, il y a ici des fringues en loques. Je crois bien que ce sont les vêtements de votre gus nu. Mais comment a-t-il pu se désaper ici et se retrouver là-bas avec vous ? Et puis, ce n’est pas le loup qui a mis ces vêtements en charpies, y a pas de sang. »

Le journaliste écrit donc dans son calepin qu’un braquage s’est mal terminé, un énorme loup noir (dixit les policiers) est intervenu pendant le cambriolage et a étripé tout le monde, y compris les bandits. Le plus curieux, c’est que ces derniers ont tiré plusieurs fois, mais on n’a pas retrouvé les balles.

Fin

RAHAR

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20130414.AFP9735/le-braqueur-evade-redoine-faid-toujours-activement-recherche.html

http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20130414.AFP9735/le-braqueur-evade-redoine-faid-toujours-activement-recherche.html

Tag(s) : #Les nouvelles de Rahar
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :