Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Street art of writing - Kings Graffiti

Street art of writing - Kings Graffiti

Les jours gris d'ennui :
projection dans l'avenir.
Beau présent se vit !

Mémoire en tiroirs :
collection d'instants présents
très forts, très heureux.

Lenaïg

***

Deux essais de haïkus puis, pour changer de "Cueillez, cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie", deux extraits de poèmes.

De la destruction tout m'offre des images.
Mon oeil épouvanté ne voit que des ravages ;
Ici, de vieux tombeaux que la mousse a couverts ;
Là, des murs abattus, des colonnes brisées,
Des villes embrasées ;
Partout les pas du Temps
empreints sur l'univers.

Cieux, terres, éléments, tout est sous sa puissance.
Mais tandis que sa main, dans la nuit du silence,
Du fragile univers sape les fondements ;
Sur des ailes de feu, loin du monde élancée,
Mon active pensée
Plane sur les débris entassés par le Temps.

Siècles qui n'êtes plus, et vous qui devez naître,
J'ose vous appeler ; hâtez-vous de paraître,
Au moment où je suis, venez vous réunir.
Je parcours tous les points de l'immense durée
D'une marche assurée :
J'enchaîne le présent, je vis dans
l'avenir.

Ode sur le temps, Antoine Léonard Thomas (1732-1785)

***

Saisir l’instant. S’y réfugier.
Et s’en repaître. En rêver.
À cette épave s’accrocher.
Le mettre à l’éternel présent.
Saisir l’instant.

Saisir l’instant. Construire un monde.
Se répéter que lui seul compte
Et que le reste est complément.
S’en nourrir inlassablement.
Saisir l’instant.

Je cours après mon ombre, Esther Granek, 1981
Source du poème : poetica.fr,
clic !

***

Citations : clic !

Tag(s) : #Poèmes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :